Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Ânkhnesnéferibrê

lundi 4 novembre 2019

Ânkhnesnéferibrê

Divine adoratrice d’Amon de 595/586 à 525 av. jc sous la XXVIème dynastie

Fille de Psammétique II et de la reine Takhout. Elle va partager la fonction dès 595 av. jc avec Nitocris 1ère qui l’avait adoptée et à partir de 560 av. jc avec Nitocris II .

Elle réussit à garder son poste même sous la domination Perse. Elle assume aussi la fonction de Grand prêtre d’Amon [1] pendant une trentaine d’années. Elle fait construire une chapelle dédiée à Osiris Ounen-Néfer à Karnak [2].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Ânkhnesnéferibrê/ Portail de l’Égypte antique/ Divine adoratrice d’Amon

Notes

[1] Le grand prêtre d’Amon est le plus haut rang de prêtre dans le sacerdoce du dieu Amon. Les premiers grands prêtres d’Amon apparaissent au début de la XVIIIe dynastie. Le sacerdoce d’Amon augmente en puissance au cours de cette dynastie par l’importance des hommages au dieu Amon d’Hatchepsout et surtout Thoutmôsis III.

[2] Le complexe religieux de Karnak abusivement appelé temple de Karnak ou tout simplement Karnak comprend un vaste ensemble de ruines de temples, chapelles, pylônes, et d’autres bâtiments situés au nord de Thèbes, aujourd’hui la ville de Louxor, en Égypte, sur la rive droite du Nil. Le complexe de Karnak, reconstruit et développé pendant plus de 2 000 ans par les pharaons successifs, de Sésostris 1er au Moyen Empire à l’époque ptolémaïque, s’étend sur plus de deux km², et est composé de trois enceintes. Il est le plus grand complexe religieux de toute l’Antiquité. Temple le plus important de la XVIIIème dynastie, il était consacré à la triade thébaine avec à sa tête le dieu Amon-Rê. Le complexe était relié au temple de Louxor par une allée de sphinx de près de trois kilomètres de long.