Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Judith d’Évreux

dimanche 11 octobre 2020, par ljallamion

Judith d’Évreux (vers 1040-1076)

Noble normande-Comtesse de Sicile

Fille de Guillaume d’Évreux et Hawise de Giroie [1], veuve de Robert 1er de Grandmesnil. Guillaume d’Évreux est le cousin germain de Guillaume le Conquérant, et sa mère la fille de Giroie un riche baron normand.

Son demi-frère Robert de Grandmesnil, abbé de Saint-Évroult [2], est son tuteur. Après une querelle avec le duc Guillaume en janvier 1061, Robert fuit la Normandie avec Judith, son frère et sa sœur, et part à Rome.

Il se tourne vers Robert Guiscard, duc de Calabre [3], qui l’invite, lui et ses moines, à s’installer dans la région. Le frère du duc, Roger, futur conquérant de la Sicile musulmane, vient à la rencontre de Judith de Normandie, et la prend en mariage en décembre 1061, à Mileto [4].

Roger poursuit sa campagne en Sicile. En 1062, Judith le rejoint à Troina [5]. Une troupe de Grecs attaque le camp normand en l’absence de Roger pour tenter d’emprisonner la comtesse Judith et ainsi obtenir le départ des Normands.

La garnison résiste jusqu’au retour de Roger. Pendant 4 mois, les Normands affrontent, dans le froid et un certain dénuement, les Grecs rejoints par des Sarrasins.

L’armée de Roger parvient finalement à reprendre le contrôle de Tronia. Alors que Roger repart sur le continent pour obtenir des renforts, Judith prend le commandement de la citadelle.

En 1071, Roger obtient du pape la création du comté de Sicile [6], suite à quoi Judith devient comtesse de Sicile. Elle meurt en Sicile en 1076

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Judith d’Évreux »

Notes

[1] Les Giroie ou Géré sont une famille de la noblesse normande. Leur nom entre dans la composition du toponyme Saint-Céneri-le-Gérei. Ils étaient particulièrement établis en pays d’Ouche où ils restaurèrent l’abbaye de Saint-Évroult avec les Grandmesnil.

[2] L’abbaye de Saint-Évroult est une ancienne abbaye bénédictine construite sur ce qui est aujourd’hui le territoire de la commune de Saint-Évroult-Notre-Dame-du-Bois dans l’Orne, elle est aujourd’hui en ruines

[3] La région de Calabre, plus couramment appelée la Calabre, est une région d’Italie située à l’extrême sud de la péninsule. La capitale régionale est Catanzaro et la plus grande ville Reggio de Calabre. À partir de la fin de l’Antiquité, elle n’échappe pas aux invasions barbares : elle est pillée et saccagée par les Wisigoths des rois Alaric et Athaulf (410/411). Alaric meurt sous les murailles de Cosenza et est enterré avec un important trésor dans le lit du Busento, qui arrose la ville. Le « trésor d’Alaric », qui a toujours échappé aux pillards et aux chercheurs de trésor, est toujours autant recherché. Elle est également pillée par les Vandales installés en Afrique romaine, puis passe partiellement sous la domination des Ostrogoths. Lors des guerres gothiques opposant les Ostrogoths aux Byzantins, elle est ravagée par les guerriers de Totila avant de passer sous domination byzantine, puis par des bandes de Francs et d’Alamans venus aider les Goths du nouveau roi Teias. Les Lombards pénètrent eux aussi en Calabre peu de temps après leur invasion de l’Italie et la région subit régulièrement les attaques du duché lombard de Bénévent. Le roi lombard Liutprand est peut-être à l’origine de l’actuelle ville calabraise de Longobardi, fondée vers 735, qui tire son nom du peuple lombard. À partir du 9ème siècle, elle commence à subir les incessants raids de pirates Sarrasins puis au 10ème siècle, elle est peut-être atteinte et pillée par des bandes magyares qui se sont aventurées en Italie jusqu’à Bénévent.

[4] Mileto est une commune italienne de la province de Vibo Valentia dans la région Calabre. La cité, dont l’origine remonte à l’époque de la « Grande-Grèce », prit surtout de l’importance vers l’an 1060 quand elle devint la résidence principale de Roger de Hauteville, le conquérant normand de la Sicile musulmane de 1061 à 1091.

[5] Troina est une commune italienne de la province d’Enna dans la région Sicile. Au cours de l’hiver 1062/1063, Roger de Hauteville (demi-frère cadet de Guillaume Bras-de-Fer), le conquérant normand de la Sicile musulmane, fut assiégé à Troina par les Arabes durant 4 mois dans des conditions très difficiles, avec sa première femme Judith d’Évreux. Roger parviendra finalement à s’en sortir et fit de Troina sa capitale dans l’île dont la conquête ne faisait que commencer.

[6] Le comté de Sicile, appelé aussi Gran Contea, est un ancien État souverain normand multiethnique sous investiture papale, comprenant la Sicile et Malte. Il est créé en 1071 pour le duc normand Roger 1er de Sicile. L’invasion de la Sicile et la création du comté de Sicile par les Normands s’inscrit dans un triple contexte. D’une part, il y a la présence en Italie du Sud de Normands ambitieux qui cherchent à se tailler des fiefs. D’autre part, la papauté veut diffuser le christianisme et reprendre des terres aux princes musulmans. Enfin, les Églises chrétiennes d’Occident et d’Orient issues du schisme de 1054 se disputent la région. La création du Comté remonte à février 1061, lorsque Robert Guiscard traverse le détroit de Messine en partant de Reggio de Calabre pour accoster à Messine avec un millier d’hommes. Elle est entérinée en 1071 par décision papale. Toutefois, la fin de conquête de la Sicile, qui marque la fin de l’Émirat de Sicile, n’est achevée qu’en 1091 avec la prise de Noto et de Malte. Durant sa brève existence, le comté est prospère et voit la création d’un important centre de traduction de la science grecque et de la mathématique arabe vers le latin. La noblesse qui dirige le pays est franque et normande.