Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 17ème siècle > Giovanni Ciampini ou Giovanni Giustino Ciampini

Giovanni Ciampini ou Giovanni Giustino Ciampini

jeudi 19 août 2021, par ljallamion

Giovanni Ciampini ou Giovanni Giustino Ciampini (1633-1698)

Archéologue ecclésiastique

Diplômé en droit de l’Université de Rome [1], il se consacra bientôt à des activités archéologiques qu’un mandat important de “Magister brevium gratiæ” dans la chancellerie apostolique [2] lui permit de poursuivre.

Il s’est consacré à la collection de livres, de pièces de monnaie et de statues et à la création de cercles scientifiques pour le développement de l’apprentissage des antiquaires.

Il fonda donc en 1671 une société d’histoire ecclésiastique et, en 1679, une académie des sciences, cette dernière sous le patronage de son amie, la reine Christine de Suède.

Il a poursuivi l’école de recherche archéologique commencée par Onofrio Panvinio et Antonio Bosio , et à plus petite échelle par Raffaello Fabretti , Boldetti et Giovanni Gaetano Bottari , puis par Padre Alarchi et Giovanni Battista de Rossi . Outre quelques études archéologiques mineures en 1693, il a laissé deux œuvres illustrées.

Ses œuvres ont été éditées à Rome en 1747 en trois volumes par Carlo Giannini.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Giovanni Ciampini/ Traduit par mes soins

Notes

[1] L’Université Sapienza de Rome, également appelée simplement Sapienza ou l’Université de Rome, est une université de recherche située à Rome, en Italie. Anciennement connue sous le nom d’Università degli Studi di Roma "La Sapienza", c’est l’une des plus grandes universités européennes en termes d’inscriptions et l’ une des plus anciennes de l’histoire , fondée en 1303.

[2] La chancellerie apostolique est un ancien dicastère de l’Église catholique romaine. Avant la réorganisation de la Curie romaine décidée par Paul VI en 1967, celle-ci comprenait cinq offices, parmi lesquels seule la Secrétairerie d’État et la Chambre apostolique ont survécu.