Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 10ème siècle > Ragnall Uí Ímair ou Rognvald ou Ragnald 1er

Ragnall Uí Ímair ou Rognvald ou Ragnald 1er

mercredi 24 novembre 2021, par ljallamion

Ragnall Uí Ímair ou Rognvald ou Ragnald 1er

Roi du royaume viking d’York de 910 à 921-Roi de l’île de Man et de Waterford de 914 à 921

Ragnall Uí Ímair est un des vikings norvégiens membre de la famille des Uí Ímair [1] qui doivent quitter Dublin [2] en 902 après la prise de la cité par les rois Irlandais. Devenu un Roi de la Mer, il occupe les années suivantes à piller les côtes ouest de l’Écosse et du Royaume de Strathclyde [3] à partir de ses bases des Hébrides intérieures [4] ou de l’île de Man [5].

En 910 il saisit l’opportunité que lui donne la défaite des rois Danois du royaume viking d’York [6] Halfdan II et Eowils par le roi de Wessex [7] Édouard l’Ancien pour faire valoir les droits des Uí Ímair et s’imposer dans la cité.

Ensuite Ragnall étend son nouveau domaine vers la Bernicie [8] au nord et la même année en 914 il expulseEaldred 1er de Bernicie ou Aldred de Northumbrie d’une large part de la Northumbrie [9] jusqu’à la rivière Tyne [10]. Ce dernier demande l’aide du roi Constantin II d’Écosse mais les deux alliés sont vaincus par Ragnall la même année à Corbridge [11].

Ragnall mène ensuite une expédition à travers le nord de la Grande-Bretagne il ravage le Royaume de Strathclyde et rejoint sa flotte à Dumbarton [12]. À la fin de 914 il défait une flotte viking rivale menée par le roi Bard Ottarson de Waterford [13] au large de l’Ile de Man [14] et intègre ce royaume dans son domaine avec les Hébrides intérieures [15].

Les années suivantes Ragnall mène des opérations en Irlande avec son parent Sitric Uí Ímair ou Sigtryggr Caoch . En 917 les annalistes irlandais notent que Rognvald, roi des Étrangers Noirs les Danois de Northumbrie, et Sitric Uí Ímair accostent en Irlande. Ragnall retourne en Angleterre dès que le second a repris le contrôle de Dublin.

Pendant son absence une opposition s’est constituée dans le Royaume viking d’York, elle rassemble les colons Danois et les indigènes saxons. Aethelflæd, dame de Mercie [16], tente de mettre sur pied une coalition contre lui, mais sa mort en 918 fait échouer le projet. Une petite armée rassemblée par Constantin II d’Écosse est de nouveau vaincue à Corbridge, lorsque Ragnall traverse de nouveau le nord de la Grande-Bretagne pour revenir à York.

Ragnall contrôle désormais toute la région comprise entre York et la Cumbrie [17]. Toutefois en 920 il est obligé de se soumettre au roi Edouard l’Ancien et de reconnaître sa souveraineté en s’obligeant à n’agir qu’avec son accord.

Lorsque Ragnall meurt au début de l’année 921 à York, Sigtryggr Caoch abandonne son royaume de Dublin pour s’assurer la succession

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Alex Woolf From Pictland to Alba 789 1070 The grandsons of Cinaed and Ímar pages 122-176. The New Edinburgh History of Scotland. Edinburgh University Press, Edinburgh (2007) (ISBN 9780748612345)

Notes

[1] c’est-à-dire les petits-fils d’Ímar

[2] Les Vikings envahissent le territoire environnant Dublin au cours du 9ème siècle, établissant ainsi le royaume de Dublin, le premier et le plus durable des royaumes vikings en Irlande, Grande-Bretagne et dans toute l’Europe hors Scandinavie à l’exception du Royaume de Man et des Îles. L’étendue du royaume correspond peu ou prou à l’actuel Comté de Dublin.

[3] Le Strathclyde est l’un des royaumes celtes brittoniques qui résista aux Anglo-Saxons, aux Pictes, aux Scots et aux Vikings durant le haut Moyen Âge avant d’être réuni au royaume des Pictes et des Scots vers le milieu du 11ème siècle.

[4] Les Hébrides intérieures sont un groupe d’îles situées à l’ouest de l’Écosse et appartenant à l’archipel des Hébrides.

[5] Le royaume de Man et des Îles était un royaume norrois qui exista dans les îles Britanniques entre 1079 et 1266. Ce royaume se divisait en deux parties : une constituée des îles du sud (les Hébrides et l’île de Man), nommée Sodor, et une autre des îles du nord (les Orcades et les Shetland), nommée Norðr. Les souverains portaient le nom latin de Rex Manniae et Insularum (« roi de Man et des Îles »). En 1164, il est divisé en deux royaumes : le royaume des Hébrides et le royaume de Man. Aujourd’hui encore, l’évêque de l’île de Man porte le titre d’« évêque de Sodor et Man ».

[6] Le royaume viking de York existe entre 866 et 954. Des Vikings originaires du Danemark établissent un potentat coupant en deux l’île de Bretagne, la future Grande-Bretagne, avec pour capitale York, ville qu’ils appellent Jórvík après l’avoir investie. La région autour de cette ville est appelée le Danelaw, terme qui s’applique aussi à la juridiction mise en place par les Danois jusqu’à la seconde moitié du 10ème siècle

[7] Le Wessex est l’un des royaumes fondés par les Anglo-Saxons en Angleterre durant le Haut Moyen Âge. Il s’étend sur une partie du sud-ouest de la Grande-Bretagne, entre la Domnonée à l’ouest, la Mercie au nord et les royaumes de Kent, de Sussex et d’Essex à l’est. Au IXe siècle, le Wessex est le dernier royaume anglo-saxon à résister aux invasions vikings.

