Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Jean VI d’Harcourt

jeudi 1er janvier 2015, par ljallamion

Jean VI d’Harcourt (1342-1388)

Comte d’Harcourt-Comte d’Aumale-Vicomte de Saint-Sauveur et de Châtellerault-Seigneur d’Elbeuf, de Lillebonne, de Brionne, d’Arschot, de La Saussaye

Blason de Jean VI d'Harcourt. (Cette image a été réalisée par Jimmy NICOLLE)Il était le fils de Jean V d’Harcourt , comte d’Harcourt, et de Blanche de Ponthieu.

Il fut donné à Edouard III, roi d’Angleterre, pour otage et pleige [1] du traité fait à Brétigny [2] en 1360.

Il servit au siège de Cognac en 1375 aux côtés de Jean IV sire Malet de Graville, puis se trouva à la bataille de Rosebecque [3] en 1382 et au siège de Bourbourg en 1383 [4].

Il est qualifié capitaine souverain es bailliages de Rouen et de Caux dans une lettre du 23 juillet 1375.

Il avait épousé par contrat du 14 octobre 1359, Catherine de Bourbon, belle-sœur du roi Charles V.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de M. André Borel d’Hauterive, Notice historique de la noblesse, tome 2

Notes

[1] Celui qui sert de caution ou de garant dans une transaction.

[2] Le traité de Brétigny est conclu le 8 mai 1360, au château de Brétigny, (un hameau dépendant de la commune de Sours près de Chartres), entre les plénipotentiaires du roi Édouard III d’Angleterre et ceux de Charles, fils du roi Jean II de France Le 24 octobre 1360, les rois Jean II et Édouard III, accompagnés de leurs fils aînés, ratifient cet accord à Calais ce qui permet une trêve de neuf ans dans la guerre de Cent Ans.

[3] La bataille de Roosebeke, également appelée « bataille du Mont-d’Or », se déroula près du village de Roosebeke, actuellement Westrozebeke en Flandre-Occidentale, le 27 novembre 1382. Elle opposa une troupe de miliciens flamands, commandés par Philippe van Artevelde à l’ost français conduit par le roi Charles VI de France et commandé par le connétable Olivier V de Clisson.

[4] 17 septembre : capitulation des Anglais. Le roi de France entre dans Bourbourg. Les troupes anglaises d’Henri Despenser sont autorisées à se retirer

Répondre à cet article