Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Li Guang

jeudi 26 août 2021, par ljallamion

Li Guang (mort en 119 av. jc)

Général chinois de la dynastie Han occidentale

Il a principalement combattu dans les campagnes contre les tribus nomades Xiongnu [1] au nord de la Chine. Les Xiongnu le connaissaient comme un adversaire coriace en matière de défense de forteresse, et sa présence était parfois suffisamment décourageante pour que les Xiongnu annulent un siège.

Li Guang s’est suicidé peu après la bataille de Mobei [2] en 119 av. jc. Il fut accusé de ne pas arriver sur le champ de bataille à temps après s’être perdu dans le désert, créant ainsi une brèche dans l’encerclement et permettant à Ichise Chanyu dit Yizhixie de s’échapper après une confrontation entre Wei Qing et la principale force du Chanyu [3], que l’armée Han a réussi à vaincre de justesse. Refusant d’accepter l’humiliation d’une cour martiale, Li Guang s’est suicidé.

Li Guang appartenait à la branche Longxi [4] du clan Li [5]. Li Guang était un descendant de Laozi et du général Li Xin , ainsi qu’un ancêtre des monarques occidentaux des dynasties Liang [6] et Tang [7]. Li Guang était le grand-père du général Li Ling qui a fait défection au Xiongnu.

Li Guang s’est d’abord distingué lors de la rébellion des sept États [8], où il a servi sous les ordres du général Zhou Yafu . Cependant, l’empereur Liu Qi dit Han Jingdi était mécontent d’avoir accepté un sceau donné par Liu Wu prince de Liang , frère de l’empereur Jing. L’empereur Jing s’est méfié du prince de Liang, Liu Wu ayant l’ambition de se placer comme successeur de l’empereur Jing, au détriment des propres fils de l’empereur Jing. Cette position a également été soutenue par l’impératrice douairière Dou, leur mère. Ainsi, Li n’a pas été promu au marquisat en dépit de son exploit anti-rébellion.

Cependant, la fin de la carrière militaire de Li Guang fut constamment hantée par des incidents répétés de ce qui sera considéré comme du malheur par les érudits ultérieurs. Il avait une mauvaise tendance à perdre la direction lors des mobilisations ; dans les batailles sur le terrain, il était souvent en infériorité numérique et entouré d’ennemis supérieurs. Alors que la renommée de Li Guang attirait en grande partie l’attention de ses ennemis, le manque relatif de discipline de ses troupes et son manque de planification stratégique le mettait souvent, ainsi que ses régiments, dans des situations délicates. Li Guang s’échappa de justesse de la capture après que son armée fut anéantie au cours d’ une campagne offensive au Yanmen [9] en 129 av. jc, et fut dépouillé de titres officiels et rétrogradé au statut de roturier avec son compatriote vaincu le général Gongsun Ao après avoir payé une libération conditionnelle.

Au cours d’une campagne en 120 av. jc, Li Guang, cette fois avec son fils Li Gan à ses côtés, fut à nouveau entouré par des ennemis supérieurs. Ses 4 000 soldats ont subi de lourdes pertes avant que les renforts dirigés par Zhang Qian n’arrivent à temps pour le sauvetage. Les règles de l’armée han dictaient l’accomplissement d’un commandant qui ne se mesurait que par le nombre de ses victimes tuées par l’ennemi moins les pertes de son propre côté. Ceux-ci, ainsi que la naïveté politique de Li Guang, lui refusèrent toute possibilité de promotion dans un marquisat, son rêve de toujours.

L’empereur Wu a même ordonné secrètement à Wei Qing de ne pas assigner Li Guang à des missions importantes.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Li Guang/ Traduit par mes soins

Notes

[1] Xiongnu, ou Hunnu, est une confédération de peuples nomades vivant en Mongolie, en Transbaïkalie et en Chine du Nord. Xiongnu est le nom que leur ont donné les Chinois dans l’Antiquité.

