Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Simon de Buci

dimanche 15 août 2021, par ljallamion

Simon de Buci (mort en 1369)

Seigneur de Buci

Haut magistrat et notable parisien du milieu du 14ème siècle. D’origine très modeste, il se servit de son influence auprès du roi, qui l’avait également nommé en son conseil secret, mais aussi de sa fortune pour être anobli.

En 1341, il reçut le titre de premier président du Parlement de Paris [1]. Cette reconnaissance royale ainsi que sa charge perpétuelle en faisaient un personnage très important de Paris au milieu du 14ème siècle. En 1350, il conforta sa position par le rachat de la porte Saint-Germain [2].

Le passage à la Porte Saint-Germain occasionnait le paiement d’une taxe sur les marchandises importées, assura rapidement la fortune de De Buci... La gloire, quant à elle, ne tarda pas non plus.

Dès 1352, la rue parisienne qui depuis le siècle précédent menait à cette porte fut nommée rue de Buci. La porte Saint-Germain avait, de son côté, été rebaptisée porte de Buci en l’honneur de son nouveau propriétaire.

Malgré sa fortune et ses charges, il est cependant probable que De Buci ne fut pas un personnage très populaire, à une époque où le roi, Jean II dit Jean Le Bon, passait l’essentiel de son temps en tournois et autres festivités, des hommes assoiffés de pouvoir et d’argent, tels De Buci, avaient le contrôle des affaires du Royaume.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Simon de Buci/ Portail du Moyen Âge tardif/ Catégories : Personnalité française de la guerre de Cent Ans

Notes

[1] Le parlement de Paris est une institution française de l’Ancien Régime. Il fait partie des cours souveraines, rebaptisées cours supérieures à partir de 1661 (début du règne personnel de Louis XIV). Issu de la Curia regis médiévale, le parlement apparaît au milieu du xiiie siècle et prend progressivement son autonomie pour juger le contentieux sous forme d’un organe spécialisé aux sessions régulières, la curia in parlamento, que saint Louis établit dans l’île de la Cité, à côté du palais de la Cité, et qui reçoit sa première réglementation générale avec une ordonnance de Philippe III le Hardi en 1278. À partir du 15ème siècle, treize autres parlements furent érigés à partir d’institutions locales parfois beaucoup plus prestigieuses, comme l’échiquier de Normandie, ou beaucoup plus anciennes, comme les États de Provence, ou mêmes créés ex nihilo ; néanmoins, celui de Paris, cour de justice du Roi, ultime suzerain, et donc d’ultime recours, devint ainsi prééminent. On le mentionnait souvent simplement comme « le Parlement ».

[2] une des dix portes construites à la fin du 12ème siècle et au début du 13ème siècle par Philippe Auguste pour entrer dans Paris, alors entourée de murailles