Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 14ème siècle > Alfonso Enriquez de Castille (comte de Gijón et Noreña)

Alfonso Enriquez de Castille (comte de Gijón et Noreña)

lundi 7 octobre 2019, par ljallamion

Alfonso Enriquez de Castille (comte de Gijón et Noreña) (1355-vers 1400)

Noble de Noreña et Gijón

Armes des Comtes de Gijón et NoreñaFils aîné naturel de Henri II de Trastámare roi de Castille [1] et de Elvira Iñiguez.

Il possédait de vastes territoires dans les Asturies [2] et le León [3]. Son père, avait reçu en héritage toutes leurs possessions dans les Asturies, parmi lesquels se distinguent par leurs positions stratégiques Noreña [4] et Gijón [5], mais aussi Ribadesella [6], Villaviciosa [7], Nava [8] ou Laviana [9], dans l’est de la province, et Cudillero [10], Luarca [11] ou Pravia [12] à l’ouest. . Pendant les premières années de sa vie, Alfonso est resté sous l’œil vigilant de son père, qui avait donné des postes de responsabilité aux membres de sa famille pour essayer de gouverner avec une certaine assurance.

Un an avant d’atteindre le trône de Castille, son père a fait don de la seigneurie de Noreña et comme seigneur de ce lieu, Afonso Henriques confirmé par un document en Novembre 1368. Au printemps 1372, il fut anobli par son père. Il hérita également de son parrain et maître d’école, le noble Rodrigo Alvarez des Asturies des propriétés dans les Asturies et ailleurs.

Il a fait ses débuts au cours de la seconde guerre fernandine [13] de 1372 à 1373 contre Viana do Bolo [14] et Cascais [15], avant que le Traité de Santarém [16], signé le 19 Mars 1373 mis un terme à la guerre. Pour sceller ce traité, le mariage du comte de Noreña fut convenu avec l’infante Isabel de Portugal dame de Viseu , fille du roi Ferdinand 1er de Portugal , qui à cette époque avait seulement 8 ans environ.

Afonso Henriques fuit vers Avignon pour essayer d’obtenir du pape Grégoire XI l’annulation de l’engagement, mais dû céder à la confiscation de tous ses biens ordonné par Henri II.

Alfonso rejoint ensuite les troupes castillanes pour la guerre contre la Navarre [17]. Pour couvrir les frais de l’expédition, il décréta un service extraordinaire dans les conseils des biens de l’église et des nobles, ce qui provoqua une réaction immédiate, de l’Église d’Oviedo et de nombreux membres de la noblesse.

En mai 1379, a la mort de Henri II de Trastámare, celui-ci fut remplacé sur le trône de Castille par son fils aîné qui régnera comme Jean 1er de Castille. Les problèmes internes surgissent bientôt.

En 1383 Jean 1er découvre le nouveau traité du comte de Noreña avec le roi du Portugal et fut forcé d’aller en Asturies en toute urgence. Cependant, le roi a agi promptement et bientôt il dû rendre l’ensemble de la région, à l’exception de Gijon, ou il fini par invoquer à nouveau le pardon de son frère le 18 Juillet 1383 après avoir été fait prisonnier à La Puebla Montalban [18] sous la garde de l’archevêque de Tolède [19] Pedro Tenorio.

Le 16 Septembre de la même année, après avoir inauguré les tribunaux de Segovie [20], le roi fit don de tous les actifs du comte dans les Asturies à l’évêque d’Oviedo [21] Gutierre de Toledo , y compris le comté de Norena, mais pour compenser, le roi lui accorda la possibilité d’échanger le titre de comte de Valencia de Don Juan [22] pour des terres beaucoup plus accessibles et contrôlables. En outre, il donna à son fils le futur Henri III de Castille, le titre de Prince des Asturies, avec tous leurs seigneuries.

Peu de temps après, suite à la mort de Ferdinand 1er de Portugal en Octobre 1383, Jean 1er décida d’emprisonner Alfonso dans le château de Almonacid [23] puisque, étant marié à une fille du roi de Portugal et étant son rival pourrait donc porter atteinte à ses droits au trône du Portugal comme mari de Béatrice de Portugal. En Juillet 1386 il fit confisqués tous ses biens. Son emprisonnement dura 8 ans et ce n’est qu’à la mort du roi en 1390 que Afonso Henriques pu retrouver sa liberté et ses biens.

Avec les autres membres de la noblesse, il a essayé d’entrer dans le conseil de régence qui gouvernait pendant la minorité de Henri III. Les affrontements entre l’aristocratie créée par Henri II et le responsable de la noblesse continuèrent et finalement c’est ce dernier qui fut imposé.

