Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Mellitus

mardi 24 février 2015, par ljallamion

Mellitus (mort en 624)

Missionnaire chrétien-Premier évêque de Londres en 604-Archevêque de Canterbury en 619

Scènes de la Passion tirées de l'Évangéliaire de saint Augustin, apporté sans doute à Canterbury par Mellitus.Membre de la mission grégorienne envoyée en Angleterre pour convertir les Anglo-Saxons en 601 par le pape Grégoire en réponse à l’appel lancé par Augustin, le premier archevêque de Canterbury, invitant d’autres membres du clergé à rejoindre la mission grégorienne.

Après son départ de Rome, alors qu’il était en Francie [1], Mellitus reçut une nouvelle lettre de Grégoire destinée à Augustin, l’exhortant à consacrer les temples païens pour en faire des églises.

Mellitus dirigea le groupe de nouveaux missionnaires et apporta en Angleterre livres et objets nécessaires au culte et au ministère de l’Église.

Il est consacré évêque de Londres en 604 par Augustin. Il baptisa Sæberth d’Essex , le neveu d’Aethelbert de Kent, qui autorisa alors l’établissement de l’évêché.

Mellitus assista à un concile d’évêques en Italie en février 610, convoqué par le pape Boniface IV . Boniface lui fit rapporter deux lettres papales en Angleterre, l’une destinée à Aethelbert et ses sujets, l’autre à Laurent, l’archevêque de Canterbury, ainsi que les décrets du concile.

Alors qu’il était évêque, Mellitus cosigna avec Juste , évêque de Rochester [2], une lettre écrite par l’archevêque Laurent de Canterbury et destinée aux évêques irlandais, exhortant l’Église irlandaise à adopter la méthode romaine pour calculer la date de Pâques.

Les morts de Sæberth et d’Aethelbert de Kent laissèrent la mission sans protecteur fort. Mellitus fut chassé de Londres par les fils païens de Sæberth en 616, d’après Bède parce qu’il déclina leur demande de goûter le pain consacré. Il s’enfuit en Gaule, mais fut rappelé en Angleterre par Laurent, le deuxième archevêque de Cantorbéry mais ne pu regagner Londres, dont les habitants étaient restés païens.

Après le décès de Laurent en 619, Mellitus fut consacré archevêque de Canterbury.

En 623, il aurait miraculeusement sauvé la ville et l’église de Cantorbéry d’un feu naissant.

Il mourut le 24 avril 624 et fut inhumé le jour même à l’abbaye Saint-Augustin de Cantorbéry [3]. Il fut alors vénéré comme un saint.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Mellitus »

Notes

[1] Sous les Mérovingiens, le mot Francie est utilisé pour désigner l’ensemble du royaume des Francs incluant donc la Neustrie et l’Austrasie. Sous les premiers Carolingiens, elle continue de désigner l’ensemble des possessions franques à l’exception de l’Italie, puis après le traité de Verdun de 843, chacun des royaumes issus du partage. À partir du 10ème siècle, le mot Francie ne sera appliqué qu’au seul royaume des Francs de l’ouest qui deviendra le royaume de France tout en désignant également une région précise, celle du domaine royal. À l’est, dans le monde germanique, il ne désignera plus que la Franconie et la Lotharingie, régions peuplées de Francs, surtout après le remplacement de la dynastie franque des Carolingiens par la dynastie saxonne des Ottoniens.

[2] L’évêque de Rochester est à la tête du diocèse anglican de Rochester, dans la province de Cantorbéry. Le diocèse couvre l’ouest du comté de Kent. Le siège épiscopal est dans la ville de Rochester, à la cathédrale fondée en 604. À la fin du 17ème siècle et pendant le 18ème siècle, il était courant que l’évêque de Rochester soit également nommé doyen de l’abbaye de Westminster.

[3] L’abbaye Saint-Augustin de Cantorbéry a été fondée par saint Augustin de Cantorbéry aux environs de 598 dans la ville aujourd’hui britannique de Canterbury, en Angleterre, pour célébrer le succès de l’évangélisation de l’Angleterre du Sud. Les rois de Kent et les archevêques de Canterbury y furent enterrés. À partir de la conquête normande du 11ème siècle, elle devient une abbaye bénédictine jusqu’en 1538, lorsqu’elle fut dissoute par le roi Henri VIII comme tous les autres monastères du pays.