Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 16ème siècle > Frédéric II de Danemark

Frédéric II de Danemark

mardi 19 juillet 2016

Frédéric II de Danemark (1534-1588)

Roi de Danemark et de Norvège de 1559 à 1588

Fils de Christian III et de Dorothée de Saxe-Lauenbourg . Le 20 juillet 1572, il épousa Sophie de Mecklembourg-Güstrow , fille du duc Ulrich de Mecklembourg-Güstrow et d’ Elisabeth de Danemark .

Tout d’abord il se présente comme le dirigeant typique de la renaissance du Danemark. Contrairement à son père, tout jeune homme il est fortement influencé par les idéaux militaires, il se lie d’amitié avec des princes militaires allemands. Peu de temps après son accession au trône, à l’été 1559, il remporte sa première victoire, faisant la conquête de la république paysanne Bauernrepublik [1] indépendante de Dithmarse [2] située dans la partie occidentale du duché de Holstein [3].

Le conflit dominant de son règne fut la Guerre de Sept ans scandinave [4] de 1563 à 1570 dans lequel il tenta en vain de conquérir la Suède gouvernée par le roi Erik XIV de Suède . Cette guerre d’usure devint extrêmement coûteuse, les territoires de Scanie [5] furent ravagés par les Suédois et la Norvège fut presque perdue.

Au cours de cette guerre, Frédéric II de Danemark conduit personnellement son armée sur le champ de bataille, mais sans grand résultat. Ce conflit armé endommagea ses relations avec ses conseillers. Toutefois des troubles internes à la Suède et la prise en charge de l’administration danoise par le ministre des Finances Peder Oxe stabilisa la situation. La guerre se termina par un statu quo qui permit au Danemark d’obtenir la paix en sauvant la face, Frédéric II de Danemark signa le traité de Stettin [6] en 1570, qui n’apporta que peu d’avantages au Danemark mais démontra les limites de la puissance militaire danoise.

Après la guerre, Frédéric II de Danemark maintint la paix sans renoncer à sa tentative de chercher à étendre son prestige en tant que puissance navale. Il créa une marine qui met fin à l’hégémonie de la Hanse [7] dans la Baltique et établit la domination du Danemark sur la Baltique.

Sa politique étrangère fut marquée par un appui des puissances étrangères protestantes. Élisabeth 1ère d’Angleterre était célibataire, Frédéric II de Danemark la courtisa, une initiative qui fit de lui un chevalier de la Jarretière [8] en 1578. Mais dans le même temps il respecta une stricte neutralité. Les conseillers d’expériences tels que Peder Oxe, Niels Kaas, Arilds Huifeldt et Christophe Valkendorff prirent soin de l’administration interne.

Frédéric II de Danemark fut décrit comme un roi chaleureux, vainement courageux et ambitieux. Il fut un passionné de chasse, de vin et de fêtes.

Entre 1574 et 1585, Frédéric II de Danemark reconstruisit le château de Kronborg [9], à Elseneur [10]. En 1587, il fonda la ville de Fredrikstad [11] en Norvège, Ce fut une période de prospérité et de croissance pour l’Histoire danoise. Frédéric II de Danemark fut également un soutien pour le célèbre astronome Tycho Brahe. Frédéric II de Danemark fonda l’école secondaire supérieure Frédéric II à Fredrikstad.

Il décéda le 4 avril 1588 à Antvorskov, il fut inhumé en la cathédrale de Roskilde [12].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Frédéric II de Danemark/ Portail du Danemark/ Monarques de Danemark/

Notes

[1] Une Bauernrepublik — traduite en français par « république paysanne », « république de paysans », « république d’agriculteurs », est une ancienne forme de gouvernement, en vigueur au Moyen Âge dans quelques communautés de culture germanique. Alternative aux régimes gouvernés par le pouvoir des nobles ou du ecclésiastiques, la communauté était dirigée par un conseil de paysans élu par leurs pairs. Il était typiquement recouru à ce type de régime dans des contrées reculées et difficiles d’accès, comme des zones côtières, des îles, ou des zones s’étendant au-delà de marais ou de tourbières.

