Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 17ème siècle > Philippe-Louis de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Wiesenbourg

Philippe-Louis de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Wiesenbourg

dimanche 9 février 2020, par ljallamion

Philippe-Louis de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Wiesenbourg (1620-1689)

Fondateur et premier duc de la lignée Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Wiesenbourg

Gravure sur cuivre de Philip Louis de Schleswig-Holstein-Sonderburg-Wiesenburg (1620-1689) a été le fondateur et premier duc de Schleswig-Holstein-Sonderburg-Wiesenburg. Sa branche de la maison du Schleswig-Holstein-Sonderburg doit son nom au château de Wiesenburg, près de Zwickau. (Bibliothèque nationale autrichienne)Philippe-Louis est le plus jeune fils du duc Alexandre de Schleswig-Holstein-Sonderbourg issu de son union avec Dorothée, fille du comte Jean-Gonthier 1er de Schwarzburg-Sondershausen.

Philippe-Louis passe sa jeunesse dans plusieurs cours de Hesse Cassel [1]. En 1663 il acquiert la région et le château de Wiesenbourg [2] ainsi que la ville de Kirchberg [3] et vingt villages ; de l’Électeur Jean-Georges II de Saxe, avec qui il entretient d’excellentes relations. Le château de Wiesenbourg devient le centre de son petit état et donne le nom à sa lignée familiale.

Il célèbre son premier mariage le 15 novembre 1643 à Lemgo [4] avec Catherine, fille du comte Christian de Waldeck-Wildungen.

Il épouse en secondes noces, Anne-Marguerite de Hesse-Hombourg , fille du comte Frédéric 1er de Hesse-Hombourg le 5 mai 1650 à Bad Homburg [5]

En 1668, il nomme Johann Winckler comme précepteur de ses fils au château de Wiesenbourg. Il investit dans l’industrie minière à Schneeberg [6] et Neustädtel. Initialement, cette initiative semble être un échec, mais dans la décennie 1670 il fait de gros bénéfices et devient un riche entrepreneur minier ce qui lui permet de rénover entièrement son château.

Jusqu’en 1672, Philippe-Louis est Lieutenant Maréchal de camps dans un régiment de Cuirassiers impériaux. En 1675, il vend Wiesenbourg, le château et son district pour 100000 Taler à son fil aîné Frédéric . En 1686, il achète Oberkotzau [7].

Il se remarie à Greiz [8] le 28 juillet 1688 avec Christine Magdeleine, fille du comte Henri 1er de Reuss-Obergreiz

Il réside jusqu’à sa mort le 10 mars 1689 avec son vieil ami le magnat minier Veit Hans Schnorr von Carolsfeld à Schneeberg.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Philipp Ludwig (Schleswig-Holstein-Sonderburg-Wiesenburg)

Notes

[1] Le landgraviat de Hesse Cassel était un État du Saint Empire romain germanique. Henri 1er, dit l’Enfant, premier landgrave de Hesse en 1263, était le fils du duc Henri II de Brabant et de Sophie de Thuringe, fille de Louis IV de Thuringe et de sainte Élisabeth de Hongrie. Il fut déclaré prince d’Empire par l’Empereur Adolphe de Nassau en 1292, et établit sa résidence à Cassel. Ses descendants régnèrent d’abord sur tout le landgraviat de Hesse jusqu’à Philippe le Magnanime, qui, en mourant en 1567, partagea ses domaines entre ses quatre fils : l’aîné, Guillaume IV de Hesse, dit le Sage, eut Cassel et la moitié de tout l’héritage : c’est lui qui fut le fondateur de la maison de Hesse Cassel. Il accrut ses domaines et mourut en 1592. Le landgraviat de Hesse Kassel s’étendit en 1604, lorsque le landgrave Maurice hérita d’une partie du landgraviat de Hesse-Marbourg de son oncle Louis IV qui n’avait pas eu d’enfants et qui partagea son territoire entre ses deux neveux, à la condition que les deux parties du territoire restent luthériennes.

[2] Le château de Wiesenburg est un château allemand du Brandebourg. Il se trouve au sud-ouest du village de Wiesenburg dans l’arrondissement de Potsdam-Mittelmark et au bord du parc naturel du Hoher Fläming. Le parc du château s’étend du château, jusqu’à la gare de Wiesenburg. L’histoire du château remonte au 12ème siècle, lorsque l’endroit est mentionné en tant que village fortifié dans un écrit de l’évêque Willmar de Brandebourg au prévôt Vigbert en 1161. De nombreux seigneurs s’y succèdent, jusqu’à ce qu’en 1456 Friedrich Brand von Lindau l’obtienne du prince électeur Frédéric II de Saxe. Les villages voisins de Jeserig, Reetz, Schlamau, et d’autres, ensuite abandonnés, dépendent à cette époque de Wiesenburg et de son logis fortifié.

[3] Kirchberg est une ville de Saxe en Allemagne, située dans l’arrondissement de Zwickau, dans le district de Chemnitz.

[4] Lemgo est une ville universitaire d’Allemagne, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, appartenant à l’arrondissement de Lippe. La ville se développe par ses relations internationales autour du commerce des étoffes, du lin et du fil puis, plus tard, devient célèbre, au 17ème siècle, comme ville de l’imprimerie et de l’édition. Au début du 17ème siècle, un conflit religieux l’oppose à son suzerain le comte Simon VI de Lippe : la ville veut rester luthérienne alors que le souverain a décidé que son comté serait calviniste. Ce différend a été résolu par la Paix de Röhrentrup en 1617 : la ville de Lemgo resta luthérienne au sein d’un comté calviniste.

[5] Bad Homburg vor der Höhe (en français Bad Hombourg) est une ville située en République fédérale d’Allemagne dans le Land de Hesse.

[6] Schneeberg est une commune de Saxe en Allemagne, située dans l’arrondissement des Monts-Métallifères, dans le district de Chemnitz. Il s’agit d’un centre associé à une contrée montagnarde et minière, en particulier aux mines d’argent, de cobalt et de fer. Elle abrite la direction des Mines, ainsi qu’une école d’art et métier.

[7] Oberkotzau est une commune de Bavière en Allemagne, située dans l’arrondissement de Hof, dans le district de Haute-Franconie.

[8] Greiz est une ville d’Allemagne (située en République démocratique allemande de 1945 à 1989), dans le Land de Thuringe et chef-lieu de l’arrondissement du même nom. Greiz fut la résidence officielle de la famille de Reuss qui régnait sur la principauté de Reuss branche aînée jusqu’en 1918. Son monument le plus emblématique est l’ancien château princier, l’Oberes Scloss, elle est parfois surnommée la « Perle du Vogtland ». Greiz obtient les droits de ville en 1359. Dès le 13ème siècle, en 1288, un château appartenant aux chevaliers von Dölau est signalé. Ses ruines sont encore visibles dans le quartier de Dölau. Appartenant encore aux baillis de Weida en 1449, Greiz est cependant la résidence des comtes de Reuss depuis 1306. Ceux-ci, partagés entre deux lignées, occupent deux châteaux dans la cité, à OberGreiz et à UnterGreiz.