Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 10ème siècle > Jean de Gorze ou Jean de Vandières

Jean de Gorze ou Jean de Vandières

samedi 15 janvier 2022, par ljallamion

Jean de Gorze ou Jean de Vandières (vers 900-974)

Abbé de Gorze

Il participa à une ambassade auprès du calife de Cordoue [1].

Né dans une famille riche et pieuse, Jean reçoit une éducation soignée à Metz [2] puis au monastère bénédictin de Saint-Mihiel [3]. À la mort de son père, il revient assurer la gestion du domaine familial, puis le comte Ricuin lui donne en bénéfice l’église Saint-Pierre de Vandières, de la même façon, un noble du nom de Warnier lui offre l’église Saint Laurent de Fontenoy-sur-Moselle [4].

Jean de Vandières aspire à une vie d’ascèse et cherche sa voie. Il se rend en Italie et visite des monastères. De retour en Lorraine, avec quelques amis clercs comme lui, il envisage d’entrer dans un monastère italien qui serait fidèle à la discipline monastique. Mais l’évêque de Metz [5] Adalbéron, mis au courant de leur projet, leur propose de réaliser leur vœu à Gorze [6]. C’est ainsi qu’en 934, Jean de Vandières et ses amis entrent à l’abbaye de Gorze [7]. Ils vont réformer le monastère et établir la règle bénédictine, permettant bientôt à l’abbaye de devenir le fer de lance d’une réforme monastique qui s’étendra à tout le Saint Empire.

En 956, Jean accepte de conduire une ambassade au nom de l’empereur du Saint Empire Otton 1er auprès du calife de Cordoue, Abd al-Rahman III, mission qui n’était pas sans danger.

Il finira sa vie abbé de Gorze.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte ecrit par Jean de Saint-Arnoul, La vie de Jean, abbé de Gorze, présentée et trad. par Michel Parisse, Paris : Picard, 1999. (ISBN 2-7084-0581-0)

Notes

[1] Le Califat omeyyade de Cordoue est un État d’Ibérie musulmane gouverné par la dynastie des Omeyyades de Cordoue et qui dominait aussi une partie de l’Afrique du Nord. Succédant à l’Émirat de Cordoue (756-929) avec toujours Cordoue comme capitale, il a duré jusqu’en 1031. La période, caractérisée par une expansion du commerce et de la culture, a vu la construction de chefs-d’œuvre de l’architecture d’Al-Andalus. En janvier 929, l’Émir de Cordoue Abd-ar-Rahman III s’est proclamé calife de Cordoue.

[2] Metz est une commune française située dans le département de la Moselle, en Lorraine. Préfecture de département. Metz et ses alentours, qui faisaient partie des Trois-Évêchés de 1552 à 1790, se trouvaient enclavés entre la Lorraine ducale et le duché de Bar jusqu’en 1766.

[3] Saint-Mihiel est une ville du Nord-Est de la France, située sur la Meuse, en Lorraine. Saint-Mihiel est à l’origine le lieu d’une abbaye, dont le site primitif est situé à la ferme Saint-Christophe, environ sept kilomètres plus à l’est de la ville en direction de Woinville, vers le ruisseau de la Marsoupe. Pendant un temps, les francs sont les occupants du territoire environnant le ruisseau. La région est englobée dans le royaume d’Austrasie, nom donné aux territoires de l’est après le deuxième partage entre les fils et successeurs de Clovis.

[4] Fontenoy-sur-Moselle est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle

[5] Fondé vers le 3ème siècle, l’évêché de Metz a longtemps été une entité à la fois politiquement puissante et riche. Opposé à la bourgeoisie messine puis soumis à l’influence du royaume de France, il va progressivement perdre son poids économique puis son influence politique. Aujourd’hui l’évêque de Metz a la particularité d’être l’un des deux seuls évêques catholiques au monde à ne pas être formellement nommés par le Pape, mais par un pouvoir temporel (le concordat en Alsace-Moselle confiant au président de la République française la nomination de l’évêque de Metz et de l’archevêque de Strasbourg).

[6] Gorze est une commune française située dans le département de la Moselle, connue pour son aqueduc romain du 1er siècle qui alimentait Metz et son abbaye bénédictine fondée 8ème siècle, foyer majeur du chant messin, futur chant grégorien.

[7] L’abbaye Saint-Gorgon de Gorze est une abbaye bénédictine fondée à Gorze, près de Metz, vers 747. À partir de 933, elle est à l’origine d’une réforme de la règle bénédictine qui va se diffuser à tout le Saint Empire.