Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 16ème siècle > Jean III Sigismond de Brandebourg

Jean III Sigismond de Brandebourg

vendredi 21 janvier 2022, par ljallamion

Jean III Sigismond de Brandebourg (1572-1619)

Électeur de Brandebourg de 1608 à 1619-Duc de Prusse de 1618 à 1619

Fils de Joachim III Frédéric de Brandebourg et de Catherine de Brandebourg-Küstrin , Jean III Sigismond de Brandebourg appartient à la première branche de la Maison de Hohenzollern [1]. Cette lignée donna des électeurs, des rois, des empereurs à la Prusse et l’Allemagne.

En 1594, Jean III Sigismond de Brandebourg épouse Anne de Prusse , fille de Albert Frédéric de Prusse et de Marie Eleonore de Clèves, héritière du duché de Clèves [2].

En 1608, après le décès de son père Jean III Sigismond devient électeur de Brandebourg [3]. En 1611, par gratitude envers son professeur Karl Friedrich von Bordelius, Jean III Sigismond lui donne Castrop-Rauxel [4]. Il devient duc de Prusse [5] en 1618. Jean III Sigismond de Brandebourg est très influencé par son grand-père.

Il dispute la guerre de Succession de Juliers [6] de 1609 à 1614. Il obtient par le traité de Xanten [7] signé le 12 novembre 1614 le duché de Clèves, le comté de la Marck [8] et le comté de Ravensberg [9]. Ces territoires sont les premiers États rhénans en possession de la Maison de Hohenzollern, embryon de la future Rhénanie prussienne [10].

En 1616, il est victime d’un accident vasculaire cérébral, il doit, en 1619, déléguer ses pouvoirs à son fils Georges Guillaume 1er de Brandebourg .

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Jean III Sigismond de Brandebourg/ Portail du Saint-Empire romain germanique/ Maison de Hohenzollern

Notes

[1] La maison de Hohenzollern est une famille noble et royale européenne qui régna en tant qu’empereurs sur l’Allemagne, en tant que rois sur la Prusse et la Roumanie, en tant que princes électeurs sur le Brandebourg, en tant que margraves sur Schwedt, Bayreuth, Kulmbach et Ansbach, en tant que burgraves sur Nuremberg et en tant que princes sur Hechingen et Sigmaringen.

[2] Le comté de Clèves, devenu au 15ème siècle duché de Clèves est un ancien duché du Saint Empire romain germanique. Il était membre du Cercle du Bas-Rhin Westphalie.

[3] Le Brandebourg Prusse était un État européen regroupant dès 1618 la Marche de Brandebourg et le Duché de Prusse sous l’union personnelle de la dynastie de Hohenzollern. Il a été à l’origine de la création en 1701 du Royaume de Prusse.

[4] Castrop-Rauxel est une ville d’Allemagne, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, appartenant à l’arrondissement de Recklinghausen.

[5] Le duché de Prusse est un duché fondé en 1525 à partir des territoires prussiens des chevaliers teutoniques, à la suite de la conversion au protestantisme du grand-maître de l’ordre teutonique, Albert de Brandebourg-Ansbach. Premier prince à se convertir officiellement au protestantisme, il réorganise son État, en faisant un duché sécularisé, régi par des règles inspirées du protestantisme. À partir de 1618, il est lié à la marche de Brandebourg au sein d’une union personnelle nommée Brandebourg-Prusse et placée sous la souveraineté des Hohenzollern jusqu’en 1918.

[6] La Guerre de Succession de Juliers, ou Guerre de Juliers-Clèves, est un conflit qui commença en 1609 et se termina en 1614 par la signature du Traité de Xanten.

[7] Le traité de Xanten a été signé dans la ville rhénane de Xanten le 12 novembre 1614 entre Wolfgang Guillaume, duc de Palatinat-Neuburg et l’Électeur Jean III Sigismond de Brandebourg avec des représentants de l’Angleterre et de la France agissant comme médiateurs. Le traité mit fin à la guerre de succession de Juliers et à toutes les hostilités entre Wolfgang Guillaume et Jean Sigismond. Selon les termes du traité, les territoires de Juliers, Berg et Ravenstein furent attribués à Wolfgang Guillaume, alors que les territoires de Clèves-Marck et Ravensberg allèrent à Jean Sigismond. Ces derniers furent les premiers territoires rhénans à entrer en possession de la maison Hohenzollern, préfigurations de la future Rhénanie prussienne

[8] Le comté de La Marck est un ancien État du Saint Empire romain. Fondé en 1198 par la maison de La Marck, il rejoint le Cercle du Bas-Rhin Westphalie en 1512. Une possession des Hohenzollern à partir de 1614, La Marck, avec le duché de Clèves et le comté de Ravensberg, devient un territoire de l’État de Brandebourg Prusse dans l’Ouest de l’Allemagne. L’État fut nommé d’après le château de Mark, à l’origine une résidence des comtes de Berg située près de Hamm en Westphalie. Aujourd’hui, l’arrondissement de La Marck (Märkischer Kreis) porte le nom de l’ancien comté à lequel son territoire appartenait.

[9] Le comté de Ravensberg était un État du Saint Empire romain, fondé vers l’an 1140 dans la région de Westphalie en Saxe. Le siège ancestral des comtes était à Bielefeld. À la suite de l’extinction de la lignée en 1346, il était régi en union personnelle par les comtes et ducs de Berg, les ducs de Juliers Berg dès 1437, et fut intégré aux duchés unis de Juliers Clèves Berg en 1521. Administré par l’État de Brandebourg Prusse à partir de 1614, il s’est associé à la principauté de Minden en 1719.

[10] La province de Rhénanie ou Province rhénane ou Rhénanie prussienne est une ancienne province du royaume de Prusse, puis de l’État libre de Prusse, d’une superficie de 26 998 km². Elle était partagée en cinq districts : Coblence (chef-lieu), Cologne, Düsseldorf, Aix-la-Chapelle et Trèves.