Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 4ème siècle > Astérios d’Amasée

Astérios d’Amasée

lundi 25 janvier 2021, par ljallamion

Astérios d’Amasée

Évêque d’Amasée de la fin du 4ème siècle

Ses homélies festives, dont 16 ont été conservées, dévoilent un auteur de bonne formation rhétorique [1], acquise sans doute à Antioche [2].   Il est peu enclin aux spéculations théologiques ou exégétiques, et préfère les leçons morales.   Les signes de l’influence des Cappadociens [3] sont également visibles. C’est un témoin intéressant du développement de la liturgie et du culte des saints, entre les conciles de Constantinople [4] et d’Éphèse [5].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Astérios d’Amasée/ Portail des chrétiens d’Orient/ Catégories : Religieux byzantin/ Évêque du Pont

Notes

[1] La rhétorique est d’abord l’art de l’éloquence. Elle a d’abord concerné la communication orale. La rhétorique traditionnelle comportait cinq parties : l’inventio (invention ; art de trouver des arguments et des procédés pour convaincre), la dispositio (disposition ; art d’exposer des arguments de manière ordonnée et efficace), l’elocutio (élocution ; art de trouver des mots qui mettent en valeur les arguments → style), l’actio (diction, gestes de l’orateur, etc.) et la memoria (procédés pour mémoriser le discours).

[2] Antioche est une ville de Turquie proche de la frontière syrienne, chef-lieu de la province de Hatay.

[3] La Cappadoce est une région historique d’Asie Mineure située dans l’actuelle Turquie. Elle se situe à l’est de la Turquie centrale, autour de la ville de Nevşehir. La notion de « Cappadoce » est à la fois historique et géographique. Les contours en sont donc flous et varient considérablement selon les époques et les points de vue.

[4] Le premier concile de Constantinople, convoqué de mai à juillet 381, par l’empereur Théodose 1er, responsable de l’Orient, est le deuxième concile œcuménique de l’histoire du christianisme, après celui de Nicée. Théodose n’ayant pas invité les évêques d’Occident dont les juridictions dépendaient de son collègue Gratien, le concile réunit 150 évêques, tous orientaux. Il est présidé par Mélèce 1er d’Antioche, puis, à sa mort, par Grégoire de Nazianze.

[5] Le concile d’Éphèse, troisième concile œcuménique de l’histoire du christianisme, est convoqué en 430 par l’empereur romain de Constantinople Théodose II. Le concile condamne le 22 juin 431 le nestorianisme comme hérésie, et anathématise et dépose Nestorius comme « hérésiarque ». À l’inverse des conciles de Nicée en 325 et de Constantinople en 381 dont les questions théologiques portaient principalement sur l’unicité de Dieu, le concile d’Éphèse marque un tournant dans le dogme en définissant l’union hypostatique des deux natures, humaine et divine, du Christ.