Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Nékao 1er ou Néchao

samedi 18 janvier 2020, par ljallamion

Nékao 1er ou Néchao

Roi de Saïs de 672 à 664 av.jc

Les différentes branches du Nil (dessin basé sur l'image trouvée dans The Exodus Enigma (1985) par Ian Wilson, page 46, Londres : Wiedenfeld & Nicolson. Prince local du delta du Nil, d’origine libyenne [1].

Après le départ des Assyriens [2], Taharqa de la XXVème dynastie fomente des troubles dans le nord.

L’empereur d’Assyrie Assurbanipal , envoie un corps d’armée qui bat Taharqa et assoie ainsi son autorité jusqu’à Assouan [3].

Les chefs saïtes [4] s’allient avec Taharqa, mais Assurbanipal fait exécuter à Saïs les principaux chefs rebelles, à l’exception de Néchao 1er à qui il confie le royaume et installe son filsPsammétique 1er, le futur pharaon, à la tête de l’ancien royaume d’Athribis [5].

Les Saïtes prennent ainsi le pouvoir avec l’appui et la reconnaissance des envahisseurs. Les Assyriens repartis, Tanoutamon , nouveau roi de Napata [6], reprend la lutte et reconquiert la Haute Égypte [7].

Il se fait couronner pharaon dans le temple d’Amon du Gebel Barkal [8] et s’engage immédiatement dans une campagne militaire contre Néchao 1er. Il assiège et prend Memphis [9] et Néchao 1er meurt au cours de la bataille.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Olivier Perdu, De Stéphinatès à Néchao ou les débuts de la XXVIe dynastie, CRAIBL 2002

Notes

[1] Les Libyens ou Libyques sont les peuples autochtones, plus communément connus sous le nom de Berbères ou Amazighs, habitant l’Afrique du Nord avant l’arrivée des Phéniciens (entre l’Atlantique et la Tripolitaine). Les populations libyques se sont maintenues à l’époque carthaginoise et romaine. Le terme Libyens désigne les habitants de la Libye antique, avant que ce terme ne soit utilisé pour désigner les habitants de l’actuel État de Libye.

[2] L’Assyrie est une ancienne région du Nord de la Mésopotamie, qui tire son nom de la ville d’Assur, qui est aussi celui de sa divinité tutélaire, le dieu Assur. À partir de cette région s’est formé au 2ème millénaire av. jc un royaume puissant qui est devenu par la suite un empire. Aux 8ème et 7ème siècles av. jc, l’Assyrie contrôle des territoires s’étendant sur la totalité ou sur une partie de plusieurs pays actuels tels l’Irak, la Syrie, le Liban, la Turquie ou encore l’Iran.

[3] Assouan ou Syène est une ville d’Égypte située à environ 843 km au sud du Caire, sur la rive droite du Nil, près de la première cataracte. Faisant naguère partie de la Haute Égypte, dans le premier nome, celui du « Pays de l’arc » (ou du « Pays de Nubie » - tA-sty), son nom en égyptien ancien était Souenet (ou Swenet ou Souentet) qui signifie « Commerce ».

[4] La XXVIème dynastie égyptienne couvre la période de 664 à 525 av. jc dite période saïte, du nom de la ville de Saïs dont est originaire la dynastie.

[5] Athribis est le nom grec d’une cité antique égyptienne du delta, dans le Xème nome de Basse Égypte, « Le grand taureau noir ». Son nom égyptien est Het-ta-hérieb ou Het-ta-héri-ib ou encore Hout-héry-ib. Ce site, connu par les archéologues sous le nom arabe de Tell-Athrib, se trouve près de la localité de Benha. Il est connu de nos jours sous le nom de Kom Sidi Youssef.

[6] Napata est à la fois le nom d’un royaume antique d’Afrique et le nom de sa capitale. Son nom est attaché à la « deuxième période » du royaume de Koush. Situé en aval de la quatrième cataracte du Nil, les ruines de la ville antique sont situées au pied du Gebel Barkal, un promontoire rocheux qui domine la vallée et le fleuve et qui très tôt a été identifié comme une montagne sacrée dans laquelle résidait le dieu Amon lui-même.

[7] La Haute-Égypte est la partie sud de l’actuelle Égypte. De tout temps, le Nil ayant été l’axe de préoccupation principal des Égyptiens, c’est donc à lui que fait référence le qualificatif haut. Le Nil prenant sa source en Afrique centrale (dans la région des Grands Lacs) et se jetant dans la mer Méditerranée dans le delta au nord, il est logique (selon la loi de l’écoulement des fleuves) que le sud du pays soit plus élevé que le nord. C’est pourquoi la Haute Égypte correspond à la partie méridionale du pays, de la région d’Aphroditopolis (au sud de Memphis) jusqu’au haut barrage d’Assouan, près de la première cataracte, c’est-à-dire à la frontière nord de la Basse Nubie.

[8] Le Gebel Barkal (ou Djebel Barkal) est le promontoire rocheux qui domine le site de Napata (Soudan), site d’un temple d’Amon célèbre et capitale du royaume de Kouch à dater de la XXVème dynastie égyptienne. Les Égyptiens le nommaient la "montagne Pure" et le considéraient comme le lieu où résidait le dieu Amon. De fait, dès Thoutmôsis III, le site est attesté et ne cessera de se développer alors.

[9] Memphis est à l’origine le nom de Memphis, princesse de la mythologie grecque, qui aurait fondé une ville en Égypte à laquelle elle aurait donné son nom. Memphis était la capitale du premier nome de Basse Égypte, le nome de la Muraille blanche. Ses vestiges se situent près des villes de Mit-Rahineh et d’Helwan, au sud du Caire.