Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 7ème siècle > Talha ibn Ubayd Allah

Talha ibn Ubayd Allah

mercredi 19 octobre 2016 (Date de rédaction antérieure : 15 septembre 2011).

Talha ibn Ubayd Allah (vers 597-656)

Compagnon de Mahomet. Il a joué un rôle important à la bataille de Uhud [1]. Cousin germain d’Abû Bakr et une de ses femmes était une juive de Syrie.

Il fut l’un des rares habitants de la Mecque sachant lire et écrire à l’avènement de l’Islam. Bien que jeune, il accompagnait les commerçants qui faisaient le voyage La Mecque-Shaam en caravane. Lors d’un voyage, à Busrah en Syrie il fit la rencontre d’un moine qui lui prédit l’arrivée d’un prophète parmi son peuple.

Arrivé à La Mecque sa femme le mit au courant que Muhammad ibn Abdullah se réclamait prophète et que Abou Bakr le croyait. Il devint ainsi musulman à 18 ans par l’intermédiaire d’Abou Bakr, ce qui en fait l’un des premiers convertis, 7 ans avant l’Hégire.

En 617, il suivit Mahomet à Médine lors de l’hégire. À Médine, il résida chez As ad bin Zurarah, qui fit partie des premiers convertis de la ville.

Il prit part aux mêmes batailles que Mahomet, à l’exception de la bataille de Badr [2]. Mahomet l’avait envoyé avec Saïd ibn Zayd pour espionner les mouvements de l’armée des Quraychites [3]. Ils ne la rencontrèrent pas et quand ils revinrent, la bataille avait eu lieu, remportée par les musulmans. Ils obtinrent néanmoins leur part du butin.

Le second calife, Omar ibn al-Khattab, le fit membre du conseil chargé de désigner son successeur composé de Ali, Talha, Zubayr et Uthman. Après la mort d’Omar les délibérations durèrent 3 jours, c’est Uthman qui fut élu en novembre 644.

Des habitants de l’Égypte se sont révoltés contre Uthman et contre son gouverneur. Ils avaient commencé à prendre des contacts à Bassora [4] et Koufa [5] pour destituer le calife et de le remplacer par l’un de leurs candidats à savoir Alî, Zubayr ou Talha. Le fils de Talha, Muhammad était un ami d’Uthman et il l’informa des bruits qui couraient à Médine sur cette conjuration.

Uthman fils appeler Ali, Talha et Zubayr pour les mettre en garde. Au cours de cette entrevue, Ali reprocha à Uthman de se servir trop généreusement du trésor public au profit de sa famille. Uthman s’engagea à restituer cet argent.

Les insurgés étaient divisés sur le choix du remplaçant d’Uthman ; ceux d’Égypte étaient pour Ali. Ils lui ont remis une lettre exposant leur projet, Ali les renvoya. Les insurgés venant de Bassora avaient pour candidat Talha, ils reçurent le même refus.

Uthman rencontra Ali lui demandant de faire partir ces insurgés, en contre partie il ferait ce qu’Ali lui recommanderait. Marwân ben al-Hakam envoya un faux message portant la signature d’Uthman, commandant au gouverneur de réprimer ces insurgés à leur retour en Égypte.

Le message a été intercepté et les insurgés sont revenus sur leurs pas à Médine pour mettre Uthman en accusation. Marwân réussit alors à lui faire croire que c’était Alî le responsable de cette provocation. Les insurgés assiégèrent la maison d’Uthman qui n’osant plus sortir chargea Talha de diriger la prière à sa place. Les insurgés ont mis le feu à la maison et l’ont mise à sac. Uthman est mort au cours de cette mise à sac le 17 juin 656.

La nomination du nouveau calife mettait en présence Ali soutenu par les gens d’Égypte, Zubayr soutenus par ceux de Koufa et Talha soutenu par ceux de Bassora. Ali reçut immédiatement le soutien des médinois. Il demanda à Talha et à Zubayr de lui prêter serment, ce qui fut fait le 24 juin 656.