Dans cette situation, le comte Alfonso, avec Pedro Enríquez de Castille , comte de Trastamare [24], son frère Frédéric, duc de Benavente [25] et de la reine Éléonore de Castille commencèrent à jeter de nouveaux plans pour prendre le pouvoir de la forteresse de Lillo, mais leur union éclata bientôt et Alfonso fut à nouveau seul face au roi.

En Août 1394, Henri III parti de Valladolid [26] vers les Asturies pour soumettre à nouveau Alfonso. À cette fin, il organisa une flotte qui devait entourer Gijón par la mer, alors que lui-même viendrait de León à travers le Pajares [27].

Pendant ce temps, le comte axa sa défense sur les bastions de Gijon. et le château de San Martin [28]. Il essaya également de prendre Oviedo, mais échoua lamentablement devant l’opposition de la bourgeoisie et de l’évêché.

La roi assiégea Gijon pendant plusieurs mois, mais comme le siège traîna jusqu’à l’hiver, Afonso Henriques et Henri III décidèrent de signer une trêve de 6 mois, au cours de laquelle ils soumettraient leurs différends à Charles VI de France, qui, à la demande du comte Alfonso, prolongea la trêve pour 6 mois. Le temps écoulé, Charles VI ne donna pas un avis définitif, mais recommanda au comte de se soumettre au roi de Castille.

Compte tenu des résultats, le roi organisa le siège de la ville, et dans la seconde moitié de Juillet 1395 Alfonso prépara dans un nouveau site, le stockage des aliments et des armes, après quoi il partit pour Bayonne à la recherche d’aide des anglais, en laissant la ville dans les mains de sa femme Isabelle. Le siège dura plus d’un mois, le temps que les Castillans testent l’utilisation de l’ artillerie contre les murs de Gijon, dont les défenseurs résistèrent au siège.

Enfin comme aucun des renforts n’étaient arrivé, Isabelle, épouse du comte, rendit la ville après avoir obtenu la vie sauve pour elle et sa famille.

Pour sa part, henri III, une fois signé l’accord, ordonna la destruction de la ville, mettant fin aux révoltes et notamment celle du comte Alfonso en particulier.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en espagnol intitulé Alfonso Enriquez de Castilla (conde de Gijón et Noreña) /Traduit par mes soins

Notes

[1] Le royaume de Castille est un ancien royaume du Moyen Âge qui trouve ses origines au nord de la péninsule Ibérique, dans l’actuelle Espagne. À la fin du Moyen Âge, le royaume de Castille s’étend depuis le golfe de Gascogne au nord jusqu’à l’Andalousie au sud et comprend la majeure partie du centre de la péninsule Ibérique. En 1037, date à laquelle Ferdinand 1er fonde le Royaume uni de Castille et León. En 1058, Ferdinand est à l’origine d’une série de guerres contre les Maures, se lançant à la conquête de ce qui allait devenir la Nouvelle-Castille (bataille d’Alarcos et bataille de Las Navas de Tolosa). La région s’agrandit particulièrement sous le règne d’Alphonse VI (1065-1109) et d’Alphonse VII (1126-1157). Sous Alphonse X, la vie culturelle du royaume se développe, mais une longue période de conflits internes suit. En 1469, le mariage de Ferdinand II d’Aragon (plus tard Ferdinand V de Castille) et d’Isabelle 1ère de Castille initie l’union des royaumes d’Aragon et de Castille et, par la suite, de l’ensemble de l’Espagne.

[2] Le royaume des Asturies fut la première entité politique chrétienne établie sur la Péninsule Ibérique après la chute du Royaume wisigoth (qui suivit la mort du Roi Rodrigue à la Bataille de Guadalete) et la Conquête musulmane de l’Hispanie. Le royaume perdura de 718 à 925, lorsque Fruela II accéda au trône du Royaume de León.

[3] León est une ville espagnole de la comarque de Tierra de León. C’est la capitale de la province de León, dans la communauté autonome de Castille-et-León. Le Camino francés (« chemin français ») du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle passe par cette ville. Le Camino real (« chemin royal ») y aboutit également. Elle fut conquise par les musulmans en 712. Désertée à la suite de l’invasion musulmane en 717, la ville garda néanmoins le nom de Legionis, qui donna León. Vers 846, un groupe de mozárabes (chrétiens alors sous domination musulmane) tenta de reconquérir la ville, mais une attaque musulmane mit fin à cette initiative. En 856, sous le règne d’Ordoño 1er d’Oviedo, une tentative de reconquête eut lieu, avec succès cette fois, et, plus tard, le roi Ordoño II en fit la capitale du royaume asturléonais en 914. Au 10ème siècle, sous le règne d’Alphonse III le Grand, avec l’expansion du territoire, le roi asturien et ses descendants bâtirent les murailles sur les ruines de fortifications romaines. León devint un royaume chrétien indépendant vers 910, lorsque les Asturies furent partagées entre les trois fils d’Alphonse III, après l’abdication de ce dernier.

