Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Diarmait Mac Murchada

lundi 14 février 2022, par ljallamion

Diarmait Mac Murchada (1110-1171)

Roi de Leinster de 1126 à 1171-Roi de Dublin de 1127 à 1136 et de 1162 à 1166

Il est chassé de son royaume en 1166. Pour retrouver sa royauté, il cherche de l’aide auprès d’Henri II d’Angleterre, qui lui demande en retour un serment d’allégeance, ce qui aboutit à l’invasion normande de l’Irlande en 1169. Diarmaid donne sa fille Aoife à Richard FitzGilbert de Clare qui l’aide dans la reconquête.

Diarmait Mac Murchada appartient à la dynastie des Uí Cheinnselaigh [1] de Leinster [2]. Il est le fils de Donnchad mac Murchada roi de Leinster tué lors d’un combat à Dublin [3] en 1115 et d’Órlaith qui est la fille de Gille Michil mac Bráenáin Uí Máel Rubae et d’Uchdelb fille de Cernachán Ua Gairbith roi d’Uí Felmeda

Dès les premières années de son règne il aurait suscité la défiance de Toirdelbach Ua Conchobair qui voyait en lui un concurrent potentiel au titre d’Ard ri Érenn [4] comme le fut son ancêtre. Toirdelbach tente alors d’imposer son propre fils Conchobar comme roi de Leinster et de Dublin. Il charge un de ses vassaux Tighearnán Mór mac Aedá Ua Ruairc roi de Breifne [5] d’attaquer le Leinster ; Diarmait se voit réduit au domaine des Uí Cheinnselaigh mais avec l’appui des autres clans du Leinster il rétablit sa position vers 1130.

Le premier exploit retenu de la carrière de Mac Murchada, est l’attaque en 1132 de l’importante église de Kildare [6] dans le nord du Leinster et la déposition de son abbesse, Mór ingen Domnaill Ui Conchobair Failge. Elle avait été installée là en 1127 par les Ua Conchobair, roi d’Uí Failgi, aux dépens de la fille de Cerball Mac Fáeláin, roi d’Uí Fáeláin*. Une autre des filles de Cerball, Sadb, avait épousé Mac Murchada, peut-être en 1132. L’attaque de Kildare avait peut-être le double avantage de promouvoir le pouvoir de Mac Murchada dans le royaume provincial et de venger l’insulte faite à sa belle-sœur et aux Meic Fáeláin, dont l’appui dans le nord lui était indispensable pour affirmer sa position de roi du Leinster.

L’expansion de la sphère d’influence de Diarmait Mac Murchada est démontrée par son combat dans une bataille en 1134 allié avec les Norvégiens-Gaëls [7] de Dublin contre Conchobar Ua Briain, roi de Thomond [8], l’Osraige [9], et les Norvégiens-Gaëls de Waterford [10]. En 1137 il rassemble une flotte de 200 navires en provenance de Dublin et de Wexford [11] et cette fois-ci allié avec Conchobar Ua Briain, il assiège Waterford et obtient des otages de Donnchad Mac Carthaig , roi de Desmond [12], des Déisis [13], et de Waterford qu’il annexa après avoir fait tuer le dernier roi Cuionmhai Ua Rabann. Conchobar Ua Briain se soumet ensuite à Mac Murchada, dans l’espoir que celui-ci pourrait lui assurer la royauté de Desmond.

En 1141 17 dynastes du Leinster du nord ont été tués ou aveuglés par Mac Murchada, un événement sans précédent, non seulement pour le nombre de victimes, mais aussi pour le fait que ce n’était pas la conséquence d’une campagne militaire, mais semble-t-il un acte délibéré d’élimination d’opposants politiques. En 1149, il pille le site de l’église de Duleek [14], dans le comté de Meath [15], signalant son intérêt pour l’expansion dans la région de l’est vers le royaume de Mide [16], dans lequel Tigernán Ua Ruairc, roi de Breifne, a également des visées. En 1151, il combat aux côtés Toirdelbach Ua Conchobair à la bataille de Moin Mór, dans le comté de Tipperary [17], au cours de laquelle Toirdelbach Ua Briain, roi de Thomond, subit une écrasante défaite.

