Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 11ème siècle > Yahya d’Antioche en arabe Yahya ibn Sa’id al-Antaki

Yahya d’Antioche en arabe Yahya ibn Sa’id al-Antaki

mardi 18 juin 2019, par ljallamion

Yahya d’Antioche en arabe Yahya ibn Sa’id al-Antaki (vers 980)

Historien de langue arabe qui vécut au 11ème siècle

Évolutions territoriales de l'Empire byzantin de la division de l'Empire romain à la chute de Constantinople.Il naquit en Égypte, probablement vers 980, et était sans doute médecin et de religion chrétienne melkite [1].

En 1014/1015, les persécutions antichrétiennes du calife Al-Hakim bi-Amr Allah l’obligèrent à se réfugier à Antioche [2] en territoire byzantin.

L’œuvre principale qui nous soit parvenue de lui est une continuation des Annales d’Eutychius qui s’étend, de 938 à 1034.

Puisant dans des sources variées, son histoire porte à la fois sur l’Égypte et le califat fatimide [3], l’Irak et la Géorgie, l’Empire byzantin, et même la Bulgarie et la Rus’ de Kiev [4] ; elle contient en revanche peu d’informations sur le monde iranien et l’Occident musulman. L’auteur maîtrisait à la fois l’arabe et le grec, et il témoigne d’un esprit rationnel, peu enclin au surnaturel.

Yahya composa aussi des ouvrages d’apologétique chrétienne [5] et des écrits polémiques contre l’islam et le judaïsme.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Georg Graf, Geschichte der christlichen arabischen Literatur, 5 vol. Biblioteca apostolica vaticana, 1944-1953.

Notes

[1] L’Église grecque-catholique melkite, Église grecque-melkite catholique ou Église catholique melkite est une des Églises catholiques orientales. Le chef de l’Église porte le titre de Patriarche d’Antioche et de tout l’Orient, d’Alexandrie et de Jérusalem des Melkites, avec résidence à Damas en Syrie. Les Melkites sont des Chrétiens de rite byzantin ayant rejoint l’Église catholique en 1724.

[2] Antioche est une ville de Turquie proche de la frontière syrienne, chef-lieu de la province de Hatay.

[3] Les Fatimides (également appelés Obeydides ou Banu Ubayd depuis le manifeste de Bagdad ont formé une dynastie califale arabe chiite ismaélienne d’ascendance alide qui régna, depuis l’Ifriqiya (entre 909 et 969) puis depuis l’Égypte (entre 969 et 1171), sur un empire qui englobait une grande partie de l’Afrique du Nord, la Sicile et une partie du Moyen-Orient. Issus de la branche religieuse chiite des ismaéliens pour laquelle le calife doit être choisi parmi les descendants d’Ali, cousin et gendre du prophète de l’islam Mahomet, les Fatimides considèrent les Abbassides sunnites comme des usurpateurs de ce titre. L’établissement de leur califat débute au Maghreb, grâce à l’appui des Berbères Kutama, grande tribu qui était établie à l’est de l’actuelle Algérie qui vont renverser le pouvoir local aghlabide. Après un intermède en Ifriqiya, ils finiront par s’établir dans la ville du Caire qui pendant leur règne prendra un essor considérable.

[4] La Rus’ de Kiev, appelée aussi principauté de Kiev et traduite dans les sources françaises médiévales par Russie ou Roussie et à partir du 19ème siècle par la Russie de Kiev ou Russie Kievienne dans les travaux historiographiques, est une principauté médiévale slave orientale qui exista entre environ 860 et le milieu du xiiie siècle, période durant laquelle elle se désagrégea en une multitude de principautés avant de tomber formellement devant l’invasion mongole de 1240.

[5] L’apologétique chrétienne est un champ de la théologie chrétienne qui étudie les fondements rationnels de la foi chrétienne. Plusieurs auteurs sont reconnus pour leurs œuvres apologétiques : Paul de Tarse, Origène, Augustin d’Hippone. Les apologétistes fondent leurs arguments essentiellement sur des preuves historiques et sur la philosophie