Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Jean Goujon

jeudi 7 octobre 2021, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 9 novembre 2012).

Jean Goujon (1510-1567)

Sculpteur et architecte

Jean Goujon Sculpteur et architecte

Il étudia la sculpture en France, avec un maître qui avait réalisé les bas-reliefs du tombeau de François 1er.

Le premier ouvrage attribué à Goujon est les colonnes de la tribune de Saint Maclou à Rouen [1], réalisé en 1541.

Ses connaissances en art antique font de lui un artiste aussi accompli que les italiens. En 1544, dirigé par Pierre Lescot, il réalisa les bas-reliefs du jubé de Saint Germain l’Auxerrois [2].

Cet ouvrage reflète son attachement à l’art antique et surtout grec. Il travailla sur le château d’Écouen pour le duc de Montmorency avec Bernard Palissy dès 1545. En 1547, alors qu’il illustrait la traduction que Jean Martin donna du Traité d’architecture de Vitruve, il devient sculpteur du roi et travailla au château d’Anet, en compagnie du peintre Jean Cousin et de l’architecte Philibert Delorme.

Avec Pierre Lescot il travailla ensuite sur le Louvre et sculpta les nymphes de La Fontaine des innocents [3].

Bien qu’influencé par l’école de Fontainebleau [4], qui consiste dans l’allongement des figures et un grand raffinement de la composition, il ne tomba pas dans le travers d’imiter la sculpture romaine et de remettre au goût du jour les formes simples et pures de la sculpture grecque.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Guy-Michel Leproux, « Jean Goujon et la sculpture funéraire », dans Henri Zerner et Marc Bayard (dir.) Renaissance en France, renaissance française ?, Paris, Somogy, 2009,

Notes

[1] L’église Saint-Maclou est un lieu de culte catholique dans le centre-ville de Rouen. L’église est un joyau de l’art gothique flamboyant construit entre 1437 et 1517

[2] L’église Saint-Germain-l’Auxerrois est une église située dans l’actuel 1er arrondissement de Paris. Elle fut également appelée église Saint-Germain-le-Rond. Depuis l’Ancien Régime, elle est connue comme la « paroisse des artistes ». Saint-Germain-l’Auxerrois est nommée en l’honneur de l’évêque saint Germain d’Auxerre.

[3] La fontaine des Innocents, d’abord appelée fontaine des Nymphes, est une fontaine située à Paris 1er sur l’actuelle place Joachim-du-Bellay dans le quartier des Halles. De style Renaissance, elle a connu diverses modifications et a été déplacée à deux occasions.

[4] L’École de Fontainebleau est le nom donné à deux périodes de l’histoire de l’art français, qui dominèrent la création artistique française au 16ème et 17ème siècles, et qui figurent parmi les exemples les plus aboutis de l’art renaissant en France. Centré autour des peintres travaillant principalement à la décoration du château de Fontainebleau, cette école se caractérise par une interprétation française mesurée du maniérisme