Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 6ème siècle > Bozorgmehr ou Burzmihr

Bozorgmehr ou Burzmihr

samedi 7 août 2021, par ljallamion

Bozorgmehr ou Burzmihr

Noble iranien de la famille Karen

Il servi comme ministre du roi Sassanide [1] Kavadh 1er, fils et successeur de Péroz 1er. Il a également servi comme commandant militaire de Khwarasan [2] sous Khosrow 1er et son successeur Hormizd IV. Selon des sources perses et arabes, Bozorgmehr était un homme de sagesse exceptionnelle et sages conseils. Son nom apparaît dans plusieurs ouvrages importants de la littérature persane, notamment dans le Shahnameh [3].

Bozorgmehr est mentionné pour la première fois en 498, comme l’un des 9 fils du puissant noble Sukhra. Il appartenait à la Maison de Karen [4]. La famille Karen a revendiqué la descendance du légendaire shah Manoutchehr , et était basée à Nihavand [5].

Après la défaite et la mort du shah sassanide Peroz 1er lors de la bataille de Herat [6], Sukhra devint le souverain de facto de l’Iran. Il fut finalement vaincu et exécuté par Kavad 1er, qui a eu comme conséquence l’affaiblissement de la famille Karen, et beaucoup de ses membres furent exilés dans les régions du Tabaristan [7] et du Zabulistan [8], qui était loin de la cour sassanide dans Ctesiphon [9].

En 496, Kavad 1er fut déposé et emprisonné en raison de son soutien au mouvement Mazdakite [10], et aussi pour avoir exécuté Sukhra.

Après que Kavad 1er eu récupéré le trône sassanide de son jeune frère Jamasp ou Zamasp en 498, il nomma Bozorgmehr comme ministre. Pendant son mandat, Bozorgmehr a persuadé Kavad d’arrêter la taxation des fruits et des céréales de la paysannerie.

Pendant le règne du fils et successeur de Kavad 1er, Khosrow 1er, Bozorgmehr continua son mandat comme ministre du shah. Il a également pris de l’importance après avoir été nommé commandant militaire du kust [11] de Khorasan [12] par Khosrow 1er.

Pendant le règne du fils de Khosrow 1er, Hormizd IV, Bozorgmehr a continué à servir au Khorasan.

Bozorgmehr a écrit plusieurs traités en persan moyen. Le plus célèbre est le “Wizārišn ī čatrang” [13], également connu sous le nom de “Chatrang Nama” [14].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Bozorgmehr/ Traduit par mes soins

Notes

[1] Les Sassanides règnent sur le Grand Iran de 224 jusqu’à l’invasion musulmane des Arabes en 651. Cette période constitue un âge d’or pour la région, tant sur le plan artistique que politique et religieux. Avec l’Empire romano byzantin, cet empire a été l’une des grandes puissances en Asie occidentale pendant plus de quatre cents ans. Fondée par Ardashir (Ardéchir), qui met en déroute Artaban V, le dernier roi parthe (arsacide), elle prend fin lors de la défaite du dernier roi des rois (empereur) Yazdgard III. Ce dernier, après quatorze ans de lutte, ne parvient pas à enrayer la progression du califat arabe, le premier des empires islamiques. Le territoire de l’Empire sassanide englobe alors la totalité de l’Iran actuel, l’Irak, l’Arménie d’aujourd’hui ainsi que le Caucase sud (Transcaucasie), y compris le Daghestan du sud, l’Asie centrale du sud-ouest, l’Afghanistan occidental, des fragments de la Turquie (Anatolie) et de la Syrie d’aujourd’hui, une partie de la côte de la péninsule arabe, la région du golfe persique et des fragments du Pakistan occidental. Les Sassanides appelaient leur empire Eranshahr, « l’Empire iranien », ou Empire des Aryens.

[2] Khwarāsān était l’un des quatre kusts (régions frontalières) de l’ empire sassanide, formé sous le règne du roi Khosrow 1er. Khwarasan était commandé par un spahbed ou Spahbod de l’un des 7 clans parthes. Le spahbed nommé du kust reçut le titre d’ aspbed.

[3] Le livre des rois

[4] une des Sept Grandes Maisons d’Iran, qui descendait du prince Arsacide Karen

[5] Nahavand est une ville de la province de Hamedan en Iran, également connue sous les noms de Nahavend, Nahawand. Elle fut appelée Laodicée, Laodicée en Médie, Laodicée en Perse, Antioche en Perse, Antioche de Chosroes, Antioche en Médie, Nemavand et Niphaunda. La ville fut fondée par Séleucos 1er en Médie en même temps que les deux autres villes hellénistiques de Apamée et Héraclée. Pline l’Ancien la décrit comme étant aux limites de la Médie, et qu’elle fut re-fondée par Antiochos 1er. La ville était le centre de l’empire de Khosro II. Après des revers militaires vers 540 suivant le sac d’Antioche en 538, il fut forcé de renommer sa capitale "Antiochia".

[6] La bataille a été une défaite catastrophique pour les forces sassanides qui ont été presque complètement anéanties. Peroz, le roi sassanide, a été tué dans l’action.

[7] Le Mazandaran ou Mazandéran appelé autrefois Tabaristan est une province du nord de l’Iran, délimitée par la Mer Caspienne au nord. Le Mazandéran était une partie de la province d’Hyrcanie au temps de l’Empire perse.

[8] Le Zaboulistan ou Zabolistan est une région historique basée autour de la province actuelle de Zabol dans le sud de l’Afghanistan. Zaboulistan se traduit par « pays de Zabol » ou « pays des Zabols ».

[9] Ctésiphon est une ancienne ville parthe, située face à Séleucie du Tigre, sur la rive gauche du Tigre, à 30 km au sud-est de la ville actuelle de Bagdad, en Irak. La ville s’étendait sur 30 km².

[10] Le mazdakisme est un courant religieux né en Perse, dans l’Empire sassanide, à la fin du 5ème siècle, dérivé du mazdéisme et du manichéisme. Son influence s’est prolongée jusqu’au 14ème siècle environ. Il doit son nom à son fondateur, Mazdak. Cette religion n’est connue par aucune source directe. On doit se référer à ce qu’en disent des auteurs de langues persane, arabe, syriaque et aussi grecque.

[11] région frontalière

[12] Le Khorassan est une région située dans le nord-est de l’Iran. Il a été donné à la partie orientale de l’empire sassanide. Le Khorassan est également considéré comme le nom médiéval de l’Afghanistan par les Afghans. En effet, le territoire appelé ainsi englobait en réalité l’Afghanistan actuel, le sud du Turkménistan, de l’Ouzbékistan et du Tadjikistan, ainsi que le nord-est de l’Iran.

[13] Traité des échecs

[14] Livre des échecs