Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Lucius Hirtuleius

lundi 27 juillet 2015

Lucius Hirtuleius

Fidèle lieutenant du Populares [1] Quintus Sertorius qui combattit dans la guerre de Sertorius à partir de 80 av. jc jusqu’à sa mort en 75 av. jc. Il était vraisemblablement parmi les amis qui se joignirent à Sertorius quand il quitta l’Iberie [2] en 82.

Hirtuleius vaincu l’Optimate [3] Marcus Domitius Calvinus, gouverneur de l’Hispanie citérieure [4] à Consubura [5].

En 78 le nouveau gouverneur de l’Espagne citérieure, montra si peu d’intérêt dans la défense de la province que le gouverneur de la Gaule transalpine, était venu l’assister et ils furent vaincu par Hirtuleius.

Lorsque Pompée arriva dans la péninsule ibérique en 76, dans la bataille qui s’ensuivit Hirtuleius fut défait à Italica [6].

En 75 Hirtuleius mena une seconde bataille contre Metellus Pius. La bataille fut une lourde défaite pour Hirtuleius et il mourut dans les combats.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Lucius Hirtuleius /Traduit par mes soins

Notes

[1] Les populares formaient une tendance politique populiste qui marqua la République romaine, notamment au 2ème siècle av. jc, en s’appuyant sur les revendications des couches les plus pauvres de la société romaine et des non citoyens. Ce ne fut pas un parti politique au sens moderne, mais un clivage majeur dans les luttes politiques et sociales romaines, permettant aux acteurs politiques de se situer face au conservatisme des optimates au sein d’alliances personnelles souvent mouvantes.

[2] L’Ibérie, aussi connue sous le nom d’Ivérie, est le nom donné par les Grecs et les Romains à l’ancien royaume de Karthlie et correspondant approximativement aux parties méridionale et orientale de l’actuelle République de Géorgie.

[3] Optimates, tendance politique conservatrice qui marqua le dernier siècle de la République romaine, par son opposition aux populares. Ce ne fut pas un parti politique au sens moderne, mais un clivage majeur dans les luttes politiques et sociales romaines, permettant aux acteurs politiques de se situer face au réformisme et au populisme des populares au sein d’alliances personnelles souvent mouvantes. Cette tendance apparaît sous ce nom dans les années 130 av. jc, lors des luttes sur la réforme agraire des Gracques. Elle s’efface un siècle plus tard avec la fin de la République romaine et le pouvoir du second triumvirat, avec l’extinction des luttes de pouvoir.

[4] Espagne citérieure

[5] au sud de Tolède

[6] Italica est une ancienne ville romaine de la province de Bétique située sur la municipalité actuelle de Santiponce (province de Séville, Andalousie, Espagne).