Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 16ème siècle > Bartolomeo Ammannati ou Ammanati

Bartolomeo Ammannati ou Ammanati

mercredi 26 octobre 2022, par ljallamion

Bartolomeo Ammannati ou Ammanati (1511-1592

Architecte et sculpteur de l’école florentine

Il s’est distingué davantage dans l’architecture que dans la sculpture. Il a conçu des bâtiments à Rome, Padoue [1] et Florence [2].

Il a très fortement imité le style de Michel-Ange, dont il a été un des disciples. Bartolomeo étudie d’abord auprès de Baccio Bandinelli puis, parti à Venise [3], il collabore avec Jacopo Sansovino pour la Biblioteca Marciana [4].

En 1544, il réalise une statue colossale d’Hercule de neuf mètres de haut pour le juriste humaniste de Padoue, Marco Mantova Benavides .

En 1546, également à Padoue, un portail avec Apollon et Jupiter et le mausolée de Benavides aux Eremitani [5].

En 1550, il part à Rome pour exécuter le tombeau d’Antonio et de Fabiano del Monte à San Pietro in Montorio.

La même année, Ammannati épouse Laura Battiferri , une femme poète élégante.

Avec Giorgio Vasari et pour le pape Jules III des Monte, il travaille au nymphée [6] de la Villa Giulia de Rome [7], en construisant des fontaines et des grottes à trois niveaux ; ces derniers constituent l’élément "surprise" de la cour, un propos maniériste [8] par excellence.

Revenu à Florence en 1555, il réalise une grande fontaine pour le salon des Cinq-Cents du Palazzo Vecchio [9] et complète, en 1559 et sur des projets de Michel-Ange, la réalisation de l’escalier monumental du vestibule de la bibliothèque Laurentienne [10].

De 1557 à 1563, il réalise le palais Grifoni donnant sur la Piazza della Santissima Annunziata [11].

De 1558 à 1570, il travaille à la transformation du Palais Pitti [12] en villa suburbaine pour les Grands-ducs Médicis et en rallonge la façade dans le style initial.

Une de ses œuvres principalement réputées est la fontaine de Neptune qui se trouve sur la Piazza della Signoria à Florence [13] où sa statue monumentale de Neptune en marbre est accompagnée des naïades et des satyres de Jean Bologne et de Pietro Tacca . Le groupe symbolise le désir de Cosme 1er de Médicis de faire de la Toscane [14] une grande puissance navale.

Sur un projet initial de Baccio Bandinelli, mort avant sa réalisation, et à la suite d’un concours qui l’oppose à Giambologna et qu’il remporte, sa réalisation lui est attribuée à l’occasion du mariage, en 1565, de François 1er de Médicis avec Jeanne d’Autriche , nièce de Charles Quint.

En 1569, il est chargé par Cosme 1er de Médicis de reconstruire le pont détruit par une crue de l’Arno [15], connu sous le nom de “Ponte della Trinità”. Célèbre notamment pour ses trois arches elliptiques dites aussi en anse de panier, le pont a résisté, depuis, à la fureur du fleuve qui a balayé au cours de l’histoire plusieurs autres ponts.

En 1570, il réalise le tombeau de Bindo Altoviti avec un monument allégorique de la Charité sur la porte de la sacristie de la Chiesa di Santi Apostoli [16].

En 1582, il est chargé par Grégoire XIII de dessiner, à Rome, le Collège romain des Jésuites [17].

En 1589, il participe avec Giambologna et Bernardo Buontalenti aux scénographies des noces entre le Grand-duc [18] Ferdinand 1er et Christine de Lorraine qui se déroulent au Prato di Ognissanti. Il a eu comme élève Giovanni Antonio Dosio .

En 1591, il dessine les plans de la Chiesa di Santa Maria a Gradi, une église d’Arezzo [19] dont l’édification sera terminée en 1611.

Il a réalisé également le groupe Hercule et Anthée et la statue de l’Apennin pour le jardin de la Villa di Castello [20].

La sépulture d’Ammannati et de sa femme se trouve dans la chapelle San Bartolomeo de la Chiesa di San Giovannino degli Scolopi de Florence [21].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Michael Kiene, Bartolomeo Ammannati, Milan, Electa (1995) dans Revue de l’Art, n° 117

Notes

[1] Padoue est une ville italienne de la région de la Vénétie, située au nord de la péninsule dans la plaine du Pô, à 40 kilomètres de Venise, sur la rivière Bacchiglione. À partir de 1405 la ville fut sous la domination vénitienne. Durant une brève période, pendant la guerre de la Ligue de Cambrai en 1509, la ville changea de mains. Le 10 décembre 1508, les représentants de la papauté, de la France, du Saint Empire romain germanique et de Ferdinand II d’Aragon conclurent une alliance (la Ligue de Cambrai) contre la République. L’accord prévoyait le démembrement complet du territoire de Venise en Italie et son partage entre les signataires : l’empereur Maximilien 1er de Habsbourg devait recevoir Padoue, en plus de Vérone et d’autres territoires. En 1509, Padoue passa pendant quelques semaines sous le contrôle des partisans de l’Empire. Les troupes vénitiennes récupérèrent rapidement la ville qui fut défendue avec succès durant le siège de Padoue par les troupes impériales en 1509. Entre 1507 et 1544, Venise construisit à Padoue de nouveaux murs, agrémentés d’une série de portes monumentales.