[4] Le titre de comte de Noreña est un titre historique espagnol qui n’était en vigueur que quelques années. Il a été aboli en 1395. Son nom fait référence au conseil de Noreña, dans les Asturies. Après la confiscation du titre et de la seigneurie à Alfonso Enriquez pour ses révoltes continues, le manoir a été transmis à l’ évêque d’Oviedo , Gutierre de Toledo et à ses successeurs, qui ont continué à porter le titre de Comtes de Noreña jusqu’au milieu du 20ème siècle.

[5] Gijon était une véritable forteresse naturelle et situé sur une péninsule, la seule entrée de la ville était dans un couloir de sable effacé à marée haute, qu’une armée assiégeant avait très peu de points pour accéder à la ville

[6] Ribadesella est une commune située dans la communauté autonome des Asturies en Espagne et une des paroisses qui forment la commune. La ville est fondée au 13ème siècle par le roi Alphonse X de Castille.

[7] Villaviciosa est une commune située dans la communauté autonome des Asturies en Espagne.

[8] Nava est une commune située dans la communauté autonome des Asturies en Espagne.

[9] Laviana (officiellement Llaviana) est une commune située dans la communauté autonome des Asturies en Espagne.

[10] Cudillero est une commune située dans la communauté autonome des Asturies en Espagne.

[11] Luarca est une paroisse civile de la commune de Valdés province des Asturies en Espagne, à 90 km de Oviedo.

[12] Pravia est une commune située dans la communauté autonome des Asturies en Espagne. La commune de Pravia est délimitée au Nord par Cudillero et Muros de Nalón, à l’Est par Candamo et Soto del Barco, à l’Ouest par Cudillero et Salas et au Sud par Candamo et Salas.

[13] Les guerres fernandines sont le nom donné aux conflits qui opposent Ferdinand 1er de Portugal et Henri II de Castille, puis le fils de ce dernier Jean 1er, pour le trône de la couronne de Castille, conséquence de la mort du roi Pierre 1er de Castille.

[14] Viana do Bolo est une commune de la province d’Ourense en Espagne située dans la communauté autonome de Galice.

[15] Cascais est une ville et station balnéaire du Portugal. Elle est située sur le front de l’Océan Atlantique, à 30 kilomètres à l’ouest de la capitale Lisbonne. Aux peuples préhistoriques ont succédé les Romains, les Wisigoths et les Maures. Devenue indépendante en même temps que Lisbonne, Cascais acquit dès le milieu du 14ème siècle le titre de « vila », mais en 1580 et en 1597, elle fut mise à sac par les troupes du duc d’Albe puis par celles de Marie Tudor

[16] Santarém est une ville portugaise occupant une colline sur la rive droite du Tage, dans la région du Ribatejo et sous-région de la Lisière du Tage. Elle est distante de 82 km de Lisbonne.

[17] Le royaume de Navarre est un royaume médiéval fondé en 824 par les Vascons, dont le premier roi est Eneko Arista, premier d’une lignée de seize rois basques qui régneront sur le Royaume jusqu’en 1234. Attaquée depuis trois siècles au nord des Pyrénées, dans le duché de Vasconie par les Francs, et au sud par les Wisigoths, puis les Omeyyades (musulmans), la Vasconie est réduite au petit Royaume de Pampelune, terres ancestrales du Saltus Vasconum. La Haute-Navarre fut conquise en 1512 par le royaume d’Aragon et fut intégrée en 1516 dans l’actuel royaume d’Espagne et l’autre partie (Basse-Navarre), restée indépendante, fut unie à la couronne de France à partir de 1589 d’où le titre de « roi de France et de Navarre » que portait Henri IV.

[18] La Puebla de Montalbán est une municipalité espagnole située dans la province de Tolède , dans la communauté autonome de Castille-La Manche. La Puebla de Montalbán était autrefois la capitale du soi-disant État de Montalbán , où se trouve le château de Montalbán. Il appartenait aux Templiers, puisque le roi Alphonse VII en fit don à cet ordre militaire au 12ème siècle et passa en 1308 à la Couronne de Castille avec Ferdinand IV. Plus tard, par donation d’Alfonso XI, il est arrivé aux mains d’Alfonso Fernández Coronel. Dans ce château, le souverain Pierre 1er a résidé à plusieurs reprises avec son épouse, María de Padilla, qu’il a offerte en cadeau du roi. Plus tard, la propriété de cette ville passa à Álvaro de Luna, maître de l’ordre de Santiago et, après sa mort, à son épouse Juana Pimentel.

