Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Valamir

mardi 26 janvier 2021 (Date de rédaction antérieure : 2 juin 2012).

Valamir (420-465)

Roi Ostrogoth de 447 à sa mort

Royaume Ostrogoth vers 560Membre de la dynastie des Amales [1], dans l’ancien pays de Pannonie [2] fils de Vandalarius et cousin du roi Thorismod.

Vassal sous la suzeraineté des Huns, Valamir participa aux raids d’Attila dans les provinces du Danube en 447, et commanda le contingent Ostrogoth de l’armée d’Attila à la Bataille des champs Catalauniques [3]. Avec la mort d’Attila en 453, Valamir devint le chef des Goths installé en Pannonie. Il s’ensuivit une lutte pour l’indépendance contre les Huns, de 456 à 457, où il défit et mis en déroute les fils d’Attila.

Une dispute concernant le tribut annuel incita Valamir à mener les Goths contre les Romains d’Orient à Constantinople de 459 à 462, lorsque l’empereur byzantin Léon 1er accepta de payer aux Goths un subside annuel en or. Durant un raid, Valamir fut éjecté de son cheval et tué.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de A. H. M. Jones et J. R. Martindale, The Prosopography of the Later Roman Empire, Vol II (AD 395 - 527) (1971 - 1980)

Notes

[1] La dynastie des Amales descend, selon leur tradition orale, du dieu suprême des Goths, Gaut traduit par le « verseur de semence », un des noms d’Odin à l’origine probable du nom de ce peuple. Jordanès, dans la Getica, parle des héros légendaires à l’origine des Amales : Gapt/ Gaut, engendre Humal, qui à son tour engendre Augis. Ce dernier est le père de Amal, qui donne son nom à la dynastie. « Cet Amal engendra Hisarnis. Hisarnis pour sa part engendra Ostrogotha. Ostrogotha pour sa part engendra Hunuil. Hunuil engendra de même Athal. Athal engendra Achiulf et Odulf. Achiulf pour sa part engendra Ansila et Ediulf, Vultulf et Hermanaric. Vultulf quant à lui engendra Valaravans. Valaravans pour sa part engendra Vinitharius. Vinitharius à son tour engendra Vandalarius. Vandalarius engendra Theudimir et Valamir et Vidimir. Theudimir engendra Théodoric...

[2] La Pannonie est une ancienne région de l’Europe centrale, limitée au Nord par le Danube et située à l’emplacement de l’actuelle Hongrie, et partiellement de la Croatie et de la Serbie. Les habitants originaux sont les Pannoniens, qui sont envahis par les Celtes et les Boïens au 4ème siècle av. jc. Vers 105 apr. jc, Trajan divise la province en Pannonie supérieure à l’ouest et Pannonie inférieure à l’est. Ces qualificatifs ne sont pas seulement déterminés par le sens du cours du Danube, mais aussi par l’éloignement par rapport à Rome en suivant les itinéraires routiers : le voyageur venant d’Italie rencontre d’abord la Pannonie supérieure, puis la Pannonie inférieure. Le Pannonien Maximien est associé au pouvoir en 285. Les tétrarques réorganisent les provinces pour en améliorer l’administration et la défense : la Pannonie inférieure est divisée en deux : au nord la Valeria, du nom de famille de Dioclétien, avec pour capitale Aquincum ; au sud, la Pannonia Secunda, avec pour capitale Sirmium

[3] La bataille des champs Catalauniques de 451 a opposé les forces coalisées, romaines et barbares, menées par le patrice romain Aetius d’une part, et l’armée des Huns, elle aussi composite et emmenée par Attila, d’autre part. Elle a longtemps été localisée aux environs de l’actuelle Châlons-en-Champagne, Duro Catalaunum à l’époque gallo-romaine, d’où provient le nom des « champs Catalauniques », mais cette localisation est l’objet de controverses. La bataille des champs Catalauniques marque l’avancée extrême en Occident des Huns, partis des steppes de la Volga vers 370 et établis en Pannonie (actuelle Hongrie) au début du 5ème siècle. La victoire relative d’Aetius, qui a peut-être bénéficié de sa bonne connaissance du peuple des Huns, écarte Attila de la Gaule, et est confirmée l’année suivante par l’échec de son attaque en Italie. Elle permet de maintenir une partie de la Gaule sous la domination directe de Rome, mais elle conforte aussi les peuples fédérés, notamment les Francs de Mérovée qui obtiennent le gouvernement de la Gaule belgique et les Wisigoths établis en Aquitaine.