Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 16ème siècle > Giovanni Antonio Bazzi, dit le Sodoma

Giovanni Antonio Bazzi, dit le Sodoma

lundi 19 décembre 2022, par ljallamion

Giovanni Antonio Bazzi, dit le Sodoma (1477-1549)

Peintre italien de la haute Renaissance

Élève de Giovanni Martino Spanzotti , il acquit la manière de l’école lombarde [1], puis succéda à Signorelli au cloître de Monte Oliveto Maggiore [2].

Durant son séjour à Rome, à partir de 1508, il collabore avec Raphaël dans les fresques de la chambre de la signature au Vatican et en 1512, il travaille à la Villa Farnesina [3]. Ami et familier du Duc de Piombino [4], il fut nommé chevalier en 1516 par le pape, et honoré du titre de Comes Palatinus [5] par l’Empereur Charles Quint.

Il s’installa ensuite à Sienne [6] où il réalisa la majeure partie de sa carrière comme fresquiste, si bien qu’il est compté parmi les maîtres de l’école siennoise [7].

Bien qu’il n’ait pas été un grand dessinateur, la maîtrise du Sodoma pour les expressions, le mouvement et la couleur le rapproche de Léonard de Vinci, tout spécialement pour les figures féminines, gracieuses, douces et graves.

Son meilleur élève Le Riccio devint son gendre en épousant sa fille Faustina.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Le Sodoma/ Portail de la peinture/ Peintre italien du XVIe siècle

Notes

[1] L’École lombarde ou école de Milan, est l’une des écoles italiennes de peinture de la Renaissance

[2] L’abbaye territoriale Santa Maria de Monte Oliveto Maggiore est une abbaye territoriale, se trouvant à Chiusure, frazione de la commune d’Asciano en marge du désert d’Accona. Fondée en 1313 par saint Bernard Tolomei, elle est l’abbaye-mère de la congrégation bénédictine olivetaine.

[3] La villa Farnesina (ou la villa della Farnesina ou plus simplement la Farnesina ou même la Farnésine), via della Lungara, à Rome, a été construite entre 1508 et 1511 par l’architecte Baldassarre Peruzzi dans le rione du Trastevere, pour le compte du Siennois Agostino Chigi, banquier et trésorier du pape Jules II.

[4] Piombino est une ville italienne située dans la province de Livourne en Toscane. Piombino fait face à l’île d’Elbe dont la ville est séparée par le canal de Piombino, large d’une dizaine de kilomètres.

[5] Comte Palatin

[6] Sienne se situe au centre d’une zone collinaire, entre les vallons de l’Arbia au sud, de la Merse au sud-ouest et de l’Elsa au nord, avec les collines du Chianti au nord-est, la Montagnola à l’ouest et les Crete Senesi au sud-est. La place en « coquillage » est le point d’intersection des trois collines qui forment Sienne.

[7] L’école siennoise de peinture en Italie s’étend du 13ème au 16ème siècle et se développe parallèlement à l’art pictural de l’école florentine, par un goût raffiné pour la couleur, hérité de Byzance, avec un chromatisme très particulier, orangés, rouges très vifs, verts amandes et un jeu subtil d’opposition des chauds et des froids. Leur verdaccio, cette préparation qui va définir le modelé des visages et des mains, répond à une technique particulièrement soignée qui sera développée par Martini. Un des caractères de la peinture siennoise, c’est un sens réel de l’histoire, de la narration. Beaucoup de scènes de la vie des saints n’avaient pas de modèles iconographiques. Il fallait inventer. Les peintres siennois ont eu également le souci précoce d’assimiler des modes d’expression gothiques. Cela les distingue des principes que l’on attribue traditionnellement à la Renaissance italienne, de la plus pure tradition byzantine de Duccio di Buoninsegna, à Simone Martini, Pietro et Ambrogio Lorenzetti, Domenico et Taddeo di Bartolo, Stefano (il Sassetta) et Matteo di Giovanni.