Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Baal ou Ba’al

mardi 1er décembre 2020, par ljallamion

Baal ou Ba’al

Dieu sémitique, cananéen [1] puis phénicien [2] qui, sous les dynasties des Ramsès [3], est assimilé dans la mythologie égyptienne à Seth et à Montou .   Baal est une appellation générique d’un dieu, accompagnée d’un qualificatif qui révèle quel aspect est adoré : Baal Marcodés, dieu des danses sacrées ; Baal Shamen, dieu du ciel ; Baal Bek, le Baal solaire ; et surtout, Baal Hammon, le terrible dieu des Carthaginois. Ainsi, chaque région avait son dieu, son Baal local.   Baal est devenu l’appellation punique [4] de nombreux dieux d’origine sémite dont le culte a été célébré depuis le 3ème millénaire av. jc jusqu’à l’époque romaine.   Son nom, le maître ou l’époux, se retrouve partout dans le Moyen-Orient, depuis les zones peuplées par les sémites [5] jusqu’aux colonies phéniciennes, dont Carthage. Il est invariablement accompagné d’une divinité féminine, même s’il est hermaphrodite [6].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Dany Nocquet, Le "livret noir de Baal" : la polémique contre le dieu Baal dans la Bible, éd. Labor et Fides, 2004

Notes

[1] Cananéen est l’adjectif se rapportant à la région de Canaan, l’ancien nom donné aux territoires, correspondant à peu près, actuellement à Israël. À ce titre, il se rapporte aux : Pays de Canaan dans la bible.

[2] Le territoire de la Phénicie correspond au Liban actuel auquel il faudrait ajouter certaines portions de la Syrie et de la Palestine. Les Phéniciens étaient un peuple antique d’habiles navigateurs et commerçants. Partis de leurs cités États en Phénicie, ils fondèrent dès 3000 av jc de nombreux comptoirs en bordure de la Méditerranée orientale, notamment Carthage en 814. Rivaux des Mycéniens pour la navigation en Méditerranée au 2ème millénaire av jc, ils furent d’après ce qu’on en sait les meilleurs navigateurs de l’Antiquité. L’invasion des Peuples de la Mer va ravager les cités phéniciennes, de même que Mycènes et les autres territoires qu’ils traversent, mais c’est ce qui va permettre aux Phéniciens de trouver leur indépendance vis-à-vis des puissances voisines qui les avaient assujettis puisque celles-ci seront elles aussi détruites par ces invasions. La chute de Mycènes en particulier va leur permettre de dominer les mers. Après avoir supporté les assauts des Athéniens, des Assyriens, de Nabuchodonosor puis de Darius III, la Phénicie disparut finalement avec la conquête par Alexandre le Grand en 332 av jc.

[3] Ramsès (ou Ramses et Ramesses) est le nom théophore de 11 pharaons des XIXème et XXème dynasties. Ce nom entrait dans la composition de la titulature royale en tant que nom de Sa-Rê ou nomen.

[4] La civilisation carthaginoise ou civilisation punique est une ancienne civilisation située dans le bassin méditerranéen et à l’origine de l’une des plus grandes puissances commerciales, culturelles et militaires de cette région dans l’Antiquité. Fondée par des Phéniciens sur les rives de l’actuelle Tunisie et plus précisément dans le golfe de Tunis en 814 av. jc, selon la tradition la plus couramment admise, Carthage a pris peu à peu l’ascendant sur les cités phéniciennes de la Méditerranée occidentale, avant d’essaimer à son tour et de développer sa propre civilisation.

[5] Sémites est un mot qui désignerait d’une manière générale les descendants de Sem, comme le mot Japhétites désignerait les descendants de Japhet, et comme le mot Chamites désignerait les descendants de Cham. Cham, Sem et Japhet étant considérés comme trois grands ancêtres humains.

[6] Être légendaire auquel on supposait une forme humaine bisexuée