Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 13ème siècle > Jean 1er de Chalon dit Jean de Bourgogne ou l’antique ou le Sage

Jean 1er de Chalon dit Jean de Bourgogne ou l’antique ou le Sage

vendredi 1er janvier 2016, par ljallamion

Jean 1er de Chalon dit Jean de Bourgogne ou l’antique ou le Sage (1190-1267)

Comte de Chalon de 1228 à 1237 et comte d’Auxonne-Seigneur de Charolais et de Salins-Régent du comté de Bourgogne

Blason de la maison de ChalonFils du comte Étienne II d’Auxonne et de la comtesse Béatrice de Chalon. Sa sœur Béatrice d’Auxonne deviendra l’épouse de Simon de Joinville .

Le 5 juin 1237, il échange à Saint-Jean-de-Losne [1] avec le duc Hugues IV de Bourgogne les comté de Chalon [2] et Comté d’Auxonne [3] hérités de ses parents contre plusieurs seigneuries : Salins [4], Belvoir, Vuillafans, Ornans, Montfaucon, Arlay, le château des Clées au pays de Vaud, Chaussin et Orgelet. Il devient ainsi l’un des plus puissants seigneurs du Comté de Bourgogne [5].

Il s’appuie sur les gens des bourgs auxquels il concède des chartes d’affranchissement et sur le clergé en accueillant les Dominicains qui remplissent les fonctions d’Inquisiteurs.

La possession de Salins, par l’exploitation du sel, donne à Jean la fortune nécessaire pour obtenir les appuis et acquérir les terres qui lui confèreront sa puissance. Pour protéger cette cité et ses routes commerciales, il hérisse la région de châteaux forts : Le Pin, Montmahoux, Saint-Anne, Arguel et Nozeroy où il réside habituellement. Pour éviter les péages du comte de Pontarlier [6], il achète aux moines de Saint-Claude [7] les forêts de la région de Pontarlier et de Jougne [8] qu’il fait défricher, dans lesquelles il trace de nouvelles routes et où il fonde les localités de Châtelblanc, de Chaux-Neuve et de Rochejean, cette dernière conservant dans son appellation le souvenir de l’illustre baron.

En 1248, après le décès du comte Othon III de Bourgogne , Jean devient comte régent du comté de Bourgogne pour son fils Hugues de Chalon , sa belle-fille Adélaïde 1ère de Bourgogne ou Alix de Méranie et son petit-fils Othon IV de Bourgogne.

Il meurt le 31 août 1267. Il est inhumé dans l’abbaye de la Charité [9] auprès de son père Etienne d’Auxonne.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Lucien Febvre, Histoire de la Franche-Comté, Boivin, Paris, 1912, 260 p. ; puis Laffitte Reprints, Marseille, 1983, chapitre VI.

Notes

[1] Saint-Jean-de-Losne est une commune française située dans le département de la Côte-d’Or. Saint-Jean-de-Losne est située sur la rive de droite de la Saône en aval du confluent de celle-ci et de l’Ouche.

[2] Le comté de Chalon est un comté centré sur Chalon-sur-Saône, en Saône-et-Loire dépendant du duché de Bourgogne.

[3] Le Comté d’Auxonne est une ancienne souveraineté située en Bourgogne (duché de Bourgogne) à l’est de la Saône dont la capitale était la ville d’Auxonne.

[4] qui est alors la deuxième cité du Comté de Bourgogne

[5] Le Comté de Bourgogne, appelée aussi Franche Comté de Bourgogne était un important comté fondé en 986 par le comte Otte-Guillaume de Bourgogne et dont le territoire correspond aujourd’hui, approximativement à l’actuelle région de Franche-Comté. Il avait pour capitale Dole et était gouverné du 10ème siècle au 17ème siècle par les comtes palatins de Bourgogne.

[6] Pontarlier est une commune française située en région de Bourgogne-Franche-Comté, chef-lieu d’arrondissement et sous-préfecture du département du Doubs. La ville se situe dans le centre-est de la France, dans le sud du département du Doubs, à une dizaine de kilomètres de la frontière suisse. Elle se trouve plus précisément à 45,3 kilomètres à vol d’oiseau au sud-est de Besançon, et à 48 kilomètres à vol d’oiseau au nord-ouest de Lausanne. L’axe d’échanges reliant le nord au sud de l’Europe a fait de Pontarlier, dès le Moyen Âge, le centre commercial d’une région convoitée pour ses frontières avec la Suisse. La cluse de Joux, située à 5 km de la ville, est connue depuis l’Antiquité comme le lieu de passage principal pour traverser le massif du Jura.

[7] Saint-Claude est une commune française située dans le département du Jura, en région Bourgogne-Franche-Comté. La ville est distante de 60 km de Genève, de 57 km de Lons-le-Saunier, de 30 km d’Oyonnax. Saint-Claude est bâtie au fond d’une vallée encaissée profonde de plus de 450 m, à la confluence entre la Bienne et le Tacon. La cité se développe initialement autour d’un monastère fondé au début du 5ème siècle par deux frères moines et abbés, Romain et Lupicin. Elle est tout d’abord appelée Condat (du celte Condate « confluent »), puis Saint-Oyend-de-Joux, du nom de l’abbé Oyand (ou Eugendus) qui accroît le rayonnement du monastère à partir de la fin du 5ème siècle. En 639, saint Claude devint moine dans l’abbaye qui portait alors le nom de Saint-Oyand.

[8] Jougne est une commune française située dans le département du Doubs. Dès l’époque romaine, une importante voie de communication naturelle à travers le Jura, via la cluse de Joux, est attestée sur la table de Peutinger et l’itinéraire d’Antonin : il s’agit de la voie romaine reliant Lausanne et Orbe à Pontarlier (Ariolica) et Besançon (Vesontio).

[9] L’abbaye de la Charité, dédiée à Notre-dame de la Charité, est une abbaye cistercienne d’hommes, fondée en Franche-Comté en 1133 et disparue en 1791. Elle était située sur la commune actuelle de Neuvelle-lès-la-Charité, dans la Haute-Saône, alors dans le diocèse de Besançon.