L’épisode qui assure sa notoriété en 1152 est l’enlèvement, peut-être à sa demande, de la belle Derbforgaill, la femme de son ennemi Tighearnán Mór mac Aedá Ua Ruairc roi de Breifne et fille de Murchad Ua Máelsechlainn, roi de Mide

Derbforgaill vit peu de temps avec lui. Dès 1153 elle retourne dans le Mide et il semble qu’elle soit de nouveau aux côtés de son mari en 1157 avant de mourir âgée de 85 ans retirée à l’abbaye de Mellifont [18] en 1193. De son côté Mac Murchada épouse Mór, fille de Muirchertach Ua Tuathail, roi d’Uí Muiredaig. On présume qu’il ait à cette occasion appuyé la nomination du demi-frère de sa nouvelle épouse, Lorcán Ua Tuathail dit Laurent O’Toole , comme abbé de Glendalough [19].

En 1156 Mac Murchada reconnaît le titre d’Ard ri Erenn de Muirchertach MacLochlainn qui en retour lui confirme son royaume du Leinster et en 1162 il est présent au Synode de Clane, présidé par Gilla Meic Liac mac Diarmata dit Gelasius archevêque d’Armagh [20], où la primatie d’Armagh est affirmée et où Lorcán Ua Tuathail est très probablement élu comme successeur de Gréine dit Grégorius le défunt archevêque de Dublin [21]. C’est la même année que selon les annales d’Ulster [22] Mac Murchada obtient un grand pouvoir sur Dublin qui n’avait pas été obtenu depuis longtemps. Il est assisté par Muirchertach MacLochlainn, qui conduit une grande armée afin d’assiéger la ville en 1162 et c’est avec l’accord de Diarmait Mac Murchada que la flotte du royaume de Dublin, fait campagne 6 mois en 1165 sur les côtes du pays de Galles [23] au service d’Henri II d’Angleterre.

Malgré cette vie dissipée, Diarmait, sans doute pour se ménager l’indulgence du clergé, n’hésite pas à faire bénéficier l’Église de ses libéralités. Diarmait Mac Murchada est un promoteur du mouvement réforme de l’Église d’Irlande mais il combine habilement son soutien à la réforme grégorienne [24] et ses propres intérêts politiques. La fondation d’une abbaye cistercienne à Baltinglass [25] dans l’actuel comté de Wicklow [26], en 1148, suscite une lettre de confraternité de Bernard de Clairvaux, peut-être à l’instigation de l’archevêque Mael Maedoc Ua Morgair d’Armagh dit Malachie d’Armagh mais l’établissement de cette abbaye de Baltinglass permet aussi de neutraliser un passage stratégique reliant le nord et le sud du Leinster.

Avec la coopération de Dungal Ua Cáellaide, évêque de Leighlin [27], qui doit sans doute sa charge épiscopale au mécénat de Mac Murchada, il dote d’une abbaye bénédictine, puis cisterciennne à Kilkenny [28], pour laquelle une charte originale, émise par lui en 1162/1165, la plus ancienne d’un roi irlandais existe encore. Kilkenny est aussi stratégiquement situé près du col de Gowran, une voie importante entre l’Osraige et le sud du Leinster.   Avec le soutien de Joseph Ua hAéda, évêque de Ferns [29] qui était certainement son candidat pour le diocèse, Mac Murchada introduit une communauté augustinienne [30] de la filiation arrouaisianne [31] sur le site de l’église du 7ème siècle, qu’il dote des dîmes et des premiers fruits de son domaine patrimonial d’Uí Cheinnselaigh [32] et à laquelle il a accordé de desservir sa chapelle, probablement située dans sa résidence de Ferns qui au plus tard en 1166 a été reconstruite en pierre.

