Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 7ème siècle > Uthman ibn Affan dit Othmân ibn Affân

Uthman ibn Affan dit Othmân ibn Affân

lundi 17 juin 2013, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 13 septembre 2011).

Uthman ibn Affan dit Othmân ibn Affân (579-656)

Troisième calife de l’islam de 644 à 656

Version vectorisée de la calligraphie emblématique du 3e calife rachidun, Uthman ibn AffanSuccesseur d’Abû Bakr et d’Omar et selon la tradition, il est le premier mecquois converti à l’islam. Il s’est converti avant l’hégire et il a participé au premier exil des musulmans en Abyssinie [1] en 620. Ses relations avec Mahomet furent excellentes.

Choisi comme calife de préférence à Ali, il suscita des mécontentements autour de lui, d’abord par la confiscation au profit de son clan d’une partie du butin ramené des conquêtes d’Afrique, d’Asie Mineure et de Perse, ensuite en fixant officiellement le texte du Coran.

Sous son califat, le territoire musulman s’accrût considérablement notamment en 649 ou de nombreux territoires africains et espagnols furent conquis mais il se rendit impopulaire dans certaines régions soumises à son autorité notamment à Koufa [2] en Irak en bannissant des habitants et en changeant souvent les gouverneurs de ces régions.

De nouveaux problèmes surgirent, 4 types de divergences apparurent à propos du texte du Coran. Il décida alors d’officialiser un exemplaire du texte coranique et établit une classification unique des sourates les unes par rapport aux autres. C’est à cette fin qu’en 647, il chargea une commission de préparer plusieurs copies du Coran. Ces copies préparées, il les fit envoyer en différents points importants du territoire musulman. Il fut assassiné à Médine [3] par une foule de musulmans en colère le 17 juin 656.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia/ Portail de l’islam/ Catégories/ Rashidun

Notes

[1] L’Abyssinie désigne l’Empire d’Éthiopie et le régime fondé vers 990 par la dynastie Zagoué. Il disparaît lors du coup d’État de 1974 et par l’abolition définitive de la monarchie le 12 mars 1975 par le régime du Derg. Pendant la majeure partie de son existence, l’Empire couvre ce qui est aujourd’hui l’Éthiopie et l’Érythrée ; toutefois, à son apogée, il inclut également le nord de la Somalie, Djibouti, le sud de l’Égypte, l’est du Soudan, le Yémen et l’ouest de l’Arabie saoudite.

[2] Koufa ou Kûfa est une ville d’Irak, environ 170 km au sud de Bagdad, et à 10 km au Nord-est de Nadjaf. Elle est située sur les rives du fleuve Euphrate. Sur une décision du calife `Omar, Koufa a été construite pour être un pôle d’immigration arabe dans le sud de la Mésopotamie, et de devenir la capitale. Les Arabes recherchaient un endroit où ils ne souffriraient pas de maladies. À l’emplacement de Koufa, il y avait une ville Sassanide qui faisait partie d’une province perse. Les quartiers arabes de la ville ont été construits en 638, à peu près au même moment qu’à Bassora, quand les armées arabes combattaient les Sassanides.

[3] Médine est une ville d’Arabie saoudite, capitale de la province de Médine, située dans le Hedjaz. C’est là que vint s’installer en 622 à l’hégire le prophète de l’islam, Mahomet, après qu’il eut, selon le Coran, reçu l’ordre de Dieu de quitter La Mecque, ville distante de plus de 430 km. C’est aussi là qu’il mourut et fut enterré en 632. La ville abrite son tombeau dans la Masjid An Nabawi (mosquée du Prophète) ainsi que les premiers califes Abou Bakr et Omar, les autres personnes importantes de l’islam restant au cimetière Al-Baqi. Médine est la deuxième ville sainte de l’islam, après La Mecque.