Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Al-Mushafî

jeudi 5 septembre 2019, par ljallamion

Al-Mushafî

Vizir berbère du calife al-Hakam II

Al Andalus à l'époque d'Al-HakamEn 967, il choisit celui qui allait devenir Almanzor pour administrer les biens de la favorite Subh et de l’un de ses fils. Devenu hâdjib [1] à Cordoue [2], il déjoua en 976 un complot de dignitaires esclavons [3] lors de la succession de son maître et assura le trône au jeune Hicham II, fils d’ Al-Hakam et de Subh en faisant étrangler l’oncle du calife.

Sa position, son népotisme, son origine berbère [4] finirent par provoquer jalousies ou critiques. Almanzor décida alors de changer d’alliance et épousa la fille du gouverneur Ghâlib, un des pires ennemis d’al-Mushafî, lequel fut arrêté le 26 mars 978 avec ses fils et son neveu sans que Subh s’y oppose. Almanzor prit alors le pouvoir.

Dépossédé de ses biens, humilié, il fut finalement exécuté dans sa cellule en 983.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Al-Mushafî Portail du monde arabo-musulman/ Catégorie : Personnalité politique du Califat de Cordoue

Notes

[1] chef de l’administration centrale

[2] Cordoue est une ville située dans le sud de l’Espagne, en Andalousie. Cordoue est la capitale de la province homonyme. La ville est située sur le Guadalquivir. Les musulmans conquirent la ville en 711. Elle devient alors le principal centre administratif et politique de l’Espagne musulmane (al-Andalus). À partir de 756, elle est la capitale de l’émirat de Cordoue, fondé par le prince omeyyade Abd al-Rahman 1er.

[3] Esclavon est le nom des habitants de l’Esclavonie (actuelle Slavonie). Pendant l’empire romain et jusqu’à la fin du Moyen Âge, l’Esclavonie était un réservoir d’esclaves. Les Romains les appelaient les Sclavini mais ce n’est au début qu’un nom d’origine, l’esclave en latin s’appelait alors servus. En bas-latin le mot devient Slavonici et sclavi ou slavi. Le mot Esclavon devient alors pratiquement synonyme d’esclave bien qu’on distingue les serfs des Esclavons. Le mot Esclavons a servi en Espagne musulmane à traduire son équivalent arabe Saqāliba désignant à la fois les esclaves européens et les Slaves. Capturés et achetés en Europe, les Esclavons étaient essentiellement des Slaves et des Germains provenant d’Europe centrale ou orientale, employés au palais ou dans l’armée et convertis à l’Islam. Favorisés sous Abd al-Rahman II, ils ont été ramenés en grand nombre en Andalousie où certains d’entre eux ont reçu une éducation poussée qui leur a permis, après leur affranchissement, d’obtenir de hauts postes dans l’administration. Devenant pour certains Grand Fauconnier, Grand Orfèvre ou encore Commandant de la Garde, ils ont fini par former un groupe à part, se favorisant mutuellement les uns les autres. Ils ont joué un rôle important dans l’éclatement du pays au 11ème siècle lors de leurs luttes contre les Berbères. À l’époque des taifas, plusieurs esclavons sont parvenus à arracher un royaume comme à Valence ou Tortosa et à en faire une puissante entité politique.

[4] Les Berbères sont les membres d’un groupe ethnique autochtone d’Afrique du Nord. Connus dans l’Antiquité sous le nom de Libyens, les Berbères ont porté différents noms durant l’histoire, tels que Mazices, Maures, Numides, Gétules, Garamantes et autres. Ils sont répartis dans une zone s’étendant de l’océan Atlantique à l’oasis de Siwa en Égypte, et de la mer Méditerranée au fleuve Niger en Afrique de l’Ouest. Aujourd’hui, la majeure partie des Berbères vit en Afrique du Nord : on les retrouve au Maroc, en Algérie, en Tunisie, en Libye, au Niger, au Mali, en Mauritanie, au Burkina Faso, en Égypte, mais aussi aux Îles Canaries. De grandes diasporas vivent en France, en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Italie, au Canada et dans d’autres pays d’Europe