[2] La Dithmarse est une petite contrée historique de l’Allemagne septentrionale (Schleswig-Holstein). Elle s’étend sur environ 40 kilomètres sur 25 entre l’Elbe, l’Eider et la mer du Nord. Ses villes principales sont Heide et Meldorf. Son territoire correspond aujourd’hui à l’arrondissement de Dithmarse. Les Dithmarses, quoique nominalement soumis à l’empire d’Allemagne, ont presque toujours vécu indépendants. Leur pays a fait successivement partie du comté de Stade, du duché de Saxe (1144-1180), de l’archevêché de Brême (contre lequel ils se révoltent pour se donner à l’évêché de Schleswig). En 1474, Christian 1er , roi de Danemark, obtient de l’empereur Frédéric III du Saint Empire la réunion du Holstein, du Schleswig et du pays des Dithmarses en un duché relevant de la couronne de Danemark ; mais bientôt les Dithmarses se révoltent. Le roi de Danemark Jean 1er leur fait en vain la guerre en 1500 ; Frédéric II de Danemark les soumet en 1559, à l’aide des ducs de Holstein. Le pays est alors partagé.

[3] région aujourd’hui en Allemagne

[4] La guerre nordique de Sept Ans a opposé la Suède à une coalition formée du Danemark, de la Pologne et de Lübeck entre 1563 et 1570. Les combats ont continué jusqu’à l’épuisement des belligérants. Le résultat fut un statu quo, aucune des deux parties n’obtenant de gain territorial.

[5] La Scanie est une province historique en Suède, située à l’extrémité sud du pays. Son territoire correspond à l’actuelle région de Skåne et à l’actuel comté de Skåne.

[6] Le traité de Stettin met fin à la guerre qui dure depuis sept ans entre la Suède et le Danemark le 13 décembre 1570. Il est plutôt favorable au royaume de Danemark, à l’époque uni à celui de Norvège, dont il assure temporairement la prééminence en Europe du Nord. La Suède est forcée de payer 150 000 riksdaler pour la rançon de la forteresse d’Älvsborg mais gagne des territoires en Estonie. L’Union de Kalmar est dissoute et le roi du Danemark renonce au trône de Suède. La Suède reconnaît pour la première fois la souveraineté du Danemark sur les provinces de Skåne, Blekinge et Halland. Le traité est aussi signé par Lübeck. La Pologne garde la Courlande, la Moscovie s’empare de Dorpat.

[7] La Hanse, Ligue hanséatique, Hanse germanique ou Hanse teutonique était l’association des villes marchandes de l’Europe du Nord autour de la mer du Nord et de la mer Baltique. Cette Hanse se distinguait des autres hanses en ce que son commerce reposait sur des privilèges jalousement défendus qui leur avaient été octroyés par divers souverains européens. Pendant 3 siècles, cette Hanse en particulier, et à moindre degré les hanses par extension, eurent un rôle dominant au niveau commercial, puis politique, en Europe. Actives du 12ème au 17ème siècle, leur déclin et quasi-disparition ont été achevés en 1648 avec les traités de Westphalie signant la fin de la guerre de Trente Ans et de la guerre de Quatre-Vingts Ans. La croissance de la ligue hanséatique a lieu dans un monde où colonisation et évangélisation vont de pair. Elle est particulièrement liée à la montée de l’ordre des Chevaliers teutoniques, au prosélytisme catholique servant de façade aux jeux de pouvoir mondiaux de l’époque.

[8] Le très noble ordre de la Jarretière est le plus élevé des ordres de chevalerie britanniques, fondé le 23 avril 1348 le jour de la Saint Georges, en pleine guerre de Cent Ans, par le roi Édouard III. Cet ordre de chevalerie, le plus ancien qui subsiste encore au 21ème siècle, rassemblait autour du souverain 25 chevaliers, membres à part entière. Les hommes sont appelés « chevaliers compagnons ». Des femmes ont été associées à l’ordre, mais n’ont jamais été membres avant le règne d’Édouard VII. Elles sont alors nommées « dames de la Jarretière ».

[9] Le château de Kronborg est un château situé près de la ville d’Elseneur au Danemark, sur un point stratégique face à la Suède. Ce château de la Renaissance, dont la construction a débuté en 1574, a joué un rôle important dans l’histoire de l’Europe du Nord entre les 16ème et 18ème siècles. Avec la forteresse d’Helsingborg, située de l’autre côté de l’Øresund, il permettait aux Danois de contrôler l’entrée de la mer Baltique.

[10] Elseneur est une ville danoise située à la pointe nord-est de l’île de Zélande, au nord de Copenhague. Elle fait face à la ville suédoise de Helsingborg, dont elle est séparée par le détroit de l’Øresund.

[11] Fredrikstad est une ville portuaire de Norvège se situant à l’embouchure du plus grand fleuve norvégien, la Glomma.

[12] La cathédrale de la Sainte-Trinité de Roskilde est un monument historique et une nécropole royale de la ville de Roskilde, au Danemark. Elle accueille environ 150 000 visiteurs par an. Elle était l’église principale de l’ancien archidiocèse de Roskilde avant l’émergence du luthéranisme.