Bien que Mac Murchada accorde le libre élection de son abbé à la communauté, il se réserve à lui et à ses héritiers un droit d’assentiment

Dans la ville de Dublin il dote la cathédrale de la Sainte-Trinité [33], le prieuré de All Hallows, où se trouve actuellement le Trinity College [34], en collaboration avec l’Aéd Ua Cáellaide, évêque de Clogher [35]. Il est peut-être également à l’origine de la porte romane finement sculptée de Killeshin, dans le comté de Carlow [36]. En 1161 Il préside enfin le synode de Clane lorsque Laurent O’Toole accède à l’archevêché de Dublin.

En 1166 le seul allié irlandais de Diarmait Muirchertach MacLochlainn est tué et c’est le fils de son vieil ennemi Ruaidri mac Toirdelbach Ua Conchobair qui prétend se faire reconnaître comme Ard ri Erenn et veut imposer sa souveraineté sur le Leinster et Dublin. Il réussit à faire perdre à Diarmait le contrôle du royaume de Dublin puis Ua Conchobair mène une armée contre le territoire des Uí Cheinnselaigh, Diarmait anticipe son attaque et brûle sa ville de Ferns.

Une seconde armée conduite par Tighearnán Ua Ruairc, son autre vieil adversaire, marche alors contre lui, le défait, prend le château de pierre de Ferns, l’incendie.

Le Livre du Leinster précise que la date de l’expulsion de Diarmait mac Murchada est le 1er août ; il navigue jusqu’à Bristol [37] et ensuite vers l’Aquitaine [38] auprès du roi Henri II d’Angleterre pour solliciter son aide afin de recouvrer son royaume. Il refuse toutefois d’intervenir directement mais autorise par lettre patente Diarmait à recruter des troupes auprès du baronnage anglo-normand des Marches du Pays de Galles. Mac Murchada retourne à Bristol, où il est reçu par Robert fitz Harding au frais du roi. Par fitz Harding il est introduit auprès de Richard FitzGilbert de Clare, comte de Pembroke [39] et seigneur de Striguil.

Diarmait conclut avec Richard FitzGilbert de Clare, un accord qui prévoit en cas de succès, la main de sa fille Aoifé (Eva) et l’expectative de sa succession sur le trône de Leinster. Mac Murchada se rend ensuite dans le sud du pays de Galles, où il rencontre Rhys ap Gruffydd , roi de Deheubarth [40], et David fitz Gerald, évêque de Saint David’s [41]. Il recrute Robert fitz Stephen et Maurice Fitzgerald à qui il offre selon Giraud de Barri , la ville de Wexford et deux cantons voisins.

Sans attendre son futur gendre, Diarmait débarque en Irlande dès l’automne 1167 avec une petite troupe de ses nouveaux alliés composée de mercenaires commandés par Richard FtzGodebert et se rétablit sans difficulté à Ferns où il est bien accueilli par le clergé. Mac Murchada envoie un ses hommes s’enquérir des préparatifs de ses alliés car Ruaidri mac Toirdelbach Ua Conchobair et Tighearnán Ua Ruairc, demeurent très menaçants. Ruaidri Ua Conchobair marche sur le territoire des Uí Cheinnselaigh, mais après un accrochage à Ferns l’Ard ri Érenn négocie avec Diarmait.

Début mai 1169 Robert Fizt Stephen et Hervé de Montmorency débarquent près de Wexford à Bannow avec 390 hommes, il est rejoint les jours suivants par Maurice de Pendergast avec un renfort complémentaire de 200 hommes. Plus tard au cours de la même année Maurice FiztGerald arrive à son tour avec deux navires. Les forces de Mac Murchada se joignent à eux. Ensemble ils avancent sur Wexford, dont les habitants proposent des otages et se soumettent à l’autorité de Mac Murchada . Puis ils effectuent une campagne en Osraige.

Ruaidrí Ua Conchobair répond en envahissant le royaume des Uí Chennselaig et en exigeant des otages supplémentaires. Diarmait demande alors à Richard FitzGilbert de Clare d’accélérer ses préparatifs. Ce dernier envoie en mai 1170 une avant-garde commandée par Raymond FitzWilliam le Gros , un membre de sa famille qui inflige une défaite aux hommes de Waterford.

