Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 14ème siècle > Jacques ou Jacob Van Artevelde

Jacques ou Jacob Van Artevelde

jeudi 17 mars 2016, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 28 juillet 2012).

Jacques ou Jacob Van Artevelde (1287-1345)

Homme politique Flamand

Jacques ou Jacob Van Artevelde Homme politique Flamand

Né à Gand, il est marchand de bétail, de poisson, de vin, d’argent et de textile et issu d’une famille de la haute bourgeoisie Gantoise. Il possède plusieurs terres dans les polders et habite le Kalandenberg [1], dans la riche paroisse Gantoise de Saint-Jean.

Ses différents contacts avec le pouvoir comtal en ont fait l’un des porte-parole de sa ville d’abord, des communes flamandes ensuite, dans les diverses négociations avec le comte de Flandre Louis de Nevers.

En 1336, Édouard III, qui veut obliger les villes flamandes à se tourner vers l’Angleterre, interdit l’exportation des laines anglaises vers la Flandre. Celle-ci entre en crise. Les profits baissent, le chômage augmente.

Les travailleurs et les drapiers ne voient que les agents du fisc venir de France et les émeutes commencent à se multiplier. Le 3 janvier 1338, il se fait confier la direction de Gand par les échevins de la ville et organise, en avril, une conférence des grandes villes de Flandre au monastère d’Eeckoutte [2]. À partir de ce moment, c’est lui qui assume le gouvernement du comté de Flandre [3].

Le comte Louis 1er de Flandre s’étant réfugié en France. il nomme à sa place un régent, Simon Van Halen. Il parvient à faire supprimer l’embargo sur l’importation de laine anglaise pour que l’industrie gantoise du drap puisse reprendre. Nous sommes alors à la veille de la guerre de Cent Ans. Dans ce conflit entre la France et l’Angleterre, il adopte au début une position de neutralité afin de créer un climat économique stable. Mais "l’homme sage de Gand" finit par choisir le camp de l’Angleterre.

En décembre 1339, il rencontre Édouard III à Anvers et conclut un accord avec lui. Les Flamands le reconnaissent comme roi de France et s’engagent à lui fournir des troupes pour conquérir son nouveau royaume. Édouard, lui, consent à transférer l’étape des laines d’Anvers à Bruges et à remettre à la Flandre les châtellenies de Lille, Douai et Orchies, annexées jadis par Philippe IV le Bel. En 1340, Van Artevelde invite Édouard III à Gand et l’y fait proclamer roi de France.

Au début des années 1340, le retour des laines anglaises ne ramène cependant pas la prospérité en Flandre et son autorité est de plus en plus contestée. Le pape Clément VI a lancé une excommunication aux Flamands parjures. Louis de Flandre parvient à reprendre pied dans le comté en se formant un parti chez les opposants. Van Artevelde répond par la fuite en avant. Il désavoue le comte de Flandre et suggère à Édouard III d’offrir le comté à son filsÉdouard, le futur Prince Noir. Il est cependant déjà trop tard pour lui. Contesté dans sa ville même de Gand, il fut assassiné lors d’une émeute en juillet 1345. La Flandre abandonna dès lors Édouard III et se rallia à la France.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Imago Mundi/ Artevelde et : Le petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 94

Notes

[1] quartier de Gand

[2] monastère dépendant du diocèse de Tournai , province de Reims , de 1050 à 1559

[3] Le comté, régné par la Maison de Flandre de 863 jusqu’à la mort de la dernière comtesse, Marguerite de Constantinople, en 1280, puis par la Maison de Dampierre Flandre, puis devenu l’une des possessions de la Maison capétienne de Bourgogne en 1385, devint alors l’un des principaux centres des États bourguignons. Après la Guerre de succession de Bourgogne il fut ensuite progressivement intégré aux Pays-Bas bourguignons et fut finalement détaché du royaume de France par le Traité de Madrid en 1526 en faveur des Habsbourg d’Espagne. Louis XIV en reconquit une partie sur les Espagnols. Le comté cessa d’exister en 1795 après la conquête des Pays-Bas autrichiens par les Français. Le territoire de ce comté correspond approximativement aux provinces belges actuelles de Flandre-Occidentale et de Flandre-Orientale, à l’ouest de la province de Hainaut (arrondissements de Tournai et Mouscron), plus la partie de la province d’Anvers située à l’ouest de l’Escaut, la Flandre zélandaise et la région historique de Flandre française (région de Lille, Dunkerque, Hazebrouck, Douai,…).