Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 19ème siècle > Le 19ème siècle en France > Les gendarmes d’élite et d’ordonnance

Les gendarmes d’élite et d’ordonnance

lundi 8 février 2021, par ljallamion

Les gendarmes d’élite et d’ordonnance

Les gendarmes d’élite

 Conçue pour la garde des palais et des quartier généraux, la légion de gendarmerie d’élite avait été formée le 29 juillet 1804. Elle possédait un état-major, 2 escadrons à 2 compagnies chacun et un demi-bataillon de 2 compagnies à pied, qui fournissaient un effectif total de 632 gendarmes. A partir de 1806, il n’y eut plus que deux escadrons alignant 456 cavaliers.   Le service ordinaire comprenait : deux piquets à cheval aux Tuileries et à la Malmaison, qui devait servir d’estafettes ou de patrouilles précédant la voiture de l’Empereur.   Un poste à pied sur la terrasse des Tuileries du côté des jardins ouverts au public et 2 postes à la prison d’Etat de la tour du Temple*.   En service extraordinaire, la gendarmerie d’élite assurait des missions de sécurité telles que l’escorte du pape et le cortège du sacre. La sûreté de l’Empereur et de sa suite, sur les routes, lui incombait également.   Arrivés sur le champ de bataille, les gendarmes d’élite combattaient avec la cavalerie de la Garde. Ils avaient ensuite la garde des prisonniers et des trophées lors de leur présentation à l’Empereur.

Les gendarmes d’ordonnance

C’est en septembre 1806 que Napoléon accorda aux jeunes gens rentrés d’émigration l’honneur fort recherché d’entrer dans sa Garde. Encore fallait-il qu’ils eussent assez de fortune pour s’équiper, s’acheter un cheval et faire la route à leurs frais jusqu’à Mayence*.   L’arrivée de cette cohorte d’aristocrates élégants fut fort mal acceptée par l’armée tout entière. Les 3 premières compagnies combattirent avec honneur, mais sans beaucoup de brio semble-t-il.   La 4ème compagnie arriva en Allemagne juste à temps pour apprendre la dissolution du Corps le 12 juillet 1807.   Une première compagnie à pied exista nominalement mais fut dissoute en avril 1807, faute d’éléments, les riches volontaires préférant tous la caracolante cavalerie.