L’Ard ri Erenn, le menace une nouvelle fois de son intervention, quand Diarmaid mac Muchada meurt le 1er mai 1171 à Ferns . Richard FitzGilbert de Clare se proclame alors roi de Leinster ce qui ne manque pas de provoquer le soulèvement général des Irlandais menés par Ruaidri mac Toirdelbach Ua Conchobair et l’intervention en Irlande de Henri II d’Angleterre qui craint l’établissement d’un nouveau royaume rival.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du livre de T.W Moody, F.X. Martin, F.J. Byrne A New History of Ireland IX Maps, Genealogies, Lists. A companion to Irish History part II . Oxford University Press réédition 2011 (ISBN 9780199593064).

Notes

[1] Les Uí Cheinnselaigh ou Uí Cheinnsealaigh sont une dynastie de rois du Leinster dont le nom signifie en irlandais petit-fils de Cennsalach.

[2] Le Leinster est une des quatre provinces traditionnelles de l’Irlande. Recouvrant la partie orientale de l’île

[3] les Vikings envahissent le territoire environnant Dublin au cours du 9ème siècle, établissant ainsi le royaume de Dublin, le premier et le plus durable des royaumes vikings en Irlande, Grande-Bretagne et dans toute l’Europe hors Scandinavie à l’exception du Royaume de Man et des Îles. L’étendue du royaume correspond peu ou prou à l’actuel Comté de Dublin.

[4] Le Ard rí Érenn désigne, dans la mythologie celtique et l’histoire médiévale de l’Irlande, le souverain qui règne sur la totalité de l’île. Ard rí signifie « roi suprême » et « Érenn » provient de la déesse Ériu, véritable personnification du pays

[5] Le royaume de Breifne était un territoire traditionnel occupé par un groupe tribal irlandais connu sous le nom d’Uí Briúin Bréifne. Ce territoire inclut les actuels comtés de Leitrim et de Cavan, auxquels s’ajoute une partie du comté de Sligo, soit une superficie correspondant grossièrement à celle de l’actuel diocèse catholique de Kilmore. À son apogée au 12ème siècle, quand Tiernan O’Rourke était le roi de Bréifne, le royaume s’étendait de Kells dans le comté de Meath à Drumcliffe dans le comté de Sligo.

[6] Kildare est une ville du comté de Kildare en Irlande. Bien qu’elle donne son nom au comté, Kildare n’en est pas le chef-lieu, ce privilège revenant à Naas. La ville se situe à environ 50 km à l’ouest de Dublin, suffisamment près pour être devenue une ville-dortoir de la capitale.

[7] Les Gall Gàidheal formèrent un peuple qui domina une grande partie de la mer d’Irlande et de l’ouest de l’Écosse pendant presque tout le Moyen Âge. Ils étaient à la fois d’origine scandinave et gaelle et, dans leur ensemble, ils avaient adopté un large mélange de ces deux cultures. Ils étaient généralement connus par leur nom gaélique, Gall-Gàidheal, qu’ils utilisaient eux-mêmes et qui signifie littéralement « Étranger-Gael ». Ce nom a connu une multitude de variations dues aux différences chronologiques et géographiques de la langue gaélique. Les étrangers-Gaëls étaient originaires des colonies vikings d’Irlande et d’Écosse. Ils furent sujets à un phénomène de gaélicisation, qui débuta dès le 9ème siècle par des mariages mixtes avec des autochtones gaéliques, sauf en Cumbria, et par l’adoption de la langue gaélique et de certaines coutumes locales. Beaucoup abandonnèrent leur culte originel des dieux nordiques, et ils se convertirent au christianisme, ce qui contribua à la gaélicisation. Ces Scandinaves gaélicisés dominèrent la région de la mer d’Irlande jusqu’à la période normande au 12ème siècle. Ils fondèrent des royaumes durables, comme ceux de l’île de Man, d’Argyll, de Dublin, de York et de Galloway. Le Seigneur des Îles, une seigneurie qui dura jusqu’au 16ème siècle, ainsi que beaucoup d’autres dirigeants d’Écosse et d’Irlande, prétendait descendre des étrangers-Gaëls. Leur colonisation en Angleterre s’est limitée au nord-ouest.

