Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Alexis Mousélé

jeudi 3 mars 2016

Alexis Mousélé

Général byzantin de la fin du 8ème siècle

D’origine arménienne, Alexis est l’un des premiers membres connu de la famille Mousélé, peut-être le fils de Gregorios Mousoulakios, comte de l’Opsikion [1] en 778 et patrice en 802, qui participe au siège de Germanicée [2] aux côtés d’Artavazd Mamikonian, stratège [3] des Anatoliques.

Plus tard, en 790, il est drongaire de la Vigla [4]. En septembre de la même année il est envoyé par l’impératrice régente Irène pour traiter avec les troupes du thème des Arméniaques [5], qui refusaient de prêter serment à l’impératrice, parce qu’elle s’était placée au premier rang, devant son fils l’empereur Constantin VI. Les Arméniaques, ayant emprisonné leur général, Nicéphore, proclamèrent Alexis Mousélé comme leur nouveau commandant et Constantin comme l’unique empereur.

À cette nouvelle, l’autre thème d’Asie mineure, suit le mouvement, déposèrent leur commandant et proclamèrent également Constantin comme le seul empereur.

Les troupes des deux thèmes se rassemblent en Bithynie [6], où ils exigent de l’impératrice Irène la libération de son fils, qu’elle avait placé en résidence surveillée. Sous la pression des troupes, Irène cède.

L’empereur Constantin prend peu après les rênes du pouvoir, écarte les conseillers d’Irène et relègue cette dernière dans un palais à Constantinople. Alexis Mousélé est confirmé comme stratège des Arméniques, et plus tard convoqué à Constantinople et élevé au rang de patrice.

Cependant, Constantin se révèle incapable de gouverner efficacement l’Empire byzantin, et les succès militaires ne se sont pas concrétisé, bien qu’espéré par les soldats qui l’avaient soutenu.

En janvier 792, cependant, il rappelle sa mère d’exil, lui rend ses titres et sa position de corégente, et exige de l’armée qu’elle l’acclame avec lui. Les Arméniaques refusent une nouvelle fois de s’exécuter et demandent le retour d’Alexis Mousélé de Constantinople. Bien que ce dernier lui avait garanti sa sécurité personnelle, l’empereur Constantin le soupçonne de vouloir monter sur le trône, et le fait fouetter, tonsurer et emprisonner.

Peu après, l’armée byzantine, conduite par l’empereur lui-même, subit une grave défaite à Marcellae [7] contre les Bulgares. Comme la colère se fait sentir dans les rangs de l’armée, laquelle avait à plusieurs reprises tenté de le faire remplacer, l’empereur, sur les conseils de sa mère et de l’eunuque Staurakios fait aveugler Alexis Mousélé.

Nicéphore, un oncle de Constantin que l’armée avait projeté de faire monter sur le trône est également aveuglé, et quatre autres oncles ont la langue coupée.

À cette nouvelle, les Arméniaques entrent en rébellion ouverte. Ils défont une armée loyaliste en novembre, mais sont vaincus seulement en mai 793 par une expédition conduite par l’empereur Constantin VI

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Alexios Mosele (general)

Notes

[1] L’Opsikion est un thème de l’Empire byzantin situé dans le nord-ouest de l’Asie Mineure. Créé à partir de l’armée de service impériale, l’Opsikion est le plus grand et le plus prestigieux des premiers thèmes, et le plus proche de Constantinople. Impliqué dans plusieurs révoltes au cours du 8ème siècle, il est scindé en trois vers 750. Il subsiste alors en tant que thème de second ordre jusqu’au lendemain de la quatrième croisade.

[2] Kahramanmaraş est une ville de Turquie, préfecture de la province du même nom. La ville s’appelle Germanicia aux époques romaine puis byzantine, Marach, par les croisés et Marach par les Arméniens

[3] Un stratège est un membre du pouvoir exécutif d’une cité grecque, qu’il soit élu ou coopté. Dans l’Empire byzantin, à partir du 7ème siècle, un stratège est le commandant d’un thème et de son armée. Il est le détenteur des pouvoirs civils et militaires au sein de cette province. Le terme de monostratège désigne un stratège qui a autorité sur plusieurs thèmes.

[4] un corps de cavalerie d’élite, dont il est le premier responsable connu

[5] Les Arméniaques ou le thème des Arméniaques sont un thème de l’Empire byzantin situé au nord-est de l’Asie Mineure (Turquie actuelle). Ce thème est l’un des quatre thèmes originels, créés vers la moitié du 7ème siècle.

[6] La Bithynie est une région historique de l’Asie Mineure située sur la côte nord, entre le détroit du Bosphore, la Propontide, le Pont Euxin, la Paphlagonie, et bornée au sud par la Galatie et la Phrygie. Les villes principales de Bithynie sont Nicomédie (actuelle Izmit) et Nicée qui se disputent le titre de capitale selon l’époque, ainsi qu’Héraclée du Pont, Pruse (actuelle Bursa) et Chalcédoine. Elle est actuellement située en Turquie.

[7] La bataille de Marcellae a eu lieu en 792 à Markeli, près de la ville moderne de Karnobat dans le sud est de la Bulgarie. Elle ne doit pas être confondue avec la bataille qui eu lieu au même endroit plus tôt.