Talha fit partie de ceux qui combattirent en 656 Ali ibn Abi Talib à la Bataille du Chameau [6], pour venger l’assassinat d’Uthman. Au cours du combat, il fut atteint d’une flèche, tirée selon certains par un de ses propres soldats, Marwan ibn Al-Hakam .

Il fut conduit en sécurité et mourut plus tard de sa blessure, âgé de 64 ans

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Talhah »

Notes

[1] La bataille de `Uhud ou de `Ohod est une bataille entre les musulmans yathribins et le clan mecquois des Quraychites sur le mont `Uhud près de Médine en 625. La victoire fut aux traditionalistes mecquois.

[2] La bataille de Badr, aussi appelée Invasion de Safouan, est la première bataille victorieuse des Arabes musulmans. C’est la bataille de Mahomet contre le clan quraychite qui l’avait contraint à l’exil vers Médine, et eut lieu le 17 mars 624.

[3] Les Quraychites, sont les descendants de Quraysh. Ils appartiennent au groupe des Arabes adnanites qui se disaient descendants d’Adnan et par lui d’Ismaël. Les plus farouches adversaires de Mahomet se sont recrutés parmi les Quraychites. Un de ses oncles Abû Lahab qui fait l’objet de la condamnation divine dans la sourate CXI. Un autre adversaire déclaré est Abû Sufyân qui se convertit à l’islam au moment de la prise de la Mecque par les troupes musulmanes. Son fils Mu`âwîya sera le premier calife héréditaire, fondateur de la dynastie Omeyyade. Le 15 mars 624, le clan mecquois des Quraychites, qui avait contraint Mahomet à l’exil vers Médine deux ans auparavant, est défait par la petite troupe de Mahomet à la bataille de Badr, première bataille victorieuse de l’islam, devenue mythique.

[4] Bassora ou Bassorah ou Basra est la deuxième ville d’Irak, après Bagdad, la capitale. C’est la capitale de la province d’Al-Basra. Principal port du pays, la ville est située sur le Chatt-el-Arab, estuaire commun des fleuves Tigre et Euphrate, à 55 km en amont du golfe Persique et à 550 km de Bagdad. Bassora est, avec Koufa (située plus au nord), un ancien « misr » (au pluriel « amsar » : ville-camp), bâtie en 638 par Omar, le deuxième calife bien-guidé, lors de l’expansion musulmane. Afin de maintenir la distinction entre « croyants » (les convertis à l’islam) et les autres populations, les musulmans y vivaient. Ce confinement ethnique et religieux a, à maintes reprises, fait de la ville un lieu de bouillonnement idéologique.

[5] Koufa ou Kûfa est une ville d’Irak, environ 170 km au sud de Bagdad, et à 10 km au Nord-est de Nadjaf. Elle est située sur les rives du fleuve Euphrate. C’est la deuxième ville de la province de Nadjaf. Avec Kerbala, et Nadjaf, Koufa est une des trois villes irakiennes de grande importance pour les musulmans chiites. Sur une décision du calife `Omar, Koufa a été construite pour être un pôle d’immigration arabe dans le sud de la Mésopotamie, et de devenir la capitale. Les Arabes recherchaient un endroit où ils ne souffriraient pas de maladies. À l’emplacement de Koufa, il y avait une ville Sassanide qui faisait partie d’une province perse. Les quartiers arabes de la ville ont été construits en 638, à peu près au même moment qu’à Bassora, quand les armées arabes combattaient les Sassanides. La ville fut construite en briques cuites. On commença par construire la mosquée au centre de la ville à 1,5 km de l’Euphrate. On creusa un réservoir d’eau prévu pour 20 000 habitants. La population de Koufa était formée d’immigrants arabes venant soit de la région de La Mecque, soit du sud de l’Arabie, Yémen et Hadramaout, certains d’entre eux étaient chrétiens ou juifs. En 655, les habitants de Koufa soutiennent `Alî contre le calife `Uthman.

[6] La bataille du chameau est une des batailles entre les premiers musulmans, opposant le clan des Quraychites à La Mecque aux fidèles d’Ali. Elle a lieu le 9 décembre 656 près de Bassorah. À l’issue de cette bataille, Ali est vivant et les deux chefs de l’insurrection morts.