Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Henri Boulainvilliers

vendredi 3 juin 2022, par ljallamion

Henri Boulainvilliers (1658-1722)

Comte de Boulainvilliers-Comte de Saint-Saire-Historien et astrologue

Issu d’une famille noble de seigneurs picards [1] attestés depuis le 15ème, Officier de carrière jusqu’à la mort de son père survenue en 1697, Boulainvilliers se lança alors dans l’écriture. Il voulut être un homme de pensée et de plume et fut de fait un écrivain prolifique comme Saint-Simon.

Après une courte carrière militaire, Henri de Boulainvilliers se retire dans sa propriété de Normandie. Peu fortuné, il y mène une vie campagnarde ; cela ne l’empêche pas d’être en relation avec les ducs de Saint-Simon et de Noailles, entre autres, et surtout de s’adonner à des travaux d’histoire.

Il participe au mouvement d’idées qui marque la fin du règne de Louis XIV et les expériences politiques de la Régence.

Il épouse à Paris le 26 septembre 1689 Marie Anne Henriette Hurault du Marais, morte à Saint Saire le 28 septembre 1696 à environ 36 ans, fille de Charles Hurault, comte du Marais [2], maréchal de camp [3], et d’Anne Berryer.

Il est un des premiers historiens à considérer l’art de gouverner comme une science. Sa pensée fut connue, réputée, discutée mais aussi annexée par ses contemporains comme Montesquieu ou encore Voltaire qui en fit un père de la libre pensée [4]

Il fut malheureux en famille, eut un procès interminable contre son père, remarié avec une servante et reçut des secours du Régent pour éviter la chute de sa maison. Obligé d’abandonner la carrière des armes, déplorant les mésalliances de la noblesse, il maria néanmoins la seconde de ses filles à Gabriel Bernard comte de Rieux, fils du banquier Samuel Bernard , banquier protestant.

Veuf, Henri de Boulainvilliers se remarie en 1710 avec Claude Catherine d’Alègre, fille de Jean, comte d’Alègre, marquis de Beauvoir [5], et de Marie Madeleine Françoise du Fresnoy. Sans postérité

Son œuvre est considérable, mais ses travaux ne sont pas publiés de son vivant. Il savait cependant en donner connaissance à des amis et par là-même assurer la diffusion de ses idées. L’État de la France en 1727 contient des extraits des mémoires des intendants, avec des indications sur la population et les diverses activités économiques. La même année paraît l’Histoire de l’ancien gouvernement de la France. Dans un genre différent, on lui doit une Vie de Mahomet en 1730. Mais c’est surtout l’origine et la situation de la noblesse qui retiennent son attention, avec le Mémoire pour la noblesse de France contre les ducs et pairs en 1717 et, beaucoup plus importants, les Essais sur la noblesse de France en 1732. Dans ce dernier ouvrage, Boulainvilliers expose une théorie qui eut quelque retentissement, mais qu’il n’est pas le premier à exprimer puisqu’on la trouve en germe chez d’autres théoriciens.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Pierre Dupac/ encyclopedie universalis/henri-boulainvilliers/ texte de Hannah Arendt, Penser la race avant le racisme, in L’Impérialisme, Fayard, 1982

Notes

[1] La Picardie fut entre 1477 et 1790, une province du royaume de France, en même temps qu’un territoire géographique et culturel, situé au nord-ouest de la France et bordé par la Manche. La province de Picardie n’émergea réellement qu’à la fin du Moyen Âge (fin du 15ème iècle), lorsqu’elle devint la marche frontière entre les Pays-Bas bourguignons et le royaume de France. Un gouvernement de Picardie fut alors créé, qui disparut à la Révolution française.

[2] Le château du Marais est un château français situé dans la commune du Val-Saint-Germain, près de Saint-Chéron, dans l’ancienne province de Hurepoix, aujourd’hui département de l’Essonne à trente-six kilomètres au sud-ouest de Paris. Construit par l’architecte Jean-Benoît-Vincent Barré pour Jean Le Maître de La Martinière, trésorier général de l’Artillerie et du Génie, il est considéré comme l’un des plus remarquables exemples de château de style Louis XVI en région parisienne.

[3] En France, le grade de maréchal de camp fait son apparition au 15ème siècle où il avait pour mission de répartir les logements des troupes et de les placer sur le champ de bataille. Il évolue ensuite jusqu’à la chute de l’Ancien Régime. Le 21 janvier 1793, le grade de maréchal de camp devient en France celui de général de brigade. Le grade de maréchal de camp revient en usage sous la Restauration et la Monarchie de Juillet. Il n’est plus utilisé en France depuis 1848.

[4] La notion de libre-pensée, apparue pour la première fois dans un discours de Victor Hugo de 1850, désigne un mode de pensée et d’action débarrassé des postulats religieux, philosophiques, idéologiques ou politiques, mais se fierait principalement aux propres expériences existentielles du libre-penseur, à la logique et à la raison (rationalisme, empirisme pour se faire une opinion, doute pour éviter tout dogme). Dans la pratique, même si tous les libre-penseurs s’affirment rationalistes, leur idéal est difficile à atteindre et la nature contestataire des mouvements libres-penseurs, l’opposition en particulier aux autorités et aux dogmes religieux qui y est centrale, ainsi que les divergences sur les moyens à employer pour parvenir à des sociétés moins inéquitables, ont mené à des scissions entre libres-penseurs athées, agnostiques ou déistes

[5] Le château de Beauvoir est un château situé sur la commune d’Échassières, dans le département de l’Allier. Le château est situé à 1 km à l’est du bourg, à la lisière de la forêt des Colettes.