Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 5ème siècle > Hiéroclès d’Alexandrie dit Hiéroclès le Pythagoricien ou Hierocles (...)

Hiéroclès d’Alexandrie dit Hiéroclès le Pythagoricien ou Hierocles Platonicus

mercredi 24 décembre 2014

Hiéroclès d’Alexandrie dit Hiéroclès le Pythagoricien ou Hierocles Platonicus

Philosophe néoplatonicien ou néo-pythagoricien du 5ème siècle

Il est disciple, à Athènes, de Plutarque d’Athènes . Il fut persécuté à Constantinople pour son attachement au paganisme. Ensuite il retourna à Alexandrie, sans doute comme fondateur ou premier scolarque, recteur, de l’école néoplatonicienne d’Alexandrie [1], peut-être vers 430.

Il fut le maître d’ Énée de Gaza , philosophe néoplatonicien qui se convertira au christianisme et sans doute condisciple de Proclos à Alexandrie.

Son Commentaire sur les Vers d’or des pythagoriciens, intégralement conservé, ne constitue pas un exposé doctrinal du pythagorisme [2], mais une éthique pour se purifier et se préparer à connaître.

S’exprimant dans une langue simple, il se caractérise par l’élévation morale et la ferveur sincère du sentiment religieux. Il contient également de précieuses informations sur ce que pouvait être la règle de vie des pythagoriciens, leur ascèse purificatrice, leur éthique sacrée, leur théorie de la connaissance et leur conception du salut obtenu par la déification ou le retour à Dieu.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de N. Aujoulat, Le néo-platonisme alexandrin : Hiéroclès d’Alexandrie, Leyde, 1986.

Notes

[1] L’école néoplatonicienne d’Alexandrie est un courant dans le mouvement du néoplatonisme, qui regroupe, à Alexandrie, divers néoplatoniciens depuis le début du ve siècle jusqu’au milieu du viie siècle, jusqu’à la conquête arabe en 640.

[2] Il s’agit d’une fraternité philosophique, religieuse et scientifique, proche de l’orphisme. On dirait aujourd’hui un Ordre, au sens où la Franc-maçonnerie ou la Rose-Croix sont des Ordres. La communauté s’échelonne sur quatre degrés initiatiques et hiérarchiques, comme dans de nombreuses organisations initiatiques. Les femmes et les étrangers sont admis. Les profanes sont « les gens du dehors », les gens du commun, auxquels rien n’est révélé.