[2] La bataille de Mobei, ou bataille du désert du Nord, est une campagne militaire qui prend place dans le nord du désert de Gobi. Elle fait partie d’une grande offensive lancée par la dynastie chinoise des Han contre le cœur du territoire de la confédération Xiongnu, en janvier 119 av. jc. Cette bataille s’achève par une victoire décisive de l’armée Chinoise, qui est dirigée par les généraux Wei Qing et Huo Qubing

[3] Chanyu était le titre donné aux chefs des Xiongnu durant les ères de la dynastie Qin et de la dynastie Han. Il fut remplacé par le titre de Khagan chez les turco-mongol. La traduction littérale est probablement quelque chose comme « le plus grand », grossièrement équivalent au chinois « fils du ciel » car ce qui reste du langage xiongnu n’est connu que très partiellement par les écrits des historiens chinois de ces époques. Comme dans la plupart des peuples nomades, le titre était héréditaire.

[4] Le Longxi était une commanderie de la Chine impériale dans l’actuelle Gansu, nommée en raison de son emplacement à l’ouest du mont Long (la partie sud du mont Liupan). Établi par Shi Huangdi, il couvrait à l’origine tout le territoire de l’empire Qin à l’ouest du mont Long avec son siège à Didao (aujourd’hui Taoyang dans le comté de Lintao). Cette zone comprenait la majeure partie de la haute vallée de la Wei. Sa principale voie de communication était la longue route (du nom de la montagne), qui passait probablement le long du chemin de fer moderne à l’ouest de Xi’an, bien qu’une grande partie de la zone la plus proche de la rivière était alors un marais. Le territoire a été utilisé comme un terrain d’escale pour les campagnes remontant le Tao et le cours supérieur du fleuve Jaune.

[5] Selon le texte de la dynastie Tang du 9ème siècle Yuanhe Xing Zuan , Li est une branche de l’ancien nom ancestral Ying et descend de l’empereur Zhuanxu , petit-fils du mythique empereur jaune. Pendant le règne de l’Empereur Yao , le descendant de Zhuanxu Gao Yao a exercé les fonctions de Dali, ou Ministre de la Loi. Au cours de la dynastie Xia , les descendants de Gao Yao ont adopté Li comme nom de famille.

[6] Le Liang occidental était un État de la période des Seize Royaumes de la Chine. Il a été fondé par la famille Li des Chinois Han. Tous les dirigeants du Liang occidental se sont dits de la noblesse Wang.

[7] La dynastie Tang est une dynastie chinoise précédée par la dynastie Sui (581-618) et suivie par la période des Cinq Dynasties et des Dix Royaumes. Elle a été fondée par la famille Li, qui prit le pouvoir durant le déclin et la chute de l’empire Sui. Venant après une longue période de division de la Chine qui dura de 220 à 581, à laquelle l’éphémère dynastie Sui avait mis fin, les premiers empereurs de cette dynastie eurent d’abord pour tâche de stabiliser l’empire récemment réunifié, et de lui redonner la puissance qu’avait eue la Chine à l’époque des Han. Ils firent rapidement mieux que ces derniers dans le domaine des conquêtes extérieures.

[8] La rébellion des sept États ou révolte de sept rois a lieu en 154 av. jc en Chine. Elle vise la dynastie Han et implique sept rois semi autonomes, qui se révoltent à la suite d’une tentative de centralisation supplémentaire du gouvernement par l’empereur

[9] Le Yanmen était une subdivision administrative de l’état de Zhao établie vers 300 avant jc et des dynasties impériales chinoises du nord jusqu’en 758 après jc. Il occupait des terres dans ce qui est maintenant le Shanxi et la Mongolie intérieure. Son premier siège était à Shanwu (près de l’actuel Youyu, Shanxi) ; ses sièges ultérieurs se sont déplacés vers le sud-est vers les sites plus défendables de Yinguan (dans l’actuel Shuozhou, Shanxi) et Guangwu (près de l’actuel Daixian , Shanxi).