Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 18ème siècle en France > Personnages du 18ème siècle > Jeanne Françoise de Biaudos de Castéja dite Madame de La Lande

Jeanne Françoise de Biaudos de Castéja dite Madame de La Lande

mardi 2 janvier 2018

Jeanne Françoise de Biaudos de Castéja dite Madame de La Lande (1672-1761)

Demoiselle de Saint-Cyr

Fille de Fiacre de Biaudos, comte de Castéja, et de Jeanne de Guillerme, fut baptisée dans l’église paroissiale de Villers-Tournelle [1] au diocèse d’Amiens le 18 décembre 1672.

Elle fut élevée dans cette institution de Saint- Cyr [2] où elle avait été admise en 1686, année de son ouverture. Très vite elle sut s’attacher à Madame de Maintenon qui en fit sa secrétaire, place enviée ouvrant bien des portes à la cour de Versailles où elle se fit fort estimer, et du roi lui-même.

On la maria à Fontainebleau, le 11 octobre 1696, à Jacques Salomon, seigneur de La Lande et de Poulard, gentilhomme commandant l’équipage de chasse du duc de Maine. Les témoins étaient pour le marié : Louis Auguste de Bourbon, duc du Maine, et Louis Alexandre de Bourbon , alors comte de Toulouse, et pour la mariée : Françoise d’Aubigné, marquise de Maintenon et Henri de Mornay , marquis de Montchevreuil, gouverneur et capitaine du château de Saint-Germain-en-Laye, gouverneur du duc de Maine. Étaient également présents Bonne de Pons marquise d’Heudecourt , cousine de Madame de Montespan et jadis maîtresse du Roi, Anne Marie Françoise de Sainte-Hermine, dame d’atours [3] de la duchesse de Bourgogne, épouse de Louis comte de Mailly , elle aussi mariée par Madame de Maintenon, Bonne de Mornay de Montchevreuil, épouse du comte de Manneville et Nicolas de Malezieu , précepteur du duc de Maine et protégé de Madame de Maintenon.

Le contrat de mariage fait au château de Fontainebleau le 8 octobre fut signé du Roi, du Grand Dauphin son fils, du duc et de la duchesse du Maine, de Madame de Maintenon qui avait reçu procuration des parents de la mariée, et des autres témoins. À cette occasion le roi la fit femme de chambre de la duchesse de Bourgogne.

La vie de couple de Madame de La Lande, comme l’appellent les mémorialistes de son temps, s’acheva 6 ou 7 ans plus tard, son mari étant mort d’une chute de cheval. Sa conduite pendant ces années fit l’admiration de tous et servait d’exemple aux « instructions » données aux demoiselles de Saint-Cyr.

Madame de La Lande qui avait été pour un temps intendante de garde-robe de la reine de Sardaigne, fut nommée par Louis XIV sous-gouvernante des Enfants de France le 25 mars 1704 pour seconder la maréchale de la Mothe Louise de Prie et la duchesse de Ventadour sa fille. Elle occupa cette charge sous Louis XV également.

En 1746, la longue éducation des enfants du roi touchant à sa fin, une Maison fut créé pour Mesdames les Aînées et Madame de La Lande fut chargée de remplir les devoirs d’une dame d’atours avec le titre d’ intendante de la Garde-Robe et d’atour.

Elle fut, en 1744, témoin au mariage de sa cousine germaine Marie Anne de Biaudos, seconde épouse du marquis de Prie, parrain de Louis XV et cousin des duchesses d’Aumont [4], de la Ferté et Charlotte de La Mothe-Houdancourt duchesse de Ventadour, toutes trois filles de gouvernante des enfants royaux [5].

Elle se retira en janvier 1749 et sa succession fut le prétexte d’une violente altercation entre Madame de Pompadour et Jean-Frédéric Phélypeaux comte de Maurepas … qui peu après tomba en disgrâce.

Jeanne Françoise de Biaudos de Castéja, décède le 13 avril 1761 à Versailles.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Madame de La Lande/ Portail de la France du Grand Siècle/ Personnalité française du XVIIe siècle

Notes

[1] Villers-Tournelle est une commune française située dans le département de la Somme. Madame de la Lande, née Jeanne Françoise de Biaudos de Casteja, est née et a été baptisée le 18 décembre 1672 à Villers-Tournelle. Elle fut la sous-gouvernante des enfants royaux sous Louis XIV et Louis XV et amie de Madame de Maintenon.

[2] La Maison royale de Saint-Louis est un pensionnat pour jeunes filles créé en 1686 à Saint-Cyr (actuelle commune de Saint-Cyr-l’École, Yvelines) par le roi Louis XIV à la demande de Madame de Maintenon qui souhaitait la création d’une école destinée aux jeunes filles de la noblesse pauvre. Cet établissement, bien qu’il perdît sa place de premier rang à la suite de la disparition de Louis XIV puis de sa fondatrice, marqua une évolution certaine de l’éducation des jeunes filles sous l’Ancien régime. L’établissement fut maintenu pendant les premières années de la Révolution française, mais ferma définitivement ses portes en mars 1793.

[3] Dame dont la charge était de présider à l’habillement et à la toilette de la reine ou des princesses.

[4] Le duché -pairie d’Aumont est un duché français, érigé en 1665, à partir du Marquisat d’Isles-en-Champagne.

[5] En France, la Gouvernante des enfants royaux, recrutée dans la haute noblesse, est chargée de l’éducation des enfants du couple royal, dont le Dauphin. Elle est parfois aidée par des sous-gouvernantes. Si les filles restent attachées à la Maison de la Reine, l’usage veut que les princes élevés par des gouvernantes « passent aux hommes » à l’âge de sept ans (l’âge de raison à l’époque) pour être alors confiés aux soins d’un gouverneur assisté d’un sous-gouverneur