Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 15ème siècle > Mathis Gothart dit Matthias Grünewald

Mathis Gothart dit Matthias Grünewald

mercredi 31 octobre 2012, par ljallamion

Mathis Gothart dit Matthias Grünewald (1475-1528)

Peintre

De son vrai nom Mathis Gothart, il était une figure importante de la génération des grands peintres allemands nordiques de la Renaissance tel qu’Albrecht Dürer, Lucas Cranach, et Albrecht Altdorfer.

Grünewald est resté relativement inconnu jusqu’au 20ème siècle ; seulement 13 de ses peintures et quelques schémas survivent. Sa réputation mondiale actuelle est basée principalement sur son plus grand chef d’oeuvre “Issenheim” un tableau peint de 1513 à 1515. Il grandi à Würzburg près de Nuremberg, et de 1501 jusqu’en 1521 il était propriétaire d’un atelier à Seligenstadt. Bien qu’il fût apparemment protestant et défenseur de Martin Luther, il exécute plusieurs œuvres pour 2 évêques du diocèse de Mayence.

Le premier travail de Grünewald est “la moquerie du Christ” peint en 1503, une peinture colorée et énergiquement expressive démontrant sa capacité de créer des effets de lumière. Les figures sont en quelque sorte suggestive, douce, et charnue, comme les représentation de la fin de la Renaissance italienne. Grünewald utilise la déformation figural pour dépeindre la violence et la tragédie, contrastant des secteurs de lumière et d’ombre. C’est ces éléments, mis en évidence dans ces premiers travaux, que Grünewald devait développer en modèle dominateur et individualiste totalement réalisé dans son “Issenheim”.

Ce tableau fut exécuté pour la chapelle de l’hôpital du monastère Saint Anthony à Issenheim en Alsace et se trouve au musée de Colmar. C’est un tombeau découpé avec deux ensembles d’ailes se pliants et de trois vues. Le premier, avec les ailes fermées, est une Crucifixion montrant une figure atrocement détaillée, tordue et sanglante du Christ sur la croix, de la mère de jésus en deuil soutenue par l’apôtre Jean, et Marie Madelaine se mettant à genoux avec les mains jointes en prière, et Jean-Baptiste debout se dirigeant vers le christ. Aux pieds de Jean baptiste se trouve un agneau tenant une croix, symbole de l’agneau de Dieu abattu pour les péchés des hommes. Le drame de la scène est intensifié par le contraste rigide entre un ton vibrant au premier plan et le paysage d’un ciel morne foncé et de basses montagnes dans le fond. Il est mort le 31 août 1528.