Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 8ème siècle > Léon III l’Isaurien

Léon III l’Isaurien

samedi 13 avril 2019, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 26 septembre 2011).

Léon III l’Isaurien (675-741)

Empereur byzantin de 717 à 741

Monnaie de Léon III et de son fils Constantin V.Né à Germaniceia [1], il fonde la dynastie isaurienne. Issu d’un milieu modeste, sa famille aurait été transplantée en Thrace [2], dans le cadre du repeuplement de cette région, ravagée par les incursions bulgares et slaves.

L’empereurAnastase II le nomma stratège [3] du thème des Anatoliques [4]. Théodose III ayant renversé Anastase, il marcha à son tour sur Constantinople [5] et se proclama empereur, à l’approbation de tous, le 25 mars 717.

Les Arabes mirent peu après le siège devant Constantinople, d’août 717 à août 718, mais il parvint à les repousser, s’étant préoccupé, dès son avènement, de renforcer les protections de la ville en levant un impôt spécial sur les terres dans ce but.

Il met fin au danger bulgare, par un accord avec le Khan Tervel, réprima un soulèvement en Sicile en 718 et un autre à Thessalonique [6] en 720.

Cette même année, il associa son jeune fils Constantin V au trône en le couronnant en même temps que sa 3ème femme, Marie .

En 740, il bat les Arabes à la bataille d’Akroinon [7]. Il s’employa à réorganiser l’administration militaire, financière, et juridique de l’empire. Il publia ainsi, en 726, l’Ekloga [8].

Parmi les dispositions majeures de ce code figurent, le renforcement des droits de la femme, corollaire à la limitation de la patria potestas, le remplacement de la peine capitale par des peines de mutilation, ablation du nez, de la langue, des mains, aveuglement.

Le trait le plus marquant de sa politique est l’apparition de l’iconoclasme [9], qu’il imposa peu de temps après son avènement.

Il prend pour la première fois position contre les images en 726, sous l’influence de Constantin de Nacolia et de Thomas de Claudiopolis. La première manifestation significative de l’iconoclasme fut la destruction du Christ de la Chalké [10], à Constantinople, qui provoqua une émeute vite réprimée dans le sang.

L’édit iconoclaste fut promulgué en janvier 730, prescrivant la destruction non seulement des icônes mais aussi des reliques. Cette politique reçut l’opposition non seulement de Jean Damascène, mais aussi du pape Grégoire III. En représailles, il confisqua tous les biens pontificaux situés en Sicile et en Calabre, alors terres byzantines.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de encyclopédie universalis / /Léon III l’isaurien

Notes

[1] aujourd hui Maras en Turquie

[2] La Thrace désigne une région de la péninsule balkanique partagée entre la Grèce, la Bulgarie et la Turquie ; elle doit son nom aux Thraces, la peuplade qui occupait la région dans l’Antiquité. Au 21ème siècle, la Thrace fait partie, à l’ouest, de la Grèce, Thrace occidentale, au nord, de la Bulgarie et, à l’est, de la Turquie, Thrace orientale.

[3] Dans l’Empire byzantin, à partir du 7ème siècle, un stratège est le commandant d’un thème et de son armée. Il est le détenteur des pouvoirs civils et militaires au sein de cette province. Le terme de monostratège désigne un stratège qui a autorité sur plusieurs thèmes.

[4] Les Anatoliques ou le thème des Anatoliques sont un thème de l’Empire byzantin situé en Asie Mineure (Turquie actuelle). Après la division de l’Opsikion au milieu du 8ème siècle, il devient le plus important des thèmes de l’empire.

[5] Constantinople est l’appellation ancienne et historique de l’actuelle ville d’Istanbul en Turquie (du 11 mai 330 au 28 mars 1930).

[6] Thessalonique ou Salonique est une ville de Grèce, chef-lieu du district régional du même nom, située au fond du golfe Thermaïque.

[7] La bataille d’Akroinon ou bataille d’Acroinum oppose en 740 le Califat omeyyade à l’Empire byzantin. La victoire décisive des Byzantins permet à l’empereur Léon III l’Isaurien de repousser les forces omeyyades hors d’Anatolie. Cette bataille contribue en partie à la chute de la dynastie omeyyade. La bataille est décrite en détail dans la chronique de Théophane le Confesseur.

[8] recueil de lois formant un code adapté aux nécessités pratiques et quotidiennes des magistrats et regardé comme une des plus importantes compilations de droit byzantin avec les codes de Justinien et de Théodose

[9] L’iconoclasme est, au sens strict, la destruction délibérée de symboles ou représentations religieuses appartenant à sa propre culture, généralement pour des motifs religieux ou politiques. Ce courant de pensée rejette l’adoration vouée aux représentations du divin, dans les icônes en particulier. L’iconoclasme est opposé à l’iconodulie. L’iconoclasme ou Querelle des Images est un mouvement hostile au culte des icônes, les images saintes, adorées dans l’Empire romain d’Orient. Il se manifesta aux 8ème et 9ème siècles par des destructions massives d’iconostases et la persécution de leurs adorateurs, les iconophiles ou iconodules. Il caractérise également la Réforme protestante.

[10] la Chalkè désigne la porte principale du Grand Palais à Constantinople, qui doit son nom aux vantaux de bronze du portail ou, s’il faut en croire Cedrenus, aux tuiles de bronze doré du toit. Ce vestibule monumental s’ouvrait à l’extrémité de la Via Regia, prolongeant la Mésé après le Milion jusqu’au palais impérial et au Sénat. Sa position exacte n’est pas connue avec certitude et varie selon les reconstructions hypothétiques du Grand Palais effectuées par les historiens.