Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 7ème siècle > Saint Pépin de Landen dit L’Ancien

Saint Pépin de Landen dit L’Ancien

vendredi 30 août 2013 (Date de rédaction antérieure : 10 septembre 2011).

Saint Pépin de Landen dit L’Ancien (580-640)

Fils de prince, il fut maire du palais [1] sous Clotaire II, Dagobert 1er et Sigebert III et se conduisit, dans cette haute charge, presque égale à la dignité royale elle-même, avec une prudence remarquable. Le roi Clotaire II ne se contenta pas de donner à ce noble prince la première charge de son royaume, il l’honora de toute sa confiance et mit entre ses mains l’éducation de son fils Dagobert. Son pouvoir renforcera celui des maires du palais qui s’étendra de l’Austrasie [2] à la Neustrie [3].

Quand il mourut, il laissa la réputation d’un saint, et chacun rappelait avec douceur et reconnaissance qu’il avait toujours été le gardien des lois, le soutien des faibles, l’ennemi des divisions, l’ornement de la cour, l’exemple des grands, le père de la patrie.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Nominis/ Saint Pépin de Landen/ petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 1008

Notes

[1] A l’origine intendant général, chargé de diriger les services politiques et domestiques de la maison du roi, le maire du palais apparaît, dès le milieu du 7ème siècle, comme le personnage principal de l’Etat. C’est lui, de fait, qui exerce la réalité du pouvoir.

[2] L’Austrasie désignait durant la période mérovingienne un royaume franc couvrant le nord-est de la France actuelle, les bassins de la Meuse et de la Moselle, jusqu’aux bassins moyen et inférieur du Rhin. La capitale en fut d’abord Reims, puis Metz. Les habitants de l’Austrasie étaient les Austrasiens. Ce royaume est apparu à la mort de Clovis en 511, lorsque le territoire de celui-ci est partagé entre ses fils. Berceau de la dynastie carolingienne, l’Austrasie disparaît en 751 avec le dernier roi mérovingien pour être intégrée dans le grand royaume franc que réunirent Pépin le Bref et Charlemagne.

[3] Royaume franc qui couvrait le nord-ouest de la France actuelle, et avait pour capitale Soissons. Néanmoins, il semble que le terme de Neustrie ne soit apparu qu’un siècle après la création du royaume. La Neustrie avait été créée lors du partage qui suivit la mort de Clovis 1er, en 511, et revint à Clotaire 1er, qui, au terme de son long règne de 50 ans, avait réussi à reconstituer le royaume de son père. Elle fut le 2ème grand royaume franc né lors des partages successoraux mérovingiens à partir des territoires conquis sur Syagrius. Son aire géographique était limitée par la Loire au sud, l’océan Atlantique et la Basse-Bretagne à l’ouest, et la Champagne à l’est. Elle s’étendait jusqu’en Flandre au nord.