[8] Le comté de Thomond est un des comtés historiques de l’Irlande qui correspond aux actuels comtés de Clare et de Limerick ainsi qu’au nord du Comté de Tipperary et à une partie du Comté d’Offaly. Le royaume puis comté de Thomond est issu du partage définitif du royaume de Munster qui intervint après la mort du roi Domnall Mor mac Toirdhelbach Ua Briain en 1194. Cette partie du royaume resta entre les mains des descendants de Brian Boru qui constituèrent la famille O’Brien, l’autre s’appelant Comté d’Ormonde. Le premier roi de Thomond fut Muircheartach mac Domnall Ua Briain (détrôné en 1208).

[9] Les rois d’Osraige ou Ossory en anglais ; régnèrent sur ce qui fut principalement un État tampon entre le Leinster et le Munster. Les frontières sud de l’Osraige étaient les fleuves côtiers Barrow et Suir, bien qu’à l’origine ce territoire s’étendît jusqu’à la mer, et que ses rois eussent quelque influence sur les rois normands de Waterford. Vers le nord, il se peut qu’il se soit étendu au-delà des montagnes Slieve Bloom et ait atteint le fleuve Shannon, mais, pendant la période historique, il s’arrêtait au sud de ces montagnes, la rivière Nore constituant généralement la frontière. En partant du nord, et en pivotant dans le sens des aiguilles d’une montre, il était bordé par les royaumes ou seigneuries suivantes : Ele, Ui Duach, Loigis, Ui Drona, Uí Cheinnselaigh, Déisi Mumhain, et Eóganachta Caisel. La ville principale et la capitale de cet état était Kilkenny. Le comté actuel de Kilkenny, ainsi que la partie ouest du comté de Laois, constituent le cœur de cet ancien royaume. On dit que le nom d’Osraige vient des Usdaie, une tribu que la carte d’Irlande de Ptolémée place à peu près dans la même zone qu’Osfraige occupa plus tard. Les autres tribus du voisinage étaient les Brigantes et les Cauci. Les Osfraiges se réclamaient descendre des Ivernes. Selon les généalogies traditionnelles le royaume d’Osraige aurait été fondé par Oenghus Oisrithe un descendant du fabuleux Breasal Breac. Ses propres descendants auraient exercé le pouvoir avant d’être renversés à la fin du 5ème siècle par Cucraidh mac Duach Iarleith de la famille des rois de Munster. Ils auraient recouvré leur héritage au 6ème siècle et ce n’est qu’à partir de cette époque que l’on peut donner une liste des rois d’Osraige. Au 11ème siècle la dynastie régnante prit le nom de Mac Gillo Patraic, qui fut plus tard changé en celui de Fitz-Patrick. Après l’invasion des anglo-normands les Mac Gillo Patraic durent se réfugier dans le haut Ossory qu’ils conservèrent jusqu’en 1537 époque à laquelle Brian Og Mac Gillo Patraic mort en 1551 se soumit au roi d’Angleterre.

[10] La ville de Waterford est la capitale du comté de Waterford en Irlande. C’est la principale ville de la région sud-est, et la cinquième du pays. Fondée en 914 par les Vikings, c’est la plus ancienne cité de l’île.

[11] Wexford est une ville du comté de Wexford en République d’Irlande. C’est la capitale du comté de Wexford dans la province du Leinster. Cette petite ville portuaire se situe à la pointe sud-est de l’Irlande, plus précisément au fond de la baie de Rosslare.

[12] Le Royaume puis Comté de Desmond est une division historique d’Irlande, située dans le Munster sur la côte sud-ouest du pays. Il a été partagé entre le Comté de Cork et le Comté de Kerry en 1606.

[13] Les Déisis sont un peuple de l’Irlande. Le nom Déisi qui signifie au sens propre « Peuple soumis ou Vassaux » est le nom porté pendant la période historique par deux populations d’Érainn l’une dans le royaume de Brega et l’autre dans le Munster.

[14] Duleek est une ville du comté de Meath en République d’Irlande.

