Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 14ème siècle > Durand dit de Trésémines

Durand dit de Trésémines

samedi 18 juillet 2015, par ljallamion

Durand dit de Trésémines (mort en 1312)

Évêque de Marseille de 1289 à 1312

Vue sur le village de Beaumont-de-Pertuis et le Pays d'Aigues pays de naissance de Durand de TréséminesÀ la mort de l’évêque Raimond de Nîmes , les chanoines de la cathédrale de la Major [1] de Marseille élurent pour lui succéder l’abbé de Saint Victor [2], Raimond Lordet qui avait été auparavant abbé de Saint Germain des Prés [3]. Celui-ci refusa cette élection et le pape Nicolas IV qui s’était réservé la désignation de l’évêque de Marseille, nomma Durand dit de « Trésémines » ( [4].

Il résidait depuis quelques années à Rome dans l’entourage du cardinal Bernard de Languissel , ancien archevêque d’Arles, qui le recommanda au pape.

En 1295, il fut chargé par le pape de mettre les Dominicains en possession de Saint-Maximin et de la Sainte-Baume. En 1296 il assista le pape Boniface VIII pour régler le conflit entre Étienne de Montarène, abbé de Montmajour [5] et Aymon de Montagny grand maître de Saint Antoine [6]. En 1309 il prêta hommage au nouveau roi de Sicile, Robert le sage. Il décéda le 3 août 1312.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Jean-Rémy Palanque, Le diocèse de Marseille, Letouzey & Ané, Paris 1967,

Notes

[1] La cathédrale de la Major ou cathédrale Sainte-Marie-Majeure est la cathédrale catholique de l’archidiocèse de Marseille. Située dans le quartier de la Joliette dans le 2e arrondissement, elle se dresse sur une esplanade entre le Vieux-Port et le port de la Joliette, sur l’emplacement de l’ancienne cathédrale du 12ème siècle, d’où vient le nom occitan de « Major ».

[2] L’abbaye Saint-Victor de Marseille a été fondée au ve siècle par Jean Cassien, à proximité des tombes de martyrs de Marseille, parmi lesquels saint Victor de Marseille qui lui donna son nom. L’abbaye prit une importance considérable au tournant du premier millénaire par son rayonnement dans toute la Provence. L’un de ses abbés, Guillaume de Grimoard, fut élu pape en 1362 sous le nom d’Urbain V. À partir du xve siècle, l’abbaye entama un déclin irrémédiable.

[3] L’abbaye Saint-Germain-des-Prés est une ancienne abbaye bénédictine de Paris, située dans l’actuel 6ème arrondissement, fondée au milieu du 6ème siècle par le roi mérovingien Childebert 1er et l’évêque de Paris, saint Germain sous le vocable de Saint-Vincent et Sainte-Croix. C’est une abbaye royale, qui bénéficie donc d’une exemption et est directement soumise au pape. La première église abbatiale est consacrée le 23 avril 558 à la sainte Croix et à saint Vincent de Saragosse. Cette basilique possède des colonnes de marbre, un plafond lambrissé et des fenêtres vitrées. Elle est nécropole royale jusqu’à la création de celle de la basilique Saint-Denis, et les reliques de saint Germain y sont vénérées, mais plus aucune sépulture médiévale ne subsiste à ce jour, et les reliques se sont considérablement amoindries. L’église est rebâtie par l’abbé Morard, à partir de la fin du 10ème siècle. Les quatre premiers niveaux du clocher occidental, la nef et le transept de l’église actuelle remontent à cette époque, et l’on peut notamment y voir d’intéressants chapiteaux d’autour de l’an mil.

[4] nom d’un hameau du Pays d’Aigues aujourd’hui disparu situé près de Villelaure)

[5] L’abbaye Saint-Pierre de Montmajour, attesté sous la forme latinisée Monsmajoris, est une abbaye bénédictine fondée en 948 à environ quatre kilomètres au nord-est d’Arles dans le département des Bouches-du-Rhône (France). Dès la fin du 10ème siècle elle devient l’une des abbayes les plus riches de Provence et le monastère se développe, entre le 11ème siècle et le début du 18ème siècle, par la construction d’une série de bâtiments religieux et militaires. Abandonné à la fin du 18ème siècle, puis fortement dégradé après la Révolution

[6] L’abbaye de Saint-Antoine a été fondée pour accueillir les reliques de saint Antoine-l’Égyptien. Sa façade est de style gothique flamboyant. Elle a été érigée en 1297. elle se situe dans la commune de Saint-Antoine-l’Abbaye dans le département de l’Isère