Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Laozi ou Lao Tzu

samedi 16 octobre 2021, par ljallamion

Laozi ou Lao Tzu

Philosophe et écrivain chinois

 

Il est l’auteur réputé du Tao Te Ching [1], le fondateur du taoïsme [2] philosophique et une divinité du taoïsme religieux et des religions chinoises traditionnelles.

Personnage semi légendaire du 6 siècle av. jc, contemporain de Confucius, mais certains historiens considèrent qu’il a vécu au cours de la période des Royaumes combattants [3] du 4ème siècle avant jc.

Figure centrale de la culture chinoise, Laozi est revendiqué à la fois par les empereurs de la dynastie Tang [4] et les membres de famille Li comme fondateur de leur lignée.

Selon les récits traditionnels, Laozi était un érudit qui travaillait comme gardien des archives de la cour royale de Zhou [5]. Cela lui aurait permis un large accès aux œuvres de Huángdì l’Empereur Jaune et d’autres classiques de l’époque. Les histoires affirment que Laozi n’a jamais ouvert d’école formelle mais a néanmoins attiré un grand nombre d’étudiants et de disciples. Il existe de nombreuses variantes d’une histoire racontant sa rencontre avec Confucius, le plus célèbre est dans le Zhuangzi [6].

La troisième histoire de Sima Qian déclare que Laozi s’est lassé de la dégradation morale de la vie à Chengzhou [7] et a noté le déclin du royaume. Il s’aventure vers l’ouest pour vivre en ermite à l’âge de 80 ans.

L’histoire de Laozi a pris de fortes connotations religieuses depuis la dynastie Han [8]. Alors que le taoïsme prenait racine, Laozi était vénéré comme un dieu. La croyance en la révélation du Tao du divin Laozi a abouti à la formation de la Voie des Maîtres Célestes, la première secte religieuse taoïste organisée. Dans la tradition taoïste, Laozi est devenu une personnification du Tao.

Les fonctionnaires tout au long de l’histoire chinoise se sont appuyés sur l’autorité des sages non confucéens, en particulier Laozi et Zhuangzi , pour nier avoir servi un souverain à tout moment. Zhuangzi, le disciple le plus célèbre de Laozi dans les récits traditionnels, a eu une grande influence sur les lettrés et la culture chinois. Lao Tsu a influencé des millions de chinois par sa compréhension psychologique. Il a persuadé les gens par son inaction et son silence.

Les théoriciens politiques influencés par Laozi ont préconisé l’humilité dans le leadership et une approche restreinte de l’art de gouverner, soit pour des raisons éthiques et pacifistes, soit à des fins tactiques. Dans un contexte différent, divers mouvements anti-autoritaires ont adopté les enseignements de Laozi sur le pouvoir des faibles.

Laozi était un partisan d’un gouvernement limité. Les libertaires de gauche en particulier ont été influencés par Laozi

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Henri Maspero, (1981), Taoïsme et religion chinoise, Amherst : University of Massachusetts Press, ISBN 978-0-87023-308-1

Notes

[1] Le Dao de jing (livre de la voie et de la vertu), parfois écrit Tao te king, est un ouvrage classique chinois qui, selon la tradition, fut écrit autour de 600 av. jc par Lao Tseu, le sage fondateur du taoïsme, dont l’existence historique est toutefois incertaine

[2] Le taoïsme est un des trois piliers de la philosophie chinoise avec le confucianisme et le bouddhisme, et se fonde sur l’existence d’un principe à l’origine de toute chose, appelé « Tao ». Plongeant ses racines dans la culture ancienne, ce courant se fonde sur des textes, dont le Tao Tö King de Lao Tseu, le Lie Tseu et le Zhuāngzi de Tchouang Tseu, et s’exprime par des pratiques qui influencèrent de façon significative tout l’Extrême-Orient, et même l’Occident depuis le 20ème siècle.

[3] La période des Royaumes combattants, s’étend en Chine, du 5ème siècle av. jc à l’unification des royaumes chinois par la dynastie Qin en 221 av. jc. Ce nom lui est donné tardivement, par référence aux Stratagèmes des Royaumes combattants, ouvrage portant sur cette période. Elle correspond dans la chronologie dynastique à la fin de la période des Zhou orientaux (771-256 av. jc). Cette chronologie, qui repose sur l’historiographie traditionnelle, ne correspond pas nécessairement à la datation précise des évolutions sociales, politiques, économiques et culturelles : ce qui caractérise les Royaumes combattants date principalement du début du 4ème siècle av. jc.

[4] La dynastie Tang est une dynastie chinoise précédée par la dynastie Sui (581-618) et suivie par la période des Cinq Dynasties et des Dix Royaumes. Elle a été fondée par la famille Li, qui prit le pouvoir durant le déclin et la chute de l’empire Sui. Venant après une longue période de division de la Chine qui dura de 220 à 581, à laquelle l’éphémère dynastie Sui avait mis fin, les premiers empereurs de cette dynastie eurent d’abord pour tâche de stabiliser l’empire récemment réunifié, et de lui redonner la puissance qu’avait eue la Chine à l’époque des Han. Ils firent rapidement mieux que ces derniers dans le domaine des conquêtes extérieures.

[5] La dynastie des Zhou du Nord régna en Chine du nord-ouest de 557 à 577 puis en Chine du nord de 577 à 581 lors de la période des Dynasties du Nord et du Sud. Elle fut précédée par la dynastie des Wei de l’Ouest et suivie par la dynastie des Sui, qui réunifia la Chine en 589. Cette dynastie a joué un rôle capital dans la fin de la longue période de division de la Chine, posant les bases de la réunification.

[6] Le Zhuangzi ou Tchouang-tseu est un ancien texte chinois de la fin de la période des Royaumes combattants (476 à 221 av. jc), qui contient des histoires illustrant la nature insouciante du sage taoïste idéal. Nommé d’après son auteur traditionnel, Zhuangzi, c’est l’un des deux textes fondateurs du taoïsme, avec le Dao de jing.

[7] Luoyang, ou Loyang, autrefois Chengzhou, est une ville préfecture de la province du Henan en Chine. On y parle le dialecte de Luoyang du mandarin zhongyuan. Située sur le Fleuve Jaune, c’est l’une des quatre capitales historiques de la Chine.

[8] La dynastie Han régna sur la Chine de 206 av. jc à 220 apr. jc. Deuxième des dynasties impériales, elle succéda à la dynastie Qin (221 - 206 av. jc) et fut suivie de la période des Trois Royaumes (220 - 265). Fondée par Liu Bang, chef de guerre d’origine paysanne révolté contre la dynastie Qin, elle compta 28 empereurs.