[15] Le comté de Meath est un comté de la République d’Irlande, souvent surnommé le Comté Royal (Royal County), d’une superficie de 2 342 km²

[16] Mide, est le nom d’un royaume irlandais médiéval. Son nom signifiait « Milieu », du fait qu’il se trouvait au centre de l’Irlande. Le royaume de Mide incluait l’actuel comté de Meath dont le nom reprend celui du royaume, mais également le Comté de Westmeath et des parties des modernes comtés de Cavan, Dublin, Kildare, Longford, Louth et enfin Offaly.

[17] Le comté de Tipperary est une circonscription administrative de la République d’Irlande située dans la province du Munster. Sa superficie est de 4 303 km²

[18] L’abbaye de Mellifont est la première abbaye cistercienne construite en Irlande. Très prolifique avec trente-huit abbayes filles toutes situées en Irlande, elle entre au 12ème siècle en conflit avec les abbayes anglaises, à cause de différends nationaux. En 1539, elle est supprimée par la dissolution des monastères.

[19] Glendalough est un glen et un village d’Irlande à son extrémité aval situés dans les montagnes de Wicklow. Le village se trouve sur le site d’un ancien monastère dans le comté de Wicklow. Il a été établi au 6ème siècle par saint Kevin, un prêtre ermite, et détruit par les Anglais en 1398.

[20] L’Archidiocèse d’Armagh est l’un des quatre archidiocèses métropolitains de rite romain que compte l’île d’Irlande. Son titulaire siège à la Cathédrale catholique Saint-Patrick d’Armagh et est reconnu comme étant primat d’Irlande

[21] L’Archidiocèse de Dublin est l’un des quatre archidiocèses métropolitains de rite romain que compte l’île d’Irlande. Son titulaire siège à la Pro-cathédrale Sainte-Marie de Dublin et est reconnu comme étant « Primat d’Irlande ». Le diocèse de Dublin aurait été créé selon la tradition en tant que diocèse en 633. Toutefois le premier évêque connu est Dúnán dit Donatus vers 1028 mort le 6 mai 1074 protégé du roi Norvégiens-Gaëls Sigtryggr Silkiskegg et qui est suffragant de l’archevêché de Cantorbéry.

[22] Les Annales d’Ulster sont des chroniques de l’histoire médiévale irlandaise. Les entrées couvrent la période allant de 431 à 1540. Celles allant jusqu’à l’année 1489 furent compilées à la fin du 15ème siècle par le scribe Ruaidhri Ó Luinín, pendant que Ruaidhri Ó Caiside compila celles comprises entre 1489 et 1504. Tous deux travaillèrent sous le patronage de Cathal Óg Mac Maghnusa, sur l’île de Belle Isle sur le lac Lough Erne, dans la province d’Ulster. Les entrées plus tardives furent rajoutées par d’autres auteurs.

[23] Le pays de Galles est une nation constitutive du Royaume-Uni située dans l’Ouest de l’île de Grande-Bretagne. Il partage une frontière avec l’Angleterre à l’est et est bordé par la mer d’Irlande au nord et à l’ouest et le canal de Bristol au sud.

[24] La réforme grégorienne est une politique menée durant le Moyen Âge sous l’impulsion de la papauté. Si les historiens admettent que le pape Léon IX a commencé le redressement de l’Église, c’est pourtant le pape Grégoire VII qui a laissé son nom à la réforme. De plus, les efforts pour sortir l’Église catholique d’une crise généralisée depuis le 10ème siècle se poursuivent bien après le pontificat de Grégoire VII. Ainsi l’expression « réforme grégorienne » peut paraître impropre puisqu’elle ne s’est pas limitée à quelques années mais concerne au total près de trois siècles.

[25] L’abbaye de Baltinglass était une abbaye cistercienne irlandaise située au nord de Baltinglass le long de la Slaney. Fondée en 1148 par Diarmait Mac Murchada, roi de Leinster, construite et habitée par des moines venus de Mellifont, elle est impliquée au début du 13ème siècle dans le différend entre le monachisme irlandais traditionnel et les pratiques cisterciennes considérées comme importées d’Angleterre, crise qui culmine en 1227-1228 avec la conspiration de Mellifont. Baltinglass est alors détachée de la filiation de Mellifont et prise en charge par l’abbaye de Furness. Riche et assez prospère, elle fonde quatre abbayes-filles ; malgré ses revenus importants, elle est fermée dès 1536.