[19] L’archidiocèse de Tolède est une église particulière de l’Église catholique en Espagne. Son siège est la cathédrale Santa María de Tolède.

[20] Ségovie est une commune de la communauté autonome de Castille-et-León en Espagne. C’est la capitale de la province de Ségovie. Elle se trouve à une heure de route de Madrid, au confluent des rivières Eresma et Clamores, au pied de la Sierra de Guadarrama.

[21] Oviedo est un conseil et une ville espagnole, capitale de la principauté des Asturies. Son origine remonte au Haut Moyen Âge ou même plus tôt et s’appelait Ovetum. En 1075, le roi de León et de Castille, Alphonse VI, se rendit à Oviedo en pèlerinage. L’arche sainte a été inaugurée solennellement dans l’église de San Salvador. Celle -ci contenait de nombreuses reliques dissimulées dans l’ermitage de Santiago (situé à 10 km) à la suite de la conquête musulmane. De ce fait, Oviedo et ses reliques ont acquis une renommée internationale. Le roi Jean 1er, en 1388, fonda la Principauté des Asturies, titre inauguré par le nouveau-né Don Enrique, son fils, et qui depuis correspondra aux successeurs de la Couronne. Oviedo devient alors la capitale de la Principauté.

[22] Valencia de Don Juan est une commune de la province de León, dans la communauté autonome de Castille et León, en Espagne. Il est situé entre la vallée de la rivière Esla et l’Oteros. La municipalité était le siège du Conseil de Coyanza, convoqué par le roi Ferdinand 1er et qui établissait des règles de coexistence et religieuses pour les sujets des royaumes. Celles-ci comprennent la réception du rite romain, l’abandon du rite wisigoth établi depuis le début par les rois des Asturies, et subordonnant ainsi les diocèses de cette Espagne primordiale à l’autorité papale. Le titre de Comtes de Valence de Don Juan est intégré au Duché de Nájera.

[23] Le château de Almonacid est un château situé dans la ville de Almonacid de Tolède, à 20 km de la capitale, Tolède, près de la Autovía de los Viñedos. Il s’élève sur une montagne visible depuis des dizaines de kilomètres, d’où vous pouvez voir une ancienne route menant à La Mancha depuis son emplacement stratégique. Au 11ème siècle, il devint la propriété d’Alphonse VI de León et de Castille, qui faisait partie de la dot de son épouse Zaïda et de la fille du roi maure. Plus tard, il fut offert par Alfonso VI à la cathédrale de Santa Maria de Tolède, en cours de réforme au 14ème siècle sur mandat de l’archevêque de Tolède, Don Pedro Tenorio. Il a ensuite servi de prison à Alfonso Enriquez, comte de Gijón et de Noreña et fils bâtard de Henri II de Castille, emprisonné sur ordre de son frère Jean 1er de Castille.

[24] On donne le nom de Maison de Trastamare (Trastámara) à une dynastie de rois qui occupa les trônes de Castille de 1369 à 1555, d’Aragon de 1412 à 1516, de Navarre de 1425 à 1479 et de Naples de 1458 à 1516. Cette dynastie tire son nom du comté de Trastamare (condado de Trastámara), à la tête duquel se trouvait Henri II de Castille, dit le Magnifique, avant d’accéder au trône de Castille, à la suite d’une guerre civile qui s’acheva en 1369 par la mort de son demi-frère Pierre 1er de Castille, dit Le Cruel, fils d’Alphonse XI de Castille et de sa seconde femme, Éléonore de Guzmán.

[25] Le Duché de Benavente est une pairie espagnole héréditaire qui a été accordée par le roi Henri IV de Castille le 28 Janvier de 1473 en faveur de Rodrigo Alonso Pimentel , 4ème comte de Benavente, et seigneur de Villalón, Mayorga, Betanzos, Allariz Aguiar, Sandiáñez, Milmanda. Le titre fut accordé sans annuler le comté, de sorte que les ducs de Benavente sont intitulés comte duc. Son nom fait référence à la ville de Benavente, dans la province de Zamora (Castille et Léon)

[26] Valladolid est une municipalité et une ville espagnole située dans le quart nord-ouest de la péninsule ibérique, capitale de la province de Valladolid et le siège des tribunaux et du Conseil de la communauté autonome de Castilla y Leon.

[27] Le puerto de Pajares est un col routier qui s’élève à 1 378 m d’altitude dans la cordillère cantabrique. Il relie les communautés autonomes des Asturies et de Castille-et-León.

[28] à Soto del Barco