Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Lambert II de Lens

samedi 31 octobre 2020, par ljallamion

Lambert II de Lens (mort en 1054)

Comte de Lens

Second fils d’ Eustache 1er , comte de Boulogne [1] et de Mahaut de Louvain.

En 1053, des troubles agitèrent le duché de Normandie [2], en effet, Guillaume comte d’Arques [3] se révolta contre son neveu, le duc de Normandie, futur Guillaume le Conquérant.

En raison des alliances familiales, la noblesse flamande se retrouva impliquée dans ce conflit : Baudouin V de Flandre, beau-père du duc de Normandie, se rangea de son côté, tandis qu’ Enguerrand II de Ponthieu , beau-frère des deux Guillaume, choisit le camp du comte d’Arques, suivi par son cousin Eustache II, le frère de Lambert. Lambert, lui resta fidèle à son suzerain, le comte de Flandre [4].

La révolte, tourna court, Enguerrand de Ponthieu fut tué en octobre 1053 à Saint Aubin sur Scie [5] et Guillaume d’Arques, assiégé, parvint à s’enfuir et à se réfugier à Boulogne.

En récompense de sa fidélité, Lambert fut marié à Adélaïde de Normandie, veuve d’Enguerrand et demi-sœur du duc Guillaume, et devint ainsi comte d’Aumale [6].

Lambert resta cependant au service de Baudouin V, et participa pour le compte de ce dernier à une bataille livrée à Lille contre l’empereur Henri III.

Il fut tué au cours de l’affrontement. Adélaïde conserva Aumale, et Lens [7] revint au frère aîné de Lambert, Eustache II.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Pierre Bauduin, La Première Normandie (xe-xie siècles), Caen, Presses Universitaires de Caen, 2004, (ISBN 2-84133-145-8)

Notes

[1] Le comté de Boulogne est issu d’un pagus franc. Dès le 9ème siècle, ce comté se trouve sous la suzeraineté du marquisat de Flandre. Philippe Auguste le confisquera en 1212 pour le donner en apanage à son fils. Le comté suivra ensuite les destinées de l’Artois et sera finalement annexé au domaine royal au xve siècle

[2] Le duché de Normandie est un duché féodal du royaume de France qui a existé de 911 à 1469, d’abord comme principauté largement autonome, puis après sa conquête par le roi de France en 1204, comme partie du domaine royal ou comme apanage. Louis XI supprime le duché en 1469. Toutefois, il subsiste pour sa partie insulaire (les îles Anglo-Normandes) comme dépendance de la couronne britannique. Le duché de Normandie fait partie, comme l’Aquitaine, la Flandre ou la Catalogne, de ces principautés qui émergent au milieu du Moyen Âge avec l’affaiblissement du pouvoir royal carolingien.

[3] Arques est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais. La commune est célèbre pour sa verrerie-cristallerie qui est le premier producteur mondial de verrerie de table. En 1093, Robert 1er de Flandre (Robert le Frison) comte de Flandre confirme à l’abbé Jean 1er et aux religieux de l’abbaye de Saint-Bertin, la possession de la terre d’Arques et d’un marécage voisin, un droit de taxe exclusif sur le bétail pâturant dans la forêt de Ruhout (à Clairmarais) et des dîmes dans la châtellenie de Bourbourg. Le comte Baudouin V de Flandre avait confirmé cette possession en 1056 en ajoutant que la terre d’Arques a été donnée jadis à l’abbaye par le comte Walbert. Baudouin veut extirper les mauvaises habitudes introduites par les avoués dont il restreint les droits et prérogatives et il autorise l’abbé à prélever une taxe pour la paisson des bestiaux dans la forêt de Ruhout, donne à l’abbaye un marais voisin, et attribue encore d’autres avantages

[4] Le comté de Flandre a été un pagus carolingien, puis l’une des principautés du royaume de France, particulièrement impliquée dans les conflits franco-anglais, aux frontières et à l’influence durement disputées depuis sa création au 9ème siècle jusqu’en 1384, date de la mort du comte Louis de Male. Le comté, possédé par la Maison de Flandre de 863 jusqu’à la mort de la dernière comtesse, Marguerite de Constantinople, en 1280, puis par la Maison de Dampierre-Flandre, puis devenu l’une des possessions de la Maison capétienne de Bourgogne en 1385, devint alors l’un des principaux centres des États bourguignons. Après la Guerre de succession de Bourgogne il fut ensuite progressivement intégré aux Pays-Bas bourguignons et fut finalement détaché du royaume de France par le Traité de Madrid en 1526 en faveur des Habsbourg d’Espagne. Louis XIV en reconquit une partie sur les Espagnols. Le comté cessa d’exister en 1795 après la conquête des Pays-Bas autrichiens par les Français. Le territoire de ce comté correspond approximativement aux provinces belges actuelles de Flandre-Occidentale et de Flandre-Orientale, à l’ouest de la province de Hainaut (arrondissements de Tournai et Mouscron), plus la partie de la province d’Anvers située à l’ouest de l’Escaut, la Flandre zélandaise et la région historique de Flandre française (région de Lille, Dunkerque, Hazebrouck, Douai,…).

[5] Saint Aubin sur Scie est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en Normandie. Située à 5 km de Dieppe et traversée par la rivière la Scie, la ville connaît un développement régulier.

[6] Vers 1055 ou peu après, Aumale est définitivement rattaché à la Normandie. En 1194, Philippe II Auguste, roi de France, confisque Aumale à Guillaume des Forts. Il confie le comté en 1204 à Renaud de Dammartin, ancien comte de Boulogne. Le système de pairie d’Angleterre continuera à attribuer des titres de comte et duc liés à Aumale, mais en utilisant sa forme latine : Albemarle. Les « honneurs d’Aumale », un ensemble de terres dans le Yorkshire anciennement associé au titre normand, constituera le fief des comtes et ducs anglais.

[7] Lens est une commune française, sous-préfecture du département du Pas-de-Calais. La tradition rapporte qu’au début du 13ème siècle, Gautier et Eustache, co-châtelains de Mons, fondèrent un hôpital tenu par les frères Trinitaires. Le rayonnement de cette institution incita Jean, châtelain de Mons et seigneur de la terre de Lens, à la doter de revenus fixes : c’est ainsi qu’en 1245 il établit le couvent des Trinitaires de Lens, dont le missionnaire Chrétien Le Clercq sera le père supérieur quelques siècles plus tard.