Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Hugues le Noir

samedi 30 janvier 2021 (Date de rédaction antérieure : 12 novembre 2011).

Hugues le Noir (mort en 952)

Comte d’Outre Saône, de Mâcon, d’Autun-Comte et marquis de Provence en 93-Duc en Bourgogne franque de 923 à 952

Les pagis bourguignons au 9ème siècle.Second fils de Richard le Justicier, duc des Bourguignons [1], et d’Adélaïde, fille de Conrad II, comte d’Auxerre [2] et marquis de Transjurane [3]. Comme son frère Raoul est destiné à recueillir l’essentiel de l’héritage paternel, il semble s’être mis au service de plusieurs cours voisines.

Avant 914, il est pourvu du comté de Varais [4]. Il se constitue ensuite un important domaine entre Le Lyonnais et les comtés d’Outre Saône [5], dans les années qui suivent, avec l’assentiment de Louis III l’Aveugle, roi de Basse Bourgogne [6]. Comme ses domaines d’Outre Saône se trouvent également sur le royaume de Haute Bourgogne, il a probablement l’assentiment d’un autre cousin germain, Rodolphe II, roi de Haute Bourgogne, puis des Deux Bourgogne en 934.

Avec son frère Raoul, duc des Bourguignons, il combat Charles III le simple, roi de France et bat le favori de ce dernier, Haganon, en juin 922. Les grands du royaume proclament alors la déchéance de Charles le Simple et élisent roi le robertien Robert 1er. L’année suivante, ce dernier est tué à la bataille de Soissons et les grands du royaume élisent son frère Raoul comme roi des Francs. Raoul doit alors se dessaisir de ses fiefs, qu’il transmet à son frère Hugues. En 931, le roi de Bourgogne le nomme marquis de Lyon et comte de Mâcon [7].

A la mort de son frère Raoul, Hugues le Grand, duc des Francs et fils de Robert 1er, inquiet de sa puissance territoriale, fait monter sur le trône Louis IV d’Outremer, fils de Charles le Simple, et lui impose de partager le duché de Bourgogne, et il perd notamment les comtés de Troyes [8], de Langres [9] et de Sens [10].

Il refuse de reconnaître Louis d’Outremer comme roi, et ne l’accepte qu’à l’automne 938. A cette époque, le roi Rodolphe II de Bourgogne l’avait fait comte et marquis de Provence, mais il semble que ce soit un titre purement nominal, car c’est le comte Hugues d’Arles qui détient le pouvoir en Provence.

Il meurt le 17 décembre 952 et est inhumé à Besançon [11]. Son principal lieutenant, Gilbert de Chalon, lui succède.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Hugues le Noir/ Portail de l’Aube/ Catégories : Duc de Bourgogne/ Comte de Troyes/ Comte de Varais

Notes

[1] Le duché de Bourgogne est fondé en 880 à partir du royaume de Bourgogne, par les rois carolingiens Louis III et Carloman II et les membres princiers de leur famille qui se partagent l’Empire carolingien de Charlemagne dont ils ont hérité. Ils féodalisent tous les royaumes carolingiens de France en duchés et comtés vassaux des rois de France. Richard II de Bourgogne (dit Richard le Justicier) est nommé marquis puis premier duc de Bourgogne et un des six pairs laïcs primitifs de France par son suzerain le roi Louis III.

[2] Le comté d’Auxerre est un fief médiéval situé en Bourgogne. Le premier comte connu est un compagnon de Charlemagne, Hermenold, qui reçoit Auxerre en 771. Plusieurs comtes lui succèderont et en 859, Charles le Chauve donne le comté d’Auxerre à son cousin germain Conrad II. S’étant révolté, il est destitué et le comté est confié à Robert le Fort. Le comté finit par revenir aux Capétiens et Robert II le Pieux en fait la dot de sa fille Adélaïde qui épouse Renaud 1er de Nevers. Pendant deux siècles et demi, les destinées des comtés d’Auxerre et de Nevers resteront liées, et auxquelles s’ajoutera celle du comté de Tonnerre, jusqu’à la mort de Mathilde II, en 1262. Ses trois filles se partageront les comtés et Alix, mariée à Jean Ier de Châlon aura Auxerre.