[8] La Bernicie est un royaume anglo-saxon situé dans le nord de l’Angleterre et le sud de l’Écosse actuelles. Fondé au 6ème siècle, il est uni au royaume voisin de Deira au début du 7ème siècle pour former le royaume de Northumbrie. Son territoire se serait étendu depuis la Tyne vers le nord, atteignant finalement le Firth of Forth. Sa frontière occidentale s’est graduellement étendue, mordant sur les royaumes de langue brittonique de Rheged, Gododdin et Dumbarton. La résidence royale principale est le château de Bamburgh, près de l’île de Lindisfarne.

[9] La Northumbrie est un royaume médiéval situé dans le nord de l’actuelle Angleterre et constituait l’un des principaux royaumes de l’Heptarchie. Sa notoriété est surtout liée à son rôle dans la propagation du christianisme nicéen dans l’île et à la constitution d’un centre culturel d’importance européenne avec l’archevêché d’York. Le nom de Northumbria désigne à l’origine les terres envahies par les Angles au 6ème siècle situées au nord de la rivière Humber. La Northumbrie en tant que royaume se constitue au début du 7ème siècle par l’union de deux autres entités Angles : celle de Bernicie (Bernicia) au nord et celle de Deirie (Deira) au sud.

[10] La Tyne est un fleuve du nord de l’Angleterre, long de 100 km, et qui se jette dans la mer du Nord. Elle est formée par la confluence de deux rivières, la North-Tyne et la South-Tyne. La North-Tyne prend sa source sur la frontière écossaise, au nord de Kielder Water. La South-Tyne prend sa source à Alston Moore, Cumbria. Sa source est très proche de celles des deux autres fleuves du nord-est, la Tees et la Wear. Ces deux rivières se rejoignent à Warden Rock, près de Hexham dans le Northumberland, à un endroit appelé la Rencontre des Eaux. Le fleuve servait de frontière entre le comté de Durham (au sud) et le Northumberland (au nord), avant le remaniement de 1974. Elle sépare deux villes importantes, Newcastle upon Tyne et Gateshead. Elle se jette dans la mer du Nord entre South Shields et Tynemouth.

[11] La bataille de Corbridge se déroule en 918 à Corbridge, dans le Northumberland. Elle oppose le chef norvégien-gael Ragnall Uí Ímair au roi d’Écosse Constantin II et son allié Ealdred de Bamburgh. Chassé de ses terres par Ragnall à une date incertaine, Ealdred sollicite l’aide du roi Constantin pour recouvrer son domaine. D’après le récit des Annales d’Ulster, l’armée de Ragnall est organisée en quatre bataillons. Les Écossais parviennent à vaincre les trois premiers, mais le quatrième, posté en embuscade et mené par Ragnall lui-même, fond sur eux par surprise et les écrase. L’armée de Constantin parvient néanmoins à s’enfuir en bon ordre, et l’affrontement ne semble pas avoir eu de vainqueur clair, même si la Historia de Sancto Cuthberto le décrit comme une victoire de Ragnall. Corbridge permet en tout cas à Ragnall d’asseoir davantage son autorité sur la Northumbrie : il s’empare de la ville d’York la même année.

[12] Dumbarton est un burgh écossais, capitale administrative du council area du West Dunbartonshire et de la région de lieutenance et ancien comté du Dunbartonshire.

[13] La ville de Waterford est la capitale du comté de Waterford en Irlande. C’est la principale ville de la région sud-est, et la cinquième du pays. Fondée en 914 par les Vikings, c’est la plus ancienne cité de l’île.

[14] L’île de Man, est un territoire formé d’une île principale et de quelques îlots situés en mer d’Irlande, au centre des îles Britanniques. L’île de Man forme une dépendance de la Couronne britannique, c’est-à-dire que l’île n’appartient ni au Royaume-Uni ni à l’Union européenne mais relève directement de la propriété du souverain britannique, actuellement la reine Élisabeth II, qui agit en qualité de « seigneur de Man ». Ce statut n’en fait pas un État reconnu indépendant, mais l’île dispose d’une large autonomie politique et économique. L’île de Man est une terre celte depuis la protohistoire, puis devient un royaume viking au Moyen Âge, soumis à l’influence anglo-saxonne. Les dominateurs scandinaves y ont fondé un système politique basé sur le principe des « citoyens libres » et s’organisant autour du Tynwald qui serait le plus ancien parlement en fonctionnement continu du monde.

[15] Les Hébrides intérieures sont un groupe d’îles situées à l’ouest de l’Écosse et appartenant à l’archipel des Hébrides.

[16] La Mercie est l’un des sept royaumes de l’Heptarchie anglo-saxonne, avec Tamworth pour capitale. Entre 600 et 850, la Mercie fit quatorze fois la guerre au Wessex voisin, onze fois aux Gallois, et mena dix-huit campagnes contre d’autres ennemis - encore ne s’agit-il là que des conflits dont nous avons gardé la trace. Elle est fondée par les Angles rassemblés et menés un an auparavant, depuis les côtes marécageuses proches du Wash vers l’actuelle région des Midlands en Angleterre, par Creoda (ou Crida), premier roi connu des Merciens, peut-être en partie légendaire, qui accèda au pouvoir en 585. Ces Midlands (« terres du milieu ») regroupent les comtés actuels de Gloucester, Worcester, Leicester, Northampton, Bedford, Buckingham, Derby, Nottingham, Hereford, Warwick, Chester et Lincoln.

[17] la Cumbrie, plus tard les comtés de Westmorland et Cumberland