Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 12ème siècle > Alix de France ou Adélaïde de France (1150-après 1195)

Alix de France ou Adélaïde de France (1150-après 1195)

mardi 4 mai 2021, par ljallamion

Alix de France ou Adélaïde de France (1150-après 1195)

Comtesse de Blois

Carte Comté d'Anjou et de BloisFille du roi Louis VII et de sa première épouse Aliénor d’Aquitaine.

Après la séparation de ses parents en 1152, son père Louis VII épouse Adèle de Champagne en 1160 et promet ses deux filles aux frères de sa nouvelle femme.

Elle épouse donc en 1164 Thibaut V le Bon, comte de Blois [1] et de Chartres [2], veuf de Sibylle de Châteaurenard [3].

Son mari participe à la 3ème croisade [4] et est tué lors du siège d’Acre [5]. Elle exerce le pouvoir comtal en son absence.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Alix de France (1150-1195)/ Portail du Moyen Âge central/ Comtesse

Notes

[1] Le comté de Blois est un ancien comté du Nord de la France. Le comté de Blois était une juridiction féodale du Royaume de France née vers 900. Le premier vicomte est Garnegaud, décédé en 906. Son successeur était le chevalier bourguignon Thibaud l’Ancien qui reçut également la vicomté de Tours en 908 et en 940, il devint vicomte de Blois et de Tours. Il mourut en 943 et son fils Thibaut le Tricheur prend le titre de Comte de Blois et s’empare du comté de Chartres. Son fils Eudes 1er devient Comte de Blois et de Chartres, de Tours, de Châteaudun, de Provins et de Reims. Son fils Thibaut II lui succède de 996 à 1004 . Son frère Eudes II rajoute à son domaine le comté de Meaux et le comté de Troyes. Il meurt en 1019, date à laquelle les domaines sont divisés. La dynastie continua jusqu’à la mort de Thibaut VI, donnant le comté à sa fille Marguerite de Blois. Le comté passe alors dans la Maison d’Avesnes puis de Blois-Châtillon. En 1397, le comté est intégré au Duché d’Orléans par manque de descendance.

[2] Terre à proximité de la Normandie, le Chartrain a été au cours des 9ème et 10ème siècles secoué par les invasions et guerres normandes, notamment en 858 et en 911. Pour fixer les populations normandes et mettre ainsi un terme au saccage des terres du royaume, Carloman fait le chef viking Hasting « comte de Chartres » en 882, après l’avoir battu en 879. Sitôt comte, Hasting vend sa possession en 886. Vassal du duc des Francs Hugues le Grand, un certain Thibaud de Blois profite de la jeunesse de l’héritier au titre ducal pour s’ériger en « comte de Blois » vers 960 alors que son père en était le vicomte. Bientôt, les terres personnelles du comte sont augmentées du comté de Chartres ainsi que la vicomté de Châteaudun. Le titre reste dans les mains de la famille de Thibault jusqu’en 1286, date à laquelle le comté est de nouveau fondu dans le domaine royal.

[3] Château-Renault est une commune française située dans le département d’Indre-et-Loire. La fille héritière de Renaud IV, Sibylle, apporte Château-Renault à son premier mari Thibaut V comte de Blois, de Chartres et de Dunois : elle meurt sans postérité, mais les comtes de Blois issus du deuxième mariage de Thibaut V avec Alix de France, fille de Louis VII et d’Aliénor d’Aquitaine, conservent Château-Renault jusqu’à l’acquisition en 1397 du comté de Blois par Louis duc d’Orléans, frère cadet de Charles VI. Château-Renault passe ensuite au fils du duc Louis, Charles duc d’Orléans, le poète, qui le confie en 1449 à son demi-frère Dunois (1403-1468 ; bâtard de Louis d’Orléans), souche des ducs de Longueville de la Maison d’Orléans-Longueville. Baronnie en 1525.

[4] La troisième croisade, qui débuta en 1189 et s’acheva en 1192, est une série d’expéditions menées par Frédéric Barberousse, empereur germanique, Philippe Auguste, roi de France, et Richard Cœur de Lion, roi d’Angleterre, dans le but de reprendre Jérusalem et la Terre sainte à Saladin. Cette croisade a permis la reprise d’un certain nombre de ports de Terre sainte, mais n’a pas permis la reconquête de l’arrière-pays, ni la reprise de Jérusalem. Cependant, la libre circulation à Jérusalem fut autorisée aux pèlerins et marchands chrétiens.

[5] Le Siège de Saint-Jean-d’Acre en 1191 est une opération militaire de la troisième croisade (1189-1191). Après la défaite écrasante de Hattin, la prise de Saint-Jean-d’Acre est la première opération de reconquête du royaume de Jérusalem, qui permettra à ce dernier de se maintenir encore un siècle.