Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Nicolas Faret

jeudi 19 août 2021 (Date de rédaction antérieure : 9 novembre 2012).

Nicolas Faret (1600-1646)

Homme d’État et homme de lettres français-Académicien

Nicolas Faret, L'honnête homme ou l'art de plaisir à la cour, 1630 Né à Bourg-en-Bresse [1], secrétaire, puis intendant du comte d’Harcourt, secrétaire de l’armée navale, de l’armée d’Italie, conseiller secrétaire du Roi. Il fut admis dans la Société des amis de Conrart où il fut introduit par Malleville.

Il rédigea le projet de constitution de l’Académie qu’il présenta au cardinal, et prit part à la rédaction des statuts et devint un des premiers membres de l’Académie française [2]. Il est le premier occupant du fauteuil numéro 9 de l’Académie française et participa à la fondation de cette institution en 1634.

Il a laissé des Poésies, dans divers recueils du temps, et quelques ouvrages en prose, notamment “Des Vertus nécessaires” à un prince en 1623, “l’Honnête homme ou l’Art de plaire à la cour” en 1630, et une traduction d’Eutrope et s’occupa d’histoire, on connaît aussi de lui une Ode à Richelieu et un sonnet. Il fut lié avec Vaugelas, Saint-Amant qu’il engagea le comte d’Harcourt à protéger. Il est mort en septembre 1646.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Nicolas Faret/ Portail de l’Académie française/ Catégories  : Écrivain français du XVIIe siècle/ Poète français du XVIIe siècle/ Membre de l’Académie française

Notes

[1] Bourg-en-Bresse est une commune française, préfecture du département de l’Ain et la capitale historique de la région naturelle de la Bresse. Au début du 16ème siècle, Marguerite d’Autriche demande la construction du monastère royal de Brou. En 1536, elle fut prise par les Français. François 1er y fait construire une enceinte moderne avec bastions et fossés. En 1559, avec la reprise de la ville par le duc Emmanuel-Philibert de Savoie, Bourg est transformée en place forte. Il fait bâtir la citadelle dite Fort Saint-Maurice qui fut l’une des plus imposantes de l’époque si bien qu’en 1600, la ville résista six mois au siège des troupes d’Henri IV. Le traité franco-savoyard signé à Lyon en 1601 signe le retour de la Bresse en France, la citadelle est détruite en 1611.

[2] L’Académie française, fondée en 1634 et officialisée le 29 janvier 1635, sous le règne de Louis XIII par le cardinal de Richelieu, est une institution française dont la fonction est de normaliser et de perfectionner la langue française. Elle se compose de quarante membres élus par leurs pairs. Intégrée à l’Institut de France lors de la création de celui-ci le 25 octobre 1795, elle est la première de ses cinq académies. La mission qui lui est assignée dès l’origine, et qui sera précisée le 29 janvier 1635 par lettres patentes de Louis XIII, est de fixer la langue française, de lui donner des règles, de la rendre pure et compréhensible par tous, donc d’uniformiser cette dernière. Elle doit dans cet esprit commencer par composer un dictionnaire : la première édition du Dictionnaire de l’Académie française est publiée en 1694 et la neuvième est en cours d’élaboration. L’Académie française rassemble des personnalités marquantes de la vie culturelle : poètes, romanciers, dramaturges, critiques littéraires, philosophes, historiens et des scientifiques qui ont illustré la langue française, et, par tradition, des militaires de haut rang, des hommes d’État et des dignitaires religieux.

Répondre à cet article