Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De 300 av.jc à 100 av. notre ère > Quintus Aelius Tubero (tribun)

Quintus Aelius Tubero (tribun)

mercredi 2 septembre 2015

Quintus Aelius Tubero (tribun)

Homme politique au 2ème siècle av. jc

Petit-fils de Paul-Émile, conquérant de la Macédoine, et par sa mère Émilia le neveu de Scipion Émilien, vainqueur de Carthage et de Numance [1].

Passionné de philosophie, il suit les enseignements du philosophe grec stoïcien [2] Panétios, installé à Rome auprès des Scipions et adopte cette doctrine.

Ami de Tiberius Gracchus, il s’en sépare en 133 av. jc pour des divergences politiques.

En 130 ou en 129 av. jc, il est tribun de la plèbe [3]. Il s’oppose à l’avis de son oncle Scipion, et décide que les augures ne doivent pas être dispensés, par leurs fonctions, de juger dans les tribunaux.

Puis à une date indéterminée, Il est candidat à la préture, mais échoue pour s’être montré par affectation de stoïcisme vêtu comme un pauvre lors des funérailles de son oncle Scipion Émilien en 129. Sa carrière politique s’arrête alors.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Esther Breguet, traduction de La République de Cicéron, Les Belles Lettres, 1980, p.26

Notes

[1] Numantia ou Numance est une ville antique du nord de l’Hispanie (à 7 km au nord-est de l’actuelle Soria), qui résista durant vingt ans à la conquête romaine, entre 153 et 133 av.jc. Cette lutte farouche, dans laquelle les Romains furent longtemps impuissants, se place en partie dans le contexte de la Troisième guerre punique.

[2] Le stoïcisme est un courant philosophique occidental issu de l’école du Portique fondée en 301 av.jc à Athènes, par Zénon de Cition. Le stoïcisme a par la suite traversé les siècles, subi des transformations (notamment avec Chrysippe de Soles en Grèce et à Rome avec Cicéron, Sénèque, Épictète, Marc Aurèle), puis exercé diverses influences, allant de la période classique en Europe (en particulier au 17ème siècle, chez René Descartes) jusqu’à nos jours.

[3] Dans la Rome antique, les tribuns de la plèbe sont les représentants de la plèbe, élus pour une durée d’un an par le concile plébéien.

Répondre à cet article