Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 15ème siècle > Amédée VIII ou Félix V

Amédée VIII ou Félix V

vendredi 16 novembre 2012

Amédée VIII (1383-1451)

Comte de Savoie de 1391 à 1416-Comte d’Aoste et de Maurienne de 1391 à 1439-Duc de Savoie de 1416 à 1439-Prince de Piémont de 1418 à 1439-Anti-pape sous le nom de Félix V de 1439 à 1449

Amédée VIII Comte de Savoie de 1391 à 1416-Comte d'Aoste et de Maurienne de 1391 à 1439-Duc de Savoie de 1416 à 1439-Prince de Piémont de 1418 à 1439-Anti-pape sous le nom de Félix V de 1439 à 1449

Né à Chambéry , fils d’Amédée VII le comte Rouge et de Bonne de Berry, il épousa le 30 octobre 1401 Marie de Bourgogne, fille de Philippe le Hardi, duc de Bourgogne et de Marguerite III de Flandre.

Son père Amédée VII étant mort dans des circonstances tragiques à Ripaille, le jeune Amédée devient comte alors qu’il n’a que 8 ans. Une lutte va s’opérer pour la régence entre sa mère Bonne de Berry et sa grand-mère Bonne de Bourbon, qui obtiendra gain de cause et restera régente jusqu’en 1393, quand elle sera dessaisie de la régence. Malgré tout elle conservera une influence importante sur le comte qui disposait du pouvoir effectif.

Il est considéré comme l’un des principaux fondateurs de l’État de Savoie, par ses acquisition, le Genevois en profitant de l’extinction de son dernier comte, sans Genève, mais avec Annecy, l’incorporation définitive de l’apanage du Piémont en 1418 au comté suite à l’extinction de la lignée mâle de la branche cadette de Savoie-Achaïe, et enfin, l’érection du comté en duché le 19 février 1416 par l’empereur Sigismond en visite à Chambéry. En 1430, il promulgue les “Statuta Sabaudiæ”* qui, bien plus qu’une codification administrative et judiciaire, se rapprochent d’une véritable constitution.

Il fut le créateur de l’ordre de Saint-Maurice en 1434, date à laquelle il se retira au château de Ripaille en confiant la lieutenance générale du duché à son fils Louis 1er sous le titre de prince de Piémont afin qu’il se forme. Le duc fut en effet déchiré après le décès de son fils Amédée, si prometteur, en 1331 et y voit le moyen de former Louis, qui semble moins doué pour les affaires. Malgré sa retraite il encadrera son fils dans la direction du duché en lui adressant régulièrement des consignes. Il abdiquera en 1440 en se faisant couronner à Bâle après avoir été élu pape par le concile de Bâle, sous le nom de Félix V.

Son élection résultait d’une lutte d’influence entre le pape Eugène IV et les membres du concile de Bâle. Après une série de conflits, Eugène IV décide de transférer le concile de Bâle à Ferrare en 1438. Seule une minorité accepte d’abord cette décision et le concile décide de continuer à siéger à Bâle. Le 30 octobre 1439, s’appuyant de manière erronée sur le decret “Haec sancta” du concile de Constance, le "concile" prétend déposer Eugène IV et élit à sa place Amédée VIII de Savoie, alors âgé de 56 ans, sous le nom de Félix V.

Il fut intronisé le 23 juillet 1440 dans la cathédrale de Lausanne. Il prend comme secrétaire Enea Silvio Piccolomini, qui devint le pape Pie II, et qui prit rapidement ses distances avec Bâle.

Félix V se soumet en 1449 au successeur d’Eugène IV, le pape Nicolas V. Il est alors nommé évêque de Genève, légat pontifical et cardinal. Il est le dernier antipape officiellement reconnu comme tel par l’Église catholique. Il se retira dans le prieuré créé par lui à Ripaille, où il meurt en 1451.