[3] Le Royaume de Haute-Bourgogne (ou royaume de Bourgogne transjurane) était un État féodal qui a existé au 10ème siècle (transjuran signifiant à l’est des Monts du Jura). Issue de la partition de la Bourgogne impériale lors du traité de Prüm, (elle même issue de la division du royaume de Bourgogne (Burgondie) à la suite du traité de Verdun de 843), son territoire s’étendait dans les actuelles Suisse et Franche-Comté.

[4] Le comté de Varais ou comté de Warasch , occupait l’actuel l’arrondissement de Pontarlier dans le département du Doubs. Plus précisément il s’étendait de Rougemont à Poligny du nord au sud et des sommets des monts du jura jusqu’aux rives du Doubs d’est en ouest ; sa capitale était Baume-les-Nones

[5] future Franche-Comté

[6] Le Royaume de Provence (ou royaume de Basse-Bourgogne ou Bourgogne Cisjurane) était un État féodal qui a existé au 10ème siècle. Issu de la partition de la Bourgogne impériale lors du Traité de Prüm de 855 (elle-même issue de la division du Royaume de Bourgogne à la suite du traité de Verdun de 843), son territoire s’étendait du Lyonnais à la mer Méditerranée. Vers 933, sous le règne de Rodolphe II, roi de la Bourgogne transjurane, le royaume de Haute-Bourgogne et le royaume de Provence s’unissent.

[7] À l’époque carolingienne, le pagus devient un comté. Sans postérité, le dernier comte, Jean de Dreux et de Braine, et sa veuve, Alix, comtesse de Mâcon et de Vienne, vendent en 1239 le comté au roi de France, Saint Louis, qui l’incorpore au domaine royal (le titre de comte de Vienne restant aux oncles d’Alix) ; un bailli royal est aussitôt installé à Mâcon, Aumaury de Courcelles (dont le dernier successeur ne disparaîtra qu’en 1790). Rendu au duché de Bourgogne en 1435 dans le cadre du traité d’Arras, le comté de Mâcon est définitivement annexé au royaume avec l’ensemble de la Bourgogne après 1477, année de la défaite et de la mort du duc Charles le Téméraire vaincu par Louis XI.

[8] La vicomté de Troyes était le titre et le fief alors situé à Troyes dans la Champagne, où elle avait son siège. Au 13ème siècle le fief était partagé entre la famille comtale, Jeanne de Plancy, Jean II de Dampierre. Le siège de la vicomté était à Troyes entre la porte de Croncel et l’église Saint-Nicolas de Troyes. Les revenus provenaient des halles de Châlons, le minage des grains, le forage des vins, des droits de tonlieu sur la porte de Croncels et de Saint-Jacques à Troyes. La plupart des terres étaient à Villechétif

[9] Langres est une commune française du département de la Haute-Marne, dont elle est l’une des deux sous-préfectures. Langres a donné son nom à une région traditionnelle qui avait le titre de comté et une coutume particulière à celle de Sens (le Pays de Langres), ainsi qu’à un diocèse dont le titulaire avait depuis le 12ème siècle le titre de duc et pair de France.

[10] Sens est une commune française, chef-lieu d’arrondissement, située à 100 km au sud-est de Paris, dans le département de l’Yonne. À la fin du 4ème siècle, Sens est la capitale de la Quatrième Lyonnaise. Cette circonscription civile sert de cadre à l’Église pour la fondation de l’archevêché de Sens. Sa devise est Campont, d’après les initiales des évêchés de : Chartres, Auxerre, Meaux, Paris, Orléans, Nevers et Troyes. L’hôtel de Sens est leur résidence officielle à Paris. Le trône archiépiscopal de l’archevêque dominait dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, le trône épiscopal de l’évêque de Paris. En 1622, la province ecclésiastique de Sens fut divisée en deux, Chartres, Meaux, et Orléans devenaient suffragants du nouvel archevêché : Paris. En 732, les Maures débarqués en Camargue remontent toute la vallée du Rhône et pillent la ville de Sens. Cette opération est vue comme une tentative de diversion, afin de diviser les forces franques à affronter, l’année de la bataille de Poitiers.

[11] Besançon est une commune de l’est de la France, préfecture du département du Doubs. Située en bordure du massif du Jura à moins d’une soixantaine de kilomètres de la Suisse, elle est entourée de collines et traversée par le Doubs. Capitale de la région historique et culturelle de Franche-Comté. C’est en 888 qu’Eudes 1er de France, dans sa féodalisation du royaume, fonde les duchés et comtés de Bourgogne. Ce dernier ayant pour capitale Dole est rattaché au Comté de Varais dans lequel se trouve Besançon.