Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 4ème siècle > Vardan 1er Mamikonian

Vardan 1er Mamikonian

vendredi 18 septembre 2015

Vardan 1er Mamikonian (mort en 365)

Prince arménien de la famille Mamikonian

il serait d’après certaines sources le fils de Hamazasp Mamikonian, lui-même fils d’Artavazd 1er Mamikonian. Pour d’autres c’est un fils d’Artavasde II. Dans les deux cas, il est le frère de Vasak et de Vahan l’Apostat .

À cette époque régnait en Arménie le roi Tigrane VII qui se comportait comme un tyran envers l’Église et la noblesse. Il décida d’exterminer 2 grandes familles féodales, les Rechtouni et les Arçrouni, mais Vasak et Artavazd Mamikonian réussirent à sauver 2 enfants, Tadjat Rechtouni et Šavasp Arçrouni, mais ils durent se réfugier dans le Tayk [1] avec Vardan.

Le successeur de Tigrane, Arsace II, rappelle les deux frères Vasak et Vardan, les rétablit dans leurs domaines et leur confie les charges d’Artavazd, mort entre-temps. Vasak devient sparapet [2] et Vardan chef de clan. Les deux enfants sauvés, quant à eux, épousent des filles ou des sœurs de Vasak.

Mais l’Arménie devient l’enjeu de guerres entre Rome et les Sassanides, et les vues politiques des deux frères finissent par diverger. Vasak Mamikonian devient le chef du parti pro-romain, tandis que son frère Vardan prend la tête des partisans des Perses. Sur l’instigation de la reine Pharantzem et de Vasak, Arsace II ordonne la mort de Vardan, qui est massacré dans son château d’Erakhani. Vasak devient alors le chef du clan Mamikonian.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Christian Settipani, Continuité des élites à Byzance durant les siècles obscurs. Les princes caucasiens et l’Empire du vie au ixe siècle, Paris, de Boccard,‎ 2006

Notes

[1] Dans les textes relatifs à l’histoire de l’Arménie, le nom Tayk ou Tayk’ est souvent utilisé en tant que pars pro toto pour la région nord-ouest de l’Arménie historique, aujourd’hui située dans le nord-est de la Turquie. Longtemps possession des Mamikonian, le Tayk est légué en 1001 par son dernier prince bagratide, David de Tayk, à l’empereur byzantin Basile II.

[2] Le titre de « sparapet » est un titre militaire héréditaire arménien dont l’origine remonterait au règne du roi Artachès 1er, au 2ème siècle av. jc. Ce titre, qui correspondait à la fonction de commandant en chef des armées dans le royaume d’Arménie, est l’équivalent de celui de spahbod utilisé par les Iraniens sous les Parthes et les Sassanides. La fonction de sparapet existait également dans le royaume arménien de Cilicie, où toutefois le titulaire de la charge était connu sous le titre latin de « connétable ».