Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 6ème siècle > Maelgwn Hir ap Cadwallon ou Maelgwn le long dit Maelgwn Gwynedd

Maelgwn Hir ap Cadwallon ou Maelgwn le long dit Maelgwn Gwynedd

mercredi 26 mai 2021, par ljallamion

Maelgwn Hir ap Cadwallon ou Maelgwn le long dit Maelgwn Gwynedd (vers 480-vers 547)

Roi de la mythologie celtique brittonique

Après l’effondrement de l’autorité romaine dans l’île de Bretagne [1], le nord du pays de Galles [2] est envahi par les Déisi [3] des tribus de Gaëls [4] venant d’Irlande.

Le royaume de Gwynedd [5] débute avec la reconquête de la région côtière par des peuples brittoniques [6] issus du nord de la Bretagne sous le commandement du grand-père putatif de Maelgwn Cunedda Wledig.

Quelques générations après le père de Maelgwn Cadwallon achève le processus en détruisant les derniers établissement gaëls sur Anglesey [7]. Maelgwn est le premier roi à bénéficier des fruits des conquêtes familiales et il est considéré comme le fondateur de la famille régnante du royaume.

Selon la tradition son llys [8] se trouve à Deganwy, sur la péninsule de Creuddyn dans le Rhos [9]. La tradition relève également qu’il meurt près de Llanrhos [10], et qu’il y est inhumé. D’autres traditions indiquent qu’il est inhumé dans Ynys Seiriol [11].

La documentation historique pour cette période est rare. Maelgwn apparaît comme le petit-fils de Cunedda dans les généalogies royales.

Maelgwn est un important contributeur à l’expansion du christianisme dans le pays de Galles. Il fait des donations et il favorise saint Brynach dans le Dyfed [12], saint Cadoc au Gwynllwg [13], saint Cybi dans l’ile Anglesey, saint Padarn en Ceredigion [14], et saint Tydecho dans le Powys [15].

Les seules informations contemporaines sur lui émanent de Gildas le Sage, qui inclut Maelgwn parmi les cinq rois bretons qu’il condamne dans des termes allégoriques dans son De Excidio et Conquestu Britanniae [16].

Il semble clair que Maelgwn détenait une position prééminente dans les régions sur lesquelles régnaient les descendants de Cunedda, peut-être comme une sorte de “Haut Roi”.

Le fait que les donations faites par Maelgwn pour des fondations religieuses n’étaient pas réduites au royaume de Gwynedd mais se répartissaient sur le nord et le sud du pays de Galles où les descendants de Cunedda s’étaient implantés, implique que Maelgwn exerçait une forme de suzeraineté sur ces régions au-delà de son pouvoir souverain dans son propre royaume.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Maelgwn Gwynedd »

Notes

[1] La Bretagne ou Britannie (Britannia en latin) est la province romaine qui, du premier au quatrième siècle, couvrait une partie de l’île de Grande-Bretagne correspondant à des territoires qui devinrent par la suite ceux de l’Angleterre, du pays de Galles et du sud de l’Écosse.

[2] Le pays de Galles est une nation constitutive du Royaume-Uni située dans l’Ouest de l’île de Grande-Bretagne. Il partage une frontière avec l’Angleterre à l’est et est bordé par la mer d’Irlande au nord et à l’ouest et le canal de Bristol au sud.

[3] Les Déisis sont un peuple de l’Irlande. Le nom Déisi qui signifie au sens propre « Peuple soumis ou Vassaux » est le nom porté pendant la période historique par deux populations d’Érainn l’une dans le royaume de Brega et l’autre dans le Munster.

[4] Les Gaels ou Gaëls sont un groupe ethnolinguistique indigène au nord-ouest de l’Europe qui comprend les Irlandais, les Écossais et les Mannois de culture gaéliques. Dans un sens plus restreint, le terme désigne, dans ces langues, les locuteurs des langues gaéliques.

[5] Le Gwynedd était un des royaumes ou principautés du Pays de Galles au Moyen Âge, appelé Vénédotie, Winet ou Norgalles au Moyen Âge. Il couvrait une partie du nord-ouest du pays autour de la Snowdonia et comprenait l’île de Môn (Anglesey). Ses dirigeants ont eu à plusieurs reprises le dessus sur leurs rivaux gallois. Les rois et princes de Gwynedd ont résisté longtemps aux projets de conquête des rois d’Angleterre.

