Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Ouadji ou roi serpent

samedi 21 septembre 2019

Ouadji ou roi serpent

Quatrième souverain connu de la 1ère dynastie (Période thinite) vers 3040 à 3020 av. jc

Fils de Djer. Il épouse sa demi-sœur Merneith ou Meret-Neith dont il a un enfant, Den qui lui succède.

La table d’Abydos [1] l’appelle ita et le canon royal de Turin [2] Itioui. Manéthon le nomme Ouénèphès et lui compte 42 ans de règne, mais il aurait plutôt régné autour de 20 ans.

On lui attribue une expédition dans la mer Rouge [3].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Ouadji/ Portail de l’Égypte antique/ Pharaon

Notes

[1] Abydos est une ancienne ville sainte d’Égypte vouée au culte du dieu Osiris, et située à 70 km au nord-ouest de Thèbes. Aujourd’hui sur le territoire de l’antique Abydos s’élève l’actuelle ville de Madfounek. Les prêtres d’Abydos prétendaient posséder une relique de toute première importance : la tête du dieu Osiris. On y a découvert les tables d’Abydos qui mentionnent deux séries de noms de pharaons allant jusqu’à la XVIIIème dynastie.

[2] Le Canon royal de Turin, qui de par son importance est appelé couramment papyrus de Turin, est un papyrus écrit en hiératique. Il est exposé au musée égyptologique de Turin. La face avant du papyrus donne des listes de noms de personnes et d’institutions avec ce qui semble être une taxe ou un impôt pour chaque évaluation. Le verso mentionne une liste de dieux et de demi-dieux et les noms et années de règne de plus de 300 rois et pharaons, depuis le règne des dieux jusqu’aux débuts de la XVIIIème dynastie. Le texte date des débuts de l’époque ramesside car le dernier pharaon à y figurer est Mérenptah, fils et successeur de Ramsès II.

[3] La mer Rouge est une mer intracontinentale du bassin Indo-Pacifique entre l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient d’une superficie d’environ 450 000 km². C’est une mer d’une grande importance stratégique et commerciale qui permet aux navigateurs en provenance de la mer Méditerranée et à destination de l’océan Indien, ou vice-versa, de ne pas être contraints de faire le tour de l’Afrique.