[26] Le comté de Wicklow est un comté d’Irlande située au sud de Dublin sur la côte est de l’ile dans la province du Leinster. Sa superficie est de 2 024 km². Il est bordé par la mer d’Irlande à l’est et des comtés de Wexford, Carlow, Kildare, Dublin-Sud et Dun Laoghaire-Rathdown. La capitale du comté est la ville de Wicklow

[27] Le diocèse de Kildare et Leighlin est un diocèse suffragant de l’Archidiocèse de Dublin en Irlande, constitué en 1678.

[28] L’abbaye de Killenny ou de Glandy est une ancienne abbaye cistercienne située dans le comté de Kilkenny, en Irlande. Elle est fondée dans des conditions mal connues, mais est rattachée en 1185 à l’abbaye de Jerpoint. Particulièrement pauvre, ou en tout cas très rapidement appauvrie, la communauté est rattachée dès 1227 à celle de Duiske, en tant que simple grange.

[29] Le diocèse de Ferns est un diocèse suffragant de l’Archidiocèse de Dublin en Irlande, constitué au 7ème siècle.

[30] Les chanoines réguliers de saint Augustin (C.R.S.A.) sont des clercs vivant en communauté dans un monastère, sous l’autorité d’un prévôt ou d’un abbé, pour célébrer la liturgie catholique et rendre des services pastoraux dans les paroisses avoisinantes, selon le modèle de vie de la première communauté chrétienne et sous la règle de saint Augustin. Tous les chanoines réguliers ne suivent pas cette règle. L’application concrète des préceptes généraux de la règle de saint Augustin varie : les modalités concrètes de la vie des chanoines de saint Augustin sont en effet déterminées par des constitutions ou statuts particuliers propres à chaque communauté ou fédération de communautés. En 1421, le pape Martin V les réunit en une seule congrégation (congrégation des chanoines du Latran), avec de nouvelles constitutions et des privilèges propres

[31] La Congrégation d’Arrouaise est une congrégation de chanoines réguliers fondée au xie siècle. Elle s’implanta en Artois, Flandre, Angleterre et Irlande.

[32] Les Uí Cheinnselaigh ou Uí Cheinnsealaigh sont une dynastie de rois du Leinster dont le nom signifie en irlandais petit-fils de Cennsalach. Uí Cheinnselaig tiraient leur origine du roi mythique de Laigin Énnae Cennsalach, contemporain et adversaire du Ard ri Érenn Niall Noigiallach.

[33] La cathédrale Christ Church ou cathédrale de la Sainte-Trinité de Dublin est une cathédrale anglicane irlandaise. Elle est la plus ancienne des deux cathédrales de la ville. Henri II assista aux cérémonies de Noël dans la cathédrale en 1171. Selon le guide de la cathédrale, ce fut la première fois qu’il communia depuis l’assassinat de Thomas Beckett à Cantorbéry par ses chevaliers servants. Dans les années suivantes, Strongbow et d’autres dirigeants anglo-normands financèrent la complète reconstruction de Christ Church ; il fut ajouté le chœur et ses bas-côtés, le transept, la crypte, et les chapelles à saint Edmond, sainte Marie et saint Lô. Une chapelle dédiée à saint Laurent O’Toole fut ajoutée dans les années 1200. La nef existante date en grande partie des années 1230.

[34] Le Trinity est le seul collège constituant de l’université de Dublin, une université de recherche située à Dublin, en Irlande. Officiellement le College of the Holy and Undivided Trinity of Queen Elizabeth near Dublin, il a été fondé en 1592 par la reine Élisabeth 1ère en tant que « mère d’université » sur le modèle des universités collégiales d’Oxford et de Cambridge, mais contrairement à ces institutions affiliées, un seul collège a été créé ; à ce titre, les désignations « Trinity College » et « Université de Dublin » sont généralement synonymes pour des raisons pratiques. Première université irlandaise par son ancienneté et par son importance, elle fait partie l’une des 7 anciennes universités du Royaume-Uni et de l’Irlande. L’admission est basée exclusivement sur le mérite académique.