[6] Les peuples brittoniques ou Brittons sont des peuples celtes de la protohistoire, habitant l’actuelle Grande-Bretagne. Leur dénomination vient du fait qu’ils parlaient une langue celtique, de la famille des langues brittoniques. À partir de l’occupation romaine, on parle de Britto-romain

[7] L’Anglesey est une île et un comté de l’extrême nord-ouest du pays de Galles, dont elle est séparée, au sud-est, par une mince étendue d’eau connue sous le nom de détroit de Menai que deux ponts enjambent. Connue sous le nom de Mona du temps des Romains, l’île d’Anglesey était associée aux druides celtes. Vers 61, le général romain Caius Suetonius Paulinus, puis en 78 le général Agricola, déterminés à saper leur autorité, attaquèrent l’île et détruisirent leur nemetons (temples et bosquets sacrés). L’île fut ensuite envahie par les Saxons au 5ème siècle, puis les Vikings au 9ème siècle et enfin les Normands qui la rattachent au royaume d’Angleterre.

[8] cour royale

[9] Le Rhos était un ancien royaume gallois vassal du Ceredigion puis du Royaume de Gwynedd. Créé au cours du 5ème siècle, il annexa l’Afflogion en 480. Il fut absorbé par le Gwynedd vers 750. Le royaume de Rhos a été gouverné notamment par Owain Ddantgwyn puis par son fils Cuneglas.

[10] Llanrhos (aussi appelé Eglwys Rhos) est un village du comté de Conwy au nord du Pays de Galles.

[11] île de Saint-Seiriol, (l’île des Puffins), au large à l’est Anglesey

[12] Le Dyfed est un royaume médiéval du sud-ouest du Pays de Galles. Fondé au début du 5ème siècle dans le sud-ouest du Pays de Galles, à la suite du retrait des forces romaines, son territoire est constitué par celui occupé par les tribus irlandaises des Déisi vers 400. Le Dyfed est indépendant jusque vers 920 et son annexion par Hywel Dda, roi de Seisyllwg et fondateur du royaume de Deheubarth. À la suite des invasions normandes du Pays de Galles entre 1067-1100, la région est conquise par les Normands et, vers 1138, incorporée dans un nouveau comté du Pembrokeshire nommée d’après le château normand édifié dans le cantref de Penfro.

[13] Le Glywysing est un ancien royaume gallois au sud-est du pays de Galles, constitué par la partie ouest du Gwent. Le royaume de Glywysing est créé vers 490 dans la partie ouest du Gwent par le roi éponyme Glywys, époux de Gwawl, une fille de Ceredig ap Cunedda, et donc beau-frère de Teithfallt ap Nynniaw, roi de Gwent. L’histoire des deux petits états demeure par la suite très liée et les souverains souvent communs.

[14] Le Ceredigion était un royaume gallois médiéval couvrant ce qui est encore aujourd’hui le comté de Ceredigion, c’est-à-dire une partie du Carmarthenshire et la Péninsule de Gower. Au 8ème siècle le roi Seisyll ap Clydog actif vers 770 après la conquête d’Ystrad Tywi constitue le royaume de Seisyllwg. Comme ce dernier le Ceredigion est intégré au royaume de Gwynedd puis au royaume de Deheubarth.

[15] Le royaume de Powys est un royaume médiéval situé dans l’est de l’actuel Pays de Galles.

[16] De excidio et conquestu Britanniæ ac flebili castigatione in reges, principes et sacerdotes (Sur la ruine et la plainte de la Bretagne et les reproches éplorés contre les rois, les nobles et les prêtres), ou simplement De excidio Britanniænote, est un sermon latin en trois parties composé au 6ème siècle par le moine breton Gildas le Sage. La première partie retrace l’histoire de l’île de Bretagne de la conquête romaine jusqu’à l’époque de Gildas. La deuxième partie fustige cinq rois pour leurs péchés, et la troisième partie s’en prend tout aussi violemment au clergé breton. C’est un texte important pour l’histoire de la Grande-Bretagne aux 5ème et 6ème siècles, car il s’agit de l’un des rares textes d’époque encore existants.