[2] Florence est la huitième ville d’Italie par sa population, capitale de la région de Toscane et siège de la ville métropolitaine de Florence. Berceau de la Renaissance en Italie, capitale du royaume d’Italie entre 1865 et 1870

[3] Venise est une ville portuaire du nord-est de l’Italie, sur les rives de la mer Adriatique. Elle s’étend sur un ensemble de 121 petites îles séparées par un réseau de canaux et reliées par 435 ponts. Située au large de la lagune vénète, entre les estuaires du Pô et du Piave, Venise est renommée pour cette particularité, ainsi que pour son architecture et son patrimoine culturel

[4] la bibliothèque Saint Marc

[5] L’église des Érémitiques est une église de Padoue édifiée en 1276 pour honorer les saints Philippe et Jacques et dont le nom vient de l’ancien couvent des Ermites de saint Augustin, maintenant siège des musées civiques de la ville.

[6] Un nymphée est un bassin recevant une source considérée à l’origine comme sacrée.

[7] Le Musée national étrusque de la villa Giulia est un musée de Rome consacré aux civilisations étrusque et falisque. C’est le plus grand musée étrusque du monde. Il se trouve à la villa Giulia, située dans le quartier Pinciano, résidence papale d’été, construite sous le pontificat du pape Jules III. Il rassemble des objets issus de fouilles menées durant près d’un siècle dans l’Étrurie méridionale, parmi lesquels les plus connus sont l’Apollon de Véies, le centaure de Vulci, les lamelles d’or de Pyrgi et un exemplaire du Sarcophage des Époux.

[8] Le maniérisme est un mouvement artistique qui s’étend entre 1520 environ (mort du peintre Raphaël) et les premières années du 17ème siècle. Le mouvement a longtemps été perçu comme une réaction amorcée par le sac de Rome de 1527, qui ébranla l’idéal humaniste de la Renaissance. Il n’est pas circonscrit à l’Italie, et se propage en Europe (« Maniérisme international ») où il perdure jusque dans les années 1620, voire au-delà.

[9] Le Palazzo Vecchio est l’hôtel de ville de Florence, chef-lieu de la Toscane en Italie. Ce palais-forteresse, en forme de parallélépipède situé sur la Piazza della Signoria, est un des plus beaux bâtiments de la ville. Il côtoie la Loggia dei Lanzi et les Offices. Son nom remonte au transfert des Médicis pour le nouveau palais Pitti situé de l’autre côté de l’Arno, à partir de là, le palais sera qualifié de vecchio (« vieux » en italien). La construction du palais débuta en 1299 sous la direction de l’architecte Arnolfo di Cambio. À l’origine, il portait le nom de Palazzo della Signoria (palais de la Seigneurie) et était le siège du gouvernement de Florence (la Signoria).

[10] La bibliothèque Laurentienne est une bibliothèque publique d’État située dans l’enceinte du monastère de la basilique San Lorenzo de Florence, contenant plus de 11 000 manuscrits et 4 500 premiers livres imprimés. Construite dans un cloître de la basilique sous le patronage du pape Clément VII, la bibliothèque a été édifiée pour souligner que les Médicis n’étaient plus des marchands, mais des membres de la société instruite et ecclésiastique. Elle contient les manuscrits et livres appartenant à la bibliothèque privée de la famille Médicis. La bibliothèque est réputée pour son architecture, conçue par Michel-Ange, qui est un exemple de maniérisme

[11] La Piazza della Santissima Annunziata (place de la Très Sainte Annonciation) est une place de la ville de Florence de grande harmonie stylistique due aux bâtiments qui la bordent des plus grands architectes de la Renaissance artistique italienne, conception globale due à Filippo Brunelleschi.

[12] Le palais Pitti est un immense palais de style Renaissance situé à Florence, en Italie. Il a été érigé dans le quartier Oltrarno (rive ouest du fleuve Arno), non loin du Ponte Vecchio. Le cœur du palais actuel date de 1458 et était, à l’origine, la résidence de Luca Pitti, un ambitieux banquier florentin. Le palais est racheté en 1549 par la famille Médicis et devient la résidence principale des familles régnantes du grand-duché de Toscane. Au fil du temps, il se transforme en véritable coffre aux trésors, les générations successives y amassant peintures, orfèvreries, bijoux et autres biens de luxe. À la fin du 18ème siècle, le palais Pitti est utilisé comme base politique par Napoléon 1er, il sert ensuite également mais brièvement de palais royal à l’Italie nouvellement unifiée.

