Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 10ème siècle > Abû al-Walîd “al-Mu’yyad bi-llah” Hichâm ben al-Hakim dit Hicham (...)

Abû al-Walîd “al-Mu’yyad bi-llah” Hichâm ben al-Hakim dit Hicham II

lundi 5 août 2019

Abû al-Walîd “al-Mu’yyad bi-llah” Hichâm ben al-Hakim dit Hicham II (965-1013)

Fils du calife Al-Hakam II et de sa favorite Subh, il succède à son père en 976.

Il devient l’héritier du califat omeyyade [1] à la mort de son frère aîné, en 970. Les dignitaires lui prêtent un serment de fidélité en février 976 car son père al-Hakam se sait déjà gravement malade. Ce dernier meurt quelques mois plus tard, le 1er octobre 976. Hisham a moins de 12 ans lorsqu’il est intronisé le 3 octobre grâce au hâdjib [2] al-Mushafî et à Muhammad ibn Abî Amir dit Almanzor qui administre déjà ses biens depuis 6 ans.

Trop jeune et de santé fragile, et peut-être atteint de troubles mentaux, l’enfant est écarté du pouvoir. De 978 à 1009, Almanzor puis ses fils vont accaparer presque l’intégralité des prérogatives califales. Mais ils n’oseront menacer la vie de Hishâm grâce à l’affection de la population pour sa dynastie et à la vigilance de sa mère, Subh. Il va vivre en reclus avec sa collection de reliques durant des années.

Hishâm perd sa mère en 999 et son trône 10 ans plus tard, en novembre 1009 lors d’un coup d’État où il est forcé d’abdiquer.

Mohammed II après avoir destitué Hichâm en 1009 est rapidement destitué la même année par Sulayman ben al-Hakam .

Mohammed II reprend le pouvoir en 1010 et est tué la même année. Hichâm est restauré comme calife, mais il reste le jouet des partis qui se déchirent pour le pouvoir.

En mai 1013, les Berbères [3] s’emparent de Cordoue [4] et Hichâm est tué durant les massacres qui s’ensuivent.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Hicham II/ Portail de l’islam/ Catégories : Calife omeyyade de Cordoue

Notes

[1] Les Omeyyades, ou Umayyades sont une dynastie arabe de califes qui gouvernent le monde musulman de 661 à 750. Ils tiennent leur nom de leur ancêtre Umayya ibn Abd Shams, grand-oncle de Mahomet. Ils sont originaires de la tribu de Quraych, qui domine La Mecque au temps de Mahomet. À la suite de la guerre civile ayant opposé principalement Muʿāwiyah ibn ʾAbī Sufyān, gouverneur de Syrie, au calife ʿAlī ibn ʾAbī Ṭalib, et après l’assassinat de ce dernier, Muʿāwiyah fonde le Califat omeyyade en prenant Damas comme capitale, faisant de la Syrie la base d’un Califat qui fait suite au Califat bien guidé et qui devient, au fil des conquêtes, le plus grand État musulman de l’Histoire.

[2] Le Hâdjib ou hâjib est une charge politique de certaines cours du monde arabe. Bien que la nature exacte de la charge varie selon les régions et les époques, elle est souvent traduite par chambellan.

[3] Les Berbères sont les membres d’un groupe ethnique autochtone d’Afrique du Nord. Connus dans l’Antiquité sous le nom de Libyens, les Berbères ont porté différents noms durant l’histoire, tels que Mazices, Maures, Numides, Gétules, Garamantes et autres. Ils sont répartis dans une zone s’étendant de l’océan Atlantique à l’oasis de Siwa en Égypte, et de la mer Méditerranée au fleuve Niger en Afrique de l’Ouest. Aujourd’hui, la majeure partie des Berbères vit en Afrique du Nord : on les retrouve au Maroc, en Algérie, en Tunisie, en Libye, au Niger, au Mali, en Mauritanie, au Burkina Faso, en Égypte, mais aussi aux Îles Canaries. De grandes diasporas vivent en France, en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Italie, au Canada et dans d’autres pays d’Europe

[4] Cordoue est une ville située dans le sud de l’Espagne, en Andalousie. Cordoue est la capitale de la province homonyme. La ville est située sur le Guadalquivir. Les musulmans conquirent la ville en 711. Elle devient alors le principal centre administratif et politique de l’Espagne musulmane (al-Andalus). À partir de 756, elle est la capitale de l’émirat de Cordoue, fondé par le prince omeyyade Abd al-Rahman 1er.