Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 5ème siècle > Vardan II Mamikonian ou Vartan II Mamigonian dit saint Vardan

Vardan II Mamikonian ou Vartan II Mamigonian dit saint Vardan

lundi 12 janvier 2015

Vardan II Mamikonian ou Vartan II Mamigonian dit saint Vardan (mort en 451)

Chef militaire arménien

Ce stratège, révéré par son courage, est l’un des plus grands chefs militaires de l’Arménie ancienne.

Héritier des princes Mamikonian, il est le fils de Hamazasp Mamikonian et de Sahakanoush, fille de saint Sahak le Grand et descendante des rois arsacides [1].

Il devient sparapet [2] en 432 et est convoqué par les Perses à Ctésiphon [3], où il est forcé de se convertir au zoroastrisme [4].

À son retour en 450, Vardan reprend sa religion chrétienne et organise un mouvement de révolte en Arménie contre les Sassanides. Il périt lors de la bataille d’Avarayr [5], et devient ainsi par sa farouche résistance, l’une des figures les plus éminentes du monde arménien.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Christian Settipani, Nos ancêtres de l’Antiquité : étude des possibilités de liens généalogiques entre les familles de l’Antiquité et celles du haut Moyen-Âge européen, Paris, Christian,‎ 1991

Notes

[1] Les Arsacides d’Arménie ou Aršakouni sont les rois issus de la dynastie parthe des Arsacides ayant régné sur l’Arménie après les souverains artaxiades.

[2] Le titre de « sparapet » est un titre militaire héréditaire arménien dont l’origine remonterait au règne du roi Artachès 1er, au 2ème siècle av. jc. Ce titre, qui correspondait à la fonction de commandant en chef des armées dans le royaume d’Arménie, est l’équivalent de celui de spahbod utilisé par les Iraniens sous les Parthes et les Sassanides. La fonction de sparapet existait également dans le royaume arménien de Cilicie, où toutefois le titulaire de la charge était connu sous le titre latin de « connétable »

[3] Ctésiphon est une ancienne ville parthe, située face à Séleucie du Tigre, sur la rive gauche du Tigre, à 30 km au sud-est de la ville actuelle de Bagdad, en Irak. La ville s’étendait sur 30 km².

[4] Le zoroastrisme est une religion monothéiste où Ahura Mazdâ est seul responsable de l’ordonnancement du chaos initial, le créateur du ciel et de la Terre. Le zoroastrisme est une réforme du mazdéisme, réforme prophétisée par Zarathoustra, dont le nom a été transcrit Zoroastre par les Grecs. Cette réforme, fondée au cours du 1er millénaire av. jc dans l’actuel Kurdistan iranien (Iran occidental), est devenue la religion officielle des Iraniens sous la dynastie des Sassanides (224-651), jusqu’à ce que l’islam arrive, même si cette religion a réussi à se fondre dans le patrimoine culturel iranien. En effet, les Iraniens indépendamment de leur religion, accordent beaucoup d’importance aux fêtes zoroastriennes.

[5] La bataille de Bagrévand est une bataille qui oppose les Arméniens révoltés aux troupes du calife abbasside le 25 avril 772 ou 775. Elle se solde par une défaite arménienne.