[13] La piazza della Signoria (place de la Seigneurie en français) est, avec la piazza del Duomo, la plus importante place touristique de Florence en Toscane en Italie. Elle date des 12ème et 14ème siècles dans sa forme actuelle en « L », avec le palazzo Vecchio (Vieux Palais, siège du pouvoir de la République florentine, du duché de Florence et du grand-duché de Toscane, actuel musée) accolé à la loggia dei Lanzi et à la galerie des Offices, voisin du ponte Vecchio, avec ses nombreuses sculptures artistiques publiques

[14] La Toscane, dirigée d’abord par des margraves et des marquis aux 9ème et 10ème siècles, devint un ensemble de cité-États à statut républicain-oligarchique. Au 15ème siècle, avec Cosme de Médicis, elle est progressivement réunifiée dans une seule entité politique et passe entre les mains de la famille des Médicis, l’une des plus puissantes durant la Renaissance. Cette famille a gouverné la Toscane du 15ème au 18ème siècle.

[15] L’Arno est un fleuve italien de 241 km qui traverse la Toscane en passant par Florence et Pise.

[16] L’église de Santi Apostoli est une église catholique de style roman située dans le centre historique de Florence. Elle fait partie des plus anciennes églises de Florence. L’église a été construite au 11ème siècle et bien que remaniée aux 15ème et 16ème siècles, elle est l’une des rares de la ville à avoir conservé ses caractéristiques du haut Moyen-Âge. La tradition rappelle que Michel-Ange a convaincu Bindo Altoviti, qui prévoyait d’élever le niveau du sol, non pas de reconstruire, mais de préserver l’église en l’état. Elle fait face à la Piazza del Limbo (place des Limbes), ainsi nommée parce qu’à l’époque médiévale, elle abritait un cimetière pour enfants et nourrissons morts avant le baptême. Elle est adjacente au Palazzo Borgherini-Rosselli del Turco.

[17] Le Collège romain est une institution d’enseignement fondée en 1551 à Rome par Ignace de Loyola, une dizaine d’années après la fondation de la Compagnie de Jésus. Ouverte comme école de grammaire, l’institution se développa rapidement et devint dès la fin du 16ème siècle une institution académique d’enseignement supérieur couvrant tous les champs du savoir scientifique et scolastique, et servant de scolasticat jésuite tout en étant université ecclésiastique. En hommage de reconnaissance au pape Grégoire XIII qui en fut un insigne bienfaiteur, le Collège romain prit plus tard le nom d’université grégorienne.

[18] Le grand-duché de Toscane est fondé officiellement au début du 16ème siècle, lorsque Cosme de Médicis reçoit le titre de duc puis de grand-duc. Le grand-duché disparaît en 1801, lorsque Napoléon Bonaparte le transforme en royaume d’Étrurie. Le titre et le grand-duché renaissent en 1814, après l’effondrement napoléonien. L’un et l’autre perdurent jusqu’en 1860, date à laquelle le grand-duché est incorporé dans le nouveau royaume d’Italie. Cependant, le titre de grand-duc de Toscane perdure et est toujours porté par une branche cadette de la famille de Habsbourg-Lorraine.

[19] Arezzo est une ville italienne, chef-lieu de la province d’Arezzo, dans la région Toscane.

[20] La Villa Medicea di Castello est une villa médicéenne qui se situe dans la zone collinaire de Castello à Florence. La villa, qui datait du 14ème siècle, fut acquise à la famille De Stufa vers 1480, par Lorenzo et Jean le Popolano, appartenant à la branche « populaire » de la famille Médicis, qui l’agrandirent et l’enrichirent d’œuvres d’art. Lorenzo, fut un des plus grands commanditaires de Sandro Botticelli : il lui commanda La Naissance de Vénus en 1485 pour décorer cette villa, après avoir reçu pour son mariage, de Laurent le Magnifique son cousin et son tuteur, le Printemps et Pallas et le Centaure, de grandes peintures maintenant aux Offices. À la mort de Jean, la Villa a été transmise par héritage à la veuve et à son fils Jean des Bandes Noires qui y résida avec sa femme Maria Salviati et son fils Cosme. À l’époque la villa était constituée d’une cour, d’une sala terrena avec loggiato, de cuisines et d’étables. En avril 1527, de duc d’Urbin établissait son quartier général dans la villa : il dirigeait une armée composée de soldats, papistes et français, que Clément VII et François 1er avaient envoyé en aide à Florence, menacée par Charles Quint.

[21] L’église de San Giovannino degli Scolopi est un lieu de culte catholique situé dans le centre historique de Florence, dans la Via de’ Martelli au coin de la Via Gori.