[35] Le diocèse de Clogher est un diocèse suffragant de l’Archidiocèse d’Armagh en Irlande, dont l’origine remonte selon la tradition à 454 et à saint Macartan. Le Diocèse de Clogher a été formé en 1111 au Synode de Ráth Breasail comme suffragant de l’archidiocèse d’Armagh pour le territoire des Uí Chremthainn une des composantes du Royaume d’Airgíalla. Après le Synode de Kells-Mellifont le diocèse est étendu à l’ensemble de l’ouest de l’Airgíalla, c’est-à-dire au royaume contrôlé par Donnchad Ua Cerbaill

[36] Le comté de Carlow est une circonscription administrative de la République d’Irlande, situé au Sud-Est de l’Irlande dans la province du Leinster. Le comté porte le nom de sa ville la plus importante : Carlow.

[37] Bristol est une ville britannique située dans le sud-ouest de l’Angleterre, sur la rivière Avon marquant traditionnellement la frontière entre les comtés de Gloucestershire et le Somerset.

[38] L’Aquitaine est le nom donné depuis au moins le 1er siècle av. jc à une région ancrée sur la façade Atlantique et le versant nord des Pyrénées. En 507, Clovis, appelé par les évêques de Novempopulanie, l’intègre au royaume des Francs, en battant Alaric II, roi des Wisigoths, à la bataille de Vouillé. 671 voit l’indépendance de l’Aquitaine, dirigée par le duc Loup 1er de Vasconie. Entre 719 et 732, les ducs Eudes et son fils Hunald 1er détiennent l’Albigeois où ils ont des biens. Eudes combat les Sarrasins en Albigeois. En 721, le duc Eudes bat le Califat omeyyade à la Bataille de Toulouse. 732 voit la défaite du duc d’Aquitaine et l’invasion de la Vasconie par l’émir Abd el Rahman, arrêté à la bataille de Poitiers par Charles Martel, qui commence la réunion de l’Aquitaine sous contrôle des Vascons au royaume franc. 742 et 743 voient les campagnes des fils de Charles Martel, Carloman et Pépin le Bref, contre l’Aquitaine et la Vasconie (et la Bavière). Entre 760 et 768, Pépin le Bref entreprend chaque printemps des expéditions sanglantes contre le duc Waïfre, fils d’Hunald 1er. Le 2 juin 768, ce dernier est finalement tué par un des siens, Waratton, sur ordre de Pépin. En 778, l’armée de Roland, piégée par le wali de Saragosse, a été défaite par les Vascons dans les montagnes basques de Roncevaux en revenant de Pampelune. Puis Charlemagne crée en 781 pour son fils Louis le Débonnaire alors âgé de 3 ans, le royaume d’Aquitaine englobant les territoires du Rhône à l’Atlantique.

[39] Le titre de comte de Pembroke, associé au château de Pembroke dans le Pays de Galles, fut créé par le roi Étienne d’Angleterre probablement en 1138. Le titre a été recréé neuf fois ensuite, toujours dans la pairie d’Angleterre.

[40] Le Deheubarth est un royaume médiéval du sud–ouest du Pays de Galles. Il fut créé par Howell le vers 920, lorsqu’il prit possession du Seisyllwg et du Dyfed. Il couvrait à l’époque le Dyfed, le Ceredigion et Ystrad Towi. Le Deheubarth survécut un moment à la conquête normande du Pays de Galles, puis son importance décrut de plus en plus tandis qu’il se faisait envahir par les Anglais et absorber par le Gwynedd. Le Deheubarth disparut en tant que royaume en 1234, bien que des descendants de la famille royale reçurent l’autorisation de régner sur Cantref Mawr et Ystrad Towi jusqu’en 1283.

[41] Le diocèse de Saint David’s est l’un des six diocèses anglicans du pays de Galles. Il s’étend sur le sud-ouest de la région. Son siège est la